Bouira : Deux manifestants placés sous mandat de dépôt    L'Agence nationale du sang célèbre la Journée mondiale du donneur de sang    Hand/ Championnat Excellence (messieurs) : le GS Pétroliers déclare forfait pour les play-offs    Logements AADL: des instructions pour l'examen de la 2ème vague de recours des souscripteurs de l'AADL 2013    Enseignement professionnel: création d'un centre de formation dans les énergies renouvelables à Cherchell    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 242 guérisons et 8 décès    11.000 policiers mobilisés pour garantir la couverture sécuritaire des épreuves du BEM    Dossier sahraoui: le Maroc enchaine les camouflets    Coupe Billie Jean King: "On s'attend à un niveau assez élevé"    Espagne : Luis Enrique envoie un message à Eriksen    La 26e journée se jouera vendredi et samedi    L'Algérien Fethi Nourine (-73 kg) qualifié aux JO de Tokyo    El-Hamri cale au mauvais moment    Vive polémique entre Macron et Johnson    28 millions de dollars pour un vol dans l'espace avec Jeff Bezos    Des mesures spéciales au niveau des plages ?    Le record mondial de l'association Errakim de Médéa    L'Unicef et l'OIT promettent d'éliminer le travail des enfants    Sonatrach et des sociétés danoises en quête de partenariats    Choc et impact !    La saturation risque de compromettre les programmes de logements    Un déficit de 45% de la production céréalière    3 soldats tués et 4 autres blessés    CES LOIS QUI FONT LE LIT DU FEMINICIDE    Cité Kouhil Lakhdar à Constantine : Un nouvel effondrement inquiète les habitants    3400 affaires élucidées et 3799 suspects arrêtés en mai dernier    AEP à Alger : Instructions fermes pour un approvisionnement régulier    Vaccination contre la Covid à Annaba : 41% de la population ciblée touchés    La Journée nationale de l'artiste célébrée    Le ministère de la Communication retire l'accréditation à France 24    Ministère des Finances: L'économie se remet progressivement de la crise Covid-19    Tiaret - Foncier industriel : 24 hectares inexploités récupérés    DNA - Ligue 2: Les probabilités à deux journées de la fin    En attendant la proclamation des résultats: Un taux de participation de 30,20% aux législatives    Tribulations d'un raboteur d'urnes !    L'Egypte rejette les mesures unilatérales de l'Ethiopie    Moyenne du taux de participation de 30,20 %    Le FLN «rafle la mise»    La longue nuit du dépouillement    Le discours politique sans impact    «C'est un jour heureux pour l'Algérie»    Le choc post-traumatique de la barbarie israélienne    «Je deviens Ifru Nomade!»    Un livre sur les victimes des traumatismes    Premier festival sur les plantes médicinales en Algérie    Un colloque virtuel sur l'économie informelle et les inégalités de genre    Le livre sur la question kabyle disponible en Algérie    Me Abdelkrim Khaldi tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Il faut relancer le bâtiment »
Moncef Boudersa, Président de l'association des céramistes algériens (ACA) :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 05 - 2021

Moncef Boudersa, président de l'Association des céramistes algériens (ACA), est revenu sur la nécessité de relancer les investissements directs étrangers (IDE), après « une halte juridique ». Invité par la Radio nationale, hier, Boudersa a également commenté la loi de finances complémentaire 2021 et a estimé, en outre que « le gouvernement doit relancer le secteur du bâtiment ».
Ahmed Kessi - Alger (Le Soir) - Selon l'invité de la rédaction de la Chaîne 3, la loi de finances complémentaire (LFC) 2021 devrait contenir des dispositions de soutien aux entreprises, car « un fonds de compensation a plusieurs fonctions. Il vient combler le déficit des entreprises frappées par la Covid-19, sur le plan social, sur l'arrêt des investissements, et, bien évidemment, sur les projections à venir 2021-2022 ».
« J'ai toujours soulevé le problème et l'ai inscrit dans l'urgence de proposer au gouvernement les modalités de fonctionnement de ce fonds », a-t-il indiqué, soulignant que ces dernières peuvent être discutées dans « un cadre bien défini et organisé ».
Hormis certains secteurs, tels que celui du médicament qui a connu un bond en termes d'investissements, et quelque peu les hydrocarbures qui vont se remettre sur les rails, avec l'augmentation des prix sur le plan international, les entreprises en majorité ont connu une situation de « grave crise ». Ce regain d'activité de certains secteurs, estime Boudersa, peut donner une ouverture intéressante au pays pour des investissements et une reprise du souffle sur le plan social et lui donner une aisance financière pour couvrir tous les déficits induits par la Covid-19 et s'inscrire dans un plan de relance de l'économie nationale.
Concernant les céramistes, l'invité de la rédaction affirme qu'ils ont « souffert cruellement de ce Covid » et ce, explique-t-il, pour des raisons techniques et de logistique (transport de marchandises, accès aux unités de production,..), et ont été pénalisés sur le plan pratique. Toutefois, l'intervention du Premier ministre en juin 2020 a permis de retrouver progressivement une activité.
Le président de l'ACA souhaite vivement une relance du plan national de l'habitat social et promotionnel car, dit-t-il, le promotionnel qui a continué à fonctionner a été même une « bouffée d'oxygène », estimant que les grands projets gouvernementaux qui étaient lancés en 2018-2019 doivent reprendre le chemin de la croissance. « Il faut que le gouvernement relance le bâtiment », dit-t-il avec insistance, mettant en avant le fait que la Constitution consacre le droit au logement.
Des efforts considérables ont été consentis avec la mise sur le marché de plus de 3 millions d'unités de logements, dans le cadre d'un programme de 4 millions d'unités avec plusieurs formules. Ce qui s'avère insuffisant, selon le président de l'ACA.
« On souhaite une deuxième opération dans le cadre des nouvelles dispositions financières, pour qu'on puisse relancer un deuxième programme de logements », affirme-t-il, pour accompagner les entreprises et faire bénéficier le maximum de citoyens de logements.
S'agissant des préjudices subis durant cette période de Covid, la filière céramique a perdu 60% du chiffre d'affaires. C'est donc 1,8 milliard de DA partis en fumée.
Boudersa juge « nécessaire pour la LFC la prise en charge des déficits des différents secteurs enregistrés » car, explique-t-il, c'est le déficit social qui est encore une fois remis sur le tapis, notant le bémol enregistré par cette dernière LFC.
La LFC 2021 enregistre la hausse du budget de fonctionnement de plus de 350 milliards de DA, pour atteindre les 5 630 milliards de dinars, et celui de l'équipment de 179 milliards de dinars ce qui l'amène à 2970 000 milliards de dinars. Ce qui équivaut à 8640 milliards de dinars de dépenses pour faire face à plusieurs charges liées à plusieurs secteurs.
« J'aurais souhaité que la plus grande part de ces compensations aille aux investissements productifs et non aux budgets de fonctionnement .» Une occasion de donner « un signal fort de rupture dans la méthode de gestion économique », et aussi un signal pour dire que l'Algérie devrait se mettre à un peu plus d'«efficacité économique », en investissant dans des projets porteurs de richesses et d'emplois. Par ailleurs, Boudersa a plaidé pour une bonne gouvernance.
« La bonne gouvernance, c'est avoir le courage de réformer la fiscalité, de provoquer un nouveau rapport avec les institutions (opérationnelles et administratives). La rupture, c'est le suivi et la concertation, pouvoir faire des bilans sectoriels, après s'être fixé un cap », a-t-il déclaré, précisant que le pays a tous les moyens pour mobiliser les investissements nécessaires ; les instruments, le climat des affaires, etc.
Toutefois, il recommande une « halte juridique » pour assainir la situation de frilosité induite. « La loi peut étouffer l'investissement », dit-t-il, suggérant fortement le retour aux IDE. « Les étrangers peuvent nous accompagner dans certains secteurs, le transfert de technologies notamment. On pense que s'endetter est une mauvaise chose. Il y a des investissements sains», indique-t-il.
A. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.