Covid-19/vaccination: les citoyens à se présenter dans les structures de santé de proximité    Covid-19: au moins 3.875.359 morts dans le monde    La Bande dessinée en fête à Alger du 25 au 27 juin en cours    Compétitions interclubs de la CAF: l'Algérie conserve ses 4 représentants    Réunion ministérielle du Comité sur la Palestine du Mouvement des pays non-alignés    Le monde en bref...    Boukhelifa (Béjaïa) : Sit-in des bénéficiaires du lotissement d'El Maghra    Coupe de la CAF (Demi-finale aller). Coton Sport 1 – JS Kabylie 2 : Une très belle option pour la finale    Coupe arabe (U20) : Les Verts débutent par une victoire face à la Mauritanie    Appel à l'adoption de mécanismes pour la facilitation des transferts en devises des exportateurs algériens    Elections régionales en France : Le Rassemblement National de Marine Le Pen prend une raclée    BAC à Béjaïa : Des absences qui interpellent    Règlement de la crise malienne : L'application de l'accord de paix est «poussive», regrette la CMA    21e Festival européen à Alger : Sous le signe de l'amitié algéro-européenne    Frioui out «plusieurs semaines»    Le message de Washington    L'université s'ouvre sur l'entreprise    Les ressources financières posent problème    La justice se penche sur la fraude électorale    Qui arrêtera l'Italie ?    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    Quelle place pour les clubs algériens ?    Bouazza : "Le CRB ? Ce sera encore plus difficile"    L'ESS conforte sa position de leader    Sonelgaz cible le marché africain    La suppression de l'essence avec plomb actée    Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    Les familles de 23 harraga sans nouvelles de leurs enfants    Relaxe pour le maire d'Afir confirmée en appel    Paris ouverts sur de nouvelles hausses    Dessalement de l'eau de mer: une réunion pour le suivi des projets pour renforcer les réserves    La chaîne El Hayat TV suspendue pour une semaine    Une grande Histoire à apaiser    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Le changement en Algérie est-il impossible?    L'enjeu des locales et la survie des partis    Une ambition en sursis    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    Selma Bédri, sur du velours    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Les planches me manquent!»    Rencontre avec Emir Berkane    Qui succédera à Chenine ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre apaisement et statu quo
Rencontres tutelles-syndicats
Publié dans Le Soir d'Algérie le 08 - 05 - 2021

Alors que la contestation bat son plein, des rencontres entre des tutelles et les partenaires sociaux ont eu lieu la semaine dernière, notamment dans les secteurs de la santé et de l'éducation nationale. Les responsables des deux départements en question se sont montrés prédisposés à prendre en charge les préoccupations des fonctionnaires des deux secteurs. L'issue de ces rencontres n'a, toutefois, pas été la même pour tous, étant donné que les syndicats de l'éducation nationale campent sur leurs positions et maintiennent la grève prévue les 9, 10 et 11 mai prochains.
Massiva Zehraoui - Alger (Le Soir) - En ce qui concerne le secteur de la santé, les choses tendent beaucoup plus vers l'apaisement. C'est du moins ce dont renseigne l'audience accordée mercredi, par le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid aux membres du Syndicat national des praticiens de la santé publique.
Quelques semaines auparavant, le Snpsp observait une grève pour remettre sur le tapis les revendications socioprofessionnelles du corps médical. Lors de cette séance, «les membres du bureau du Snpsp ont fait une présentation de la situation qui touche les conditions de travail, ainsi que les contraintes et les entraves vécues dans les établissements», indique un communiqué du ministère.
La même source précise qu'à l'issue de la réunion, le président du Snpsp, Lyes Merabet, a «réaffirmé l'engagement du corps médical à travailler en concertation avec le ministère pour proposer des solutions aux problèmes que connaissent les structures sanitaires et les praticiens».
Abderrahmane Benbouzid a, quant à lui , garanti que les points liés aux dossiers relatifs à la promotion dans les grades, les statuts et régime indemnitaire, seront pris en charge par «les comités ad hoc mis en place», souligne la même source. Il a, en outre, affirmé avoir appelé les structures centrales du ministère à «passer à la vitesse adéquate pour la prise en charge des dossiers relevant de leurs compétences».
Cette rencontre semble contribuer à apaiser les tensions dans le secteur de la santé, du moins pour un certain moment. Les contestataires se disent prêts à renouer avec la protestation, si leurs revendications ne sont pas correctement prises en charge incessamment. En revanche, on ne peut en dire autant du secteur de l'éducation nationale qui fait face à la colère grandissante du personnel éducatif. Le dialogue ne paie toujours pas, puisque les syndicats autonomes de l'éducation ont décidé de maintenir la grève de trois jours, qui sera entamée demain. Le ministre du secteur a invité les représentants syndicaux à des rencontres qu'une bonne partie a choisi tout bonnement de boycotter. Pour ceux qui ont répondu à l'invitation, à l'instar du Syndicat autonome des travailleurs de l'éducation et de la formation (Staef), le débat s'est soldé par une impasse. Les membres qui y relèvent ont estimé que ces rencontres ne sont en fait que symboliques, et que rien de concret n'en découlera.
Le Satef et les 13 autres syndicats signataires d'un appel à la grève de trois jours, sont résolus à mener leur action jusqu'au bout. Pis encore, ils brandissent la menace de durcir leur mouvement de protestation, si les doléances du personnel de l'éducation ne sont pas traitées comme il le faudrait.
M. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.