Covid-19/vaccination: les citoyens à se présenter dans les structures de santé de proximité    Covid-19: au moins 3.875.359 morts dans le monde    La Bande dessinée en fête à Alger du 25 au 27 juin en cours    Compétitions interclubs de la CAF: l'Algérie conserve ses 4 représentants    Réunion ministérielle du Comité sur la Palestine du Mouvement des pays non-alignés    Le monde en bref...    Boukhelifa (Béjaïa) : Sit-in des bénéficiaires du lotissement d'El Maghra    Coupe de la CAF (Demi-finale aller). Coton Sport 1 – JS Kabylie 2 : Une très belle option pour la finale    Coupe arabe (U20) : Les Verts débutent par une victoire face à la Mauritanie    Appel à l'adoption de mécanismes pour la facilitation des transferts en devises des exportateurs algériens    Elections régionales en France : Le Rassemblement National de Marine Le Pen prend une raclée    BAC à Béjaïa : Des absences qui interpellent    Règlement de la crise malienne : L'application de l'accord de paix est «poussive», regrette la CMA    21e Festival européen à Alger : Sous le signe de l'amitié algéro-européenne    Frioui out «plusieurs semaines»    Le message de Washington    L'université s'ouvre sur l'entreprise    Les ressources financières posent problème    La justice se penche sur la fraude électorale    Qui arrêtera l'Italie ?    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    Quelle place pour les clubs algériens ?    Bouazza : "Le CRB ? Ce sera encore plus difficile"    L'ESS conforte sa position de leader    Sonelgaz cible le marché africain    La suppression de l'essence avec plomb actée    Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    Les familles de 23 harraga sans nouvelles de leurs enfants    Relaxe pour le maire d'Afir confirmée en appel    Paris ouverts sur de nouvelles hausses    Dessalement de l'eau de mer: une réunion pour le suivi des projets pour renforcer les réserves    La chaîne El Hayat TV suspendue pour une semaine    Une grande Histoire à apaiser    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Le changement en Algérie est-il impossible?    L'enjeu des locales et la survie des partis    Une ambition en sursis    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    Selma Bédri, sur du velours    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Les planches me manquent!»    Rencontre avec Emir Berkane    Qui succédera à Chenine ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Démocratie en construction ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 05 - 2021

Comment se convaincre qu'à l'intérieur, il y en a qui aspirent à tourner la page et à sortir le pays de la crise dans laquelle il se débat ? Les dossiers de la corruption nous révèlent, au fur et à mesure qu'ils sont rendus publics, que nous ne sommes pas sortis de l'auberge. De quoi se demander si les hommes et les rares femmes qui prennent la tête de départements, tout en évitant de trop se mouiller, n'auraient plus peur pour eux-mêmes que pour le pays. Parce que sinon, comment expliquer toutes ces digressions ? Il y a tous les efforts déployés pour affronter les urgences que tout le monde redoute ! Et il y a ceux qui disposent des moyens d'empêcher que le pays sombre de façon irréversible dans l'irréparable mais ne font rien qui aille dans ce sens.
L'indifférence affichée à l'égard de ceux auxquels l'Algérie doit d'être encore debout aujourd'hui est un comportement familier aux Algériens. Et comme ils y sont familiarisés, ils ne réagissent plus aux répercussions que d'injustes mises au placard ont sur la bonne marche des institutions. Le jeu des chaises musicales et son impact sur ceux qu'il laisse en plan n'ont plus d'effet sur une opinion publique qui a renoncé à faire la distinction entre le bon et le mauvais. On sait tous les Etats, en partie, ingrats à l'égard de leurs administrés. Mais de là à emprisonner ceux qui osent réclamer que l'on prenne en compte leurs doléances, c'est une limite qu'en démocratie, y compris là où l'on admet qu'elle est à peine en construction, on s'interdit de franchir. Je ne sais pas pourquoi je pense à tout cela aujourd'hui. Sans doute parce que j'ai l'intime conviction que les choses ne vont pas comme j'espérais qu'elles iraient ! On passe son temps à se construire des rêves qui n'aboutissent pas. A qui la faute sinon à ceux qui se jouent de nos attentes et nous inondent de faux espoirs ? A ceux qui, de concert, travaillent à faire capoter nos aspirations ! Aux empêcheurs de tourner en rond qui enterrent jusqu'à l'image de nos héros en étouffant la voix de leurs survivants. Pourquoi rappeler leurs actes de bravoure et voter des lois qui justifient les condamnations au lieu d'aider le pays à avancer ?
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.