Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Real -Zidane : "Ca montre le caractère de cette équipe"    Juventus : Ronaldo donne un indice sur son avenir    Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres
PARITE HOMMES-FEMMES SUR LES LISTES ELECTORALES
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 04 - 2021

La veille de l'expiration des délais pour le dépôt des listes de candidatures et de leurs dossiers pour les élections législatives anticipées du 12 juin prochain, nombre de partis et de promoteurs de listes indépendantes butaient encore sur, notamment, la difficulté de dénicher des postulantes, de là à espérer se soumettre à la condition de parité consacrée par la nouvelle loi portant code électoral.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Ils étaient nombreux les partis à signifier leur désapprobation quant à la consécration de la parité hommes-femmes sur les listes électorales par la nouvelle loi portant code électoral. Un mécontentement suscité par le fait que la gent féminine ne soit pas aussi présente que les hommes dans l'espace militant, que ce soit au niveau de la sphère politique ou celle sociale et syndicale. Et beaucoup auraient souhaité le maintien du système de quotas pour les femmes contenu dans la précédente loi électorale même si des voix réclament carrément la suppression de ces deux préalables pour ne laisser la place qu'à la militance, la compétence et l'engagement, indépendamment du genre.
Cela dit, si les partis n'ont pas, dans leur majorité, éprouvé des difficultés majeures dans la confection de leurs listes, cette contrainte a été ressentie beaucoup plus par les promoteurs des listes indépendantes. Et les exemples sont légion comme ce candidat indépendant de la wilaya de Jijel qui avoue que jusqu'à il y a deux jours, il était encore confronté au manque de deux candidates, lui qui ne compte qu'une seule sur sa liste de six candidats, soit l'équivalent des sièges parlementaires à pourvoir dans cette wilaya. Et pourtant, tout allait bien pour lui puisqu'il affirme avoir ficelé sa liste très tôt avant que deux des trois candidates ne se retirent sans «donner d'explication».
Des défections que notre interlocuteur explique par le fait que les femmes préfèrent se présenter sous des chapelles partisanes qui leur promettent des places lors des futures élections locales, si elles venaient à ne pas être élues cette fois-ci. Et puis, ajoute-t-il, il y a ces pesanteurs sociologiques qui n'admettent pas que la femme puisse s'impliquer dans l'espace public. La même contrainte, un candidat sous la houlette d'un parti à Tizi-Ouzou, avoue être confronté au même problème de femmes candidates. Lui qui était initialement partant à titre d'indépendant. Notre interlocuteur affirme avoir préféré s'engager sous la bannière d'un parti en raison de la contrainte majeure des souscriptions des électeurs. Il dit n'avoir pas encore pu trouver de candidates et avoue n'être pas certain de pouvoir finaliser sa liste de onze candidats.
Cependant, chez bien d'autres partis, cette parité ne poserait point un handicap. Comme chez Jil Jadid dont le chargé de communication affirme n'avoir pas eu de soucis pour la plupart des listes du parti. Exception faite, peut-être, précise Habib Brahmia, de deux ou trois wilayas où on a été obligés de solliciter l'Autorité nationale indépendante des élections pour une dérogation concernant cette question de parité hommes-femmes.
Encore qu'il s'agisse de «tolérer» une revue à la baisse du taux de 50% de femmes à 30% environ», ajoute notre interlocuteur qui fait part, par contre, d'un excédent de candidates sur deux wilayas, citant l'exemple de la wilaya de Tipasa dont le bureau local de Jil Jadid, selon son chargé de la communication, regorge de militantes. Au Front El-Moustakbal également, cette contrainte de parité femmes-hommes ne se pose pas du tout. Le chargé de la communication du parti déclare que le Front dispose d'un collectif de militantes assez étoffé du fait que le parti dispose d'un secrétariat national et de ses appendices au niveau des bureaux de wilaya exclusivement dédiés à la gent féminine comme c'est le cas, par ailleurs, pour les jeunes». Raouf Mammeri avoue, cependant, que le parti a été obligé, au niveau de deux ou trois wilayas, de solliciter l'autorité que préside Mohamed Charfi à l'effet de lui accorder une dérogation du fait de l'absence de cette parité.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.