«Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Enfin libre    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    La colère du FFS    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Branle-bas de combat chez les partis    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Virée au Palais de justice    La face «cachée» du «Bâtiment»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'intellectuel infatigable tire sa révérence
Oran : Décès de Hadj Miliani, professeur universitaire, chercheur associé CRASC
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 07 - 2021

À Oran, tous les Oranais et la région Ouest qu'il sillonnait connaissaient Hadj Miliani, cet enseignant universitaire et grand connaisseur de la chanson oranaise, du raï, de la poésie ancestrale, de l'anthropologie, le théâtre, le cinéma... Né à Oran le 21 mars 1951, «El Hadj» est décédé ce vendredi des suites du Covid-19, qui l'a arraché à sa famille et à ses proches.
La triste nouvelle a été foudroyante pour tous ceux qui ont connu l'homme, l'ami, le professeur à l'université d'Oran et Mostaganem. Le jovial, le dynamique et l'homme infatigable à poursuivre ses recherches dans le domaine vaste de la culture locale.
Après une licence en littérature obtenue en 1978 à l'université d'Oran, il décroche un diplôme d'études approfondies en littérature en 1982. Puis un Magister en 1989 à l'université d'Oran, Littérature maghrébine. En 1997, il obtient son doctorat en littérature, à l'université de Paris 13.
Professeur de littérature maghrébine, université de Mostaganem, il était également chercheur associé au Crasc. Membre du conseil scientifique mixte algéro-français du réseau de langue française et expressions francophones (Lafef), Hadj Miliani, en homme actif, était également au conseil scientifique et comité de lecture de la revue Insaniyat et bien d'autres participations actives dans de différents conseils scientifiques.
Lorsqu'on discutait avec El Hadj, on en revenait toujours enrichis, il était tel une encyclopédie ambulante, tant ses centres d'intérêts étaient variés : théorie de la littérature ; sémiologie de l'image ; théories théâtrales ; littérature et société ; littératures orales et expressions populaires ; anthropologie des pratiques culturelles ; littérature maghrébines contemporaines ; économie des médias ; cultu­ralité et inter culturalité ; analyse du discours médiatique. Sa passion pour la chanson Rai n'était un secret pour personne. Il connaissait tant sur chacun des grand chyoukh d'antan.
A son actif, des dizaines et des dizaines d'ouvrages et de contributions dans le monde culturel et littéraire. L'on peut citer : « Du patrimoine matériel et immatériel en Algérie : variations plurielles (Direction), Les cahiers du Crasc n°34, octobre 2018. «L'offense», pièce inédite de Abdelkader Hadj Hamou (1910), Présentation, Collection Petits inédits maghrébins, Ed. Kalima, Alger, janvier 2018. Productions et réceptions culturelles. Littérature, musique et cinéma (direction ouvrage collectif), Oran, Crasc, 2016. Histoire et institutions du champ culturel en Algérie. Essais d'histoire culturelle, (Oran, Crasc/ DGRST Editions), 215p. 2014. 2010. Des louangeurs au home cinéma en Algérie : Etudes de socio-anthropologie culturelle. (Paris : Editions L'Harmattan).
Repose en paix El Hadj.
Amel Bentolba


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.