Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    «Soyez prêts à toutes les éventualités!»    Absence de culture ou...    Une station pour chaque wilaya côtière    Le Sud libyen sur une poudrière    Elucubrations d'un ex-wali qui crie à l'innocence    «La Chine soutient fermement l'Algérie»    La troisième escale du périple africain    Des affrontements tribaux font 20 morts    Pas de finale pour Djokovic    Patrick Moster renvoyé    Bidani prêt pour la compétition ?    Les promesses de Benbouzid    Le dossier à fournir    Benhabylès veut-elle noyer le débat?    Le programme Renovators 2021 de Oppo    Le cinéma algérien à l'honneur    L'écrivain boukhalfa bittam manque à tizi ouzou    Liverpool : Trent Alexander-Arnold blindé    L'Algérie face à une vague pandémique meurtrière inédite    Musique. Décès de Salem Atakor, précurseur du heavy metal algérien    Liverpool : Van Dijk affiche un niveau "inquiétant" pour son retour    West Ham prépare une offre pour un défenseur de Chelsea    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    La rage de vivre    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Wali/PAPW : le ménage artificiel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bras de fer Kais Saied-Mechichi Le dégel ?
Tunisie :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 05 - 2021

Au palais de Carthage, discours en arabe dialectal du président Kaïs Saied qui a reçu le ministre de la Défense.
De Tunis, Mohamed Kettou
Mercredi dernier, le chef de l'Etat tunisien Kais Saied a reçu le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, en présence du ministre de la Défense nationale. Pour les observateurs, Mechichi s'est rendu au palais de Carthage en qualité de ministre de l'Intérieur par intérim comme le laisse supposer le contenu du discours tenu, pour la première fois, en arabe dialectal, par le président de la République. Comme si ce dernier voulait que le message soit bien perçu par tous les Tunisiens sans exception aucune.
La principale réaction est venue du parti islamiste Ennahdha qui se félicite de cette rencontre, mais analyse le discours du Président avec de multiples critiques pour son mutisme quant au dialogue national auquel avait invité la centrale syndicale. Et le parti islamiste de rappeler qu'il a toujours été pour le dialogue et pour une rencontre tripartite réunissant les trois présidents (République, Gouvernement et Parlement). Ennahdha a, aussi, saisi cette occasion pour rappeler au chef de l'Etat de mettre en pratique le contenu de son discours à propos du respect des institutions et de la coopération entre elles. Cependant, cette réaction est perçue par les observateurs comme une tentative de Rached Ghannouchi de reprendre le dialogue avec le président de la République, qui n'a jamais été tendre avec lui.
D'ailleurs, une bonne partie des propos de Kais Saied visait, directement, le chef du Parlement. Selon le chef de l'Etat, plus de vingt demandes de levée de l'immunité ont été adressées au Parlement sans que cette institution n'en examine une seule. C'est une accusation claire visant Rached Ghannouchi, qui dirige l'institution conformément à la politique de son parti et non en fonction des intérêts du pays. Ces propos ont provoqué un branle-bas au Parlement où aussi bien le bureau de Ghannouchi que le bloc de «Qalb Tounes», ont réagi vigoureusement, lançant un démenti au président de la République. «Aucune demande de levée de l'immunité parlementaire concernant les actuels députés n'est parvenue à l'assemblée à ce jour», martèlent-ils. À leur tour, ils ont été démentis par le porte-parole du pôle judiciaire économique et financier qui affirme avoir adressé une demande dans ce sens et qu'il détient l'accusé de réception. Il précise que cette demande concerne le député Ghazi Karoui, frère du magnat de la presse emprisonné Nabil Karoui. Qui dit vrai ? Les Tunisiens finiront par le savoir un jour, même s'ils devront attendre la fin de la législature en 2024. A ce propos, le président de la République semble confiant et sûr de lui quand il affirme que des têtes tomberont prochainement, visant certains des députés à la solde de Ghannouchi.
Et si, comme certains le pensent et le souhaitent, la rencontre entre Saied et Mechichi pourrait être l'amorce d'un dégel au niveau des relations entre les palais de la Casbah et de Carthage, il n'en sera pas de même entre le président de la République et Ghannouchi. Entre les deux hommes, le contentieux est si lourd que tout recul de l'un ou de l'autre semble inimaginable.
Entre-temps la crise politique, économique et sociale perdure, au grand dam d'un peuple dont la classe moyenne, qui faisait la fierté de la Tunisie est, aujourd'hui, affaiblie.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.