La demande pétrolière appelée à fortement augmenter    Arrivée massive de harragas algériens en Espagne    Le procès en appel de Karim Tabbou renvoyé au 11 octobre    5 ans de prison pour le majordome du système    La valeur de la production agricole estimée à 98 milliards DA    Les travailleurs dans l'expectative    L'Allemagne tourne la page Merkel    Plus de 600 colons envahissent la mosquée Al-Aqsa    Khartoum convainc les manifestants à Port-Soudan    Vers le forfait de Slimani et de Benlamri face au Niger    4,8 millions de dinars à payer en guise d'amendes    Le CR Belouizdad en stage à Mostaganem    Le président Tebboune reçoit le chef du commandement de l'Africom    Benbouzid écarte l'éventualité d'une troisième dose de vaccin en Algérie    Un autre casse-tête pour les parents    Lancement des Journées du théâtre pour enfants et de marionnettes    Koeman et le Barça se rassurent    Les Canaris se préparent à Alger    Le FLN manquera des communes    Le PT tire la sonnette d'alarme    Le rôle positif de l'Algérie souligné à l'Assemblée générale    Flambée persistante et généralisée    Lancement d'un plan de wilaya pour promouvoir le tourisme local    Kamel Damardji intronisé au poste de président du CA    Hommage aux disparus    Liès Sahar est mort : il n'y a pas de perfidie savoureuse    Ils opéraient à El Hamri, Médiouni, Savignon et Bastille: Quatre dealers arrêtés, des psychotropes saisis    Tlemcen: Un réseau de vol de véhicules démantelé, 7 arrestations    Lamamra rencontre des membres de la communauté algérienne aux Etats-Unis    L'erreur humaine    Investissement: Plaidoyer pour la «colocalisation» et «l'intégration régionale»    Tlemcen: Le chantier de l'annexe du musée d'archéologie islamique bientôt relancé    Tébessa: Un site en quête d'aménagement    Que cherchent les américains à Alger?    67 Morts dans des combats autour de la ville stratégique de Marib    Des figures du «clan» à la barre    Le temps des réformes    Une satisfaction justifiée    Avocats et l'émouvant souvenir...    Quand l'Erma «défie» le président    Le tourisme «en panne»    Les jalons d'une nouvelle démarche    Brèves Omnisports    Hamilton victorieux cent et eau    Un verrou «débloqué»    L'école: le mausolée des charlatans    Le long fleuve algérie    Les éditeurs se préparent pour rebondir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa
Parution
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 07 - 2021

L'histoire de l'un des quartiers emblématiques d'Alger, Bab-El-Oued, sa création, le mode de vie qui y régnait de la période coloniale aux années 1980, ses stades, plages et salles de cinéma constituent le dernier récit de Mahdi Boukhalfa publié récemment sous le titre La Cantera, il était une fois Bab El-Oued.
Publié aux éditions Dar El Qobia, ce récit de 231 page relate la vie dans ce quartier et son histoire, tel que perçues par ses habitants et tente d'expliquer aux plus jeunes la valeur et l'amour portés à Bab-El-Oued même après avoir perdu son lustre.
L'auteur revient sur la création de ce quartier, aux premières années de la colonisation française, par des Espagnols, des Maltais, ou encore des Italiens qui s'étaient installés dans des baraquements au pied d'une carrière, qui deviendra vers 1900 la «carrière Jaubert», et qui ont fondé la Cantera, carrière en espagnol.
Il revient sur sa jeunesse dans le quartier et sa scolarisation au lycée de l'émir Abdelkader qui a vu passer sur ses bancs d'illustres personnalités de divers horizons, à l'image de l'écrivain et anthropologue Mouloud Mammeri, l'écrivain Albert Camus, Dalil Boubakeur, le recteur de la mosquée de Paris, ou encore le comédien Roger Hanin.
Le Bab-El-Oued des années 1970 occupe une place importante dans cet ouvrage qui raconte les files d'attente interminables devant les nombreuses salles de cinéma du quartier comme le Lynx, le Plaza ou le Marignan, les innombrables cafés-bars et les vitrines des nombreux libraires et disquaires.
L'auteur raconte également un quartier populaire où les places publiques sont très prisées et jouent un rôle important dans ce microcosme de la société où la passion pour le football et les grands clubs algérois côtoient l'amour de la mer et de la pêche.
La vie à Bab-El-Oued est également rythmée par les rencontres de football entre les deux grands clubs de la capitale, MCA et USMA, des derbys que l'auteur restitue dans le moindre détail depuis l'ambiance festive d'avant match jusque dans les tribunes à Bologhine et plus tard au stade du 5-Juillet. L'auteur témoigne également des événements du 5 Octobre 1988 dans ce quartier et la «fusillade du 10 octobre de la même année qui a fait des dizaines de morts et de blessés (...), une date restée comme un trou béant dans la mémoire du quartier».
Autre épisode dramatique de l'histoire de ce quartier, relaté par l'auteur, les inondations de novembre 2001 qui ont fait des centaines de morts et de disparus et qui ont définitivement changé l'aspect du quartier et fragilisé de nombreuses bâtisses.
Mahdi Boukhalfa évoque par ailleurs un «univers urbain particulier» qui a subi de nombreux changements, souvent brusques, comme l'aménagement de la plage Rmila, l'abandon des salles de cinéma, ou encore récemment «la destruction et la disparition sans gloire du marché des Trois-Horloges».
Né à Alger en 1955, Mahdi Boukhalfa est sociologue de formation et journaliste de profession qui a entamé sa carrière en 1983 à l'agence de presse Algérie presse service.
Il signe en 2019 son premier ouvrage Mama Binette, naufragée en Barbarie qui sera suivi de La révolution du 22 février et La marche d'un peuple, les raisons de la colère sorti fin 2020 et de Pavillon Covid-19, sept jours en enfer, un récit publié en début d'année.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.