Real Madrid: Benzema savoure sa bonne forme    Un membre du PNC appréhendé par les services de sécurité de l'aéroport de Paris Orly    Niger - Algérie décalé au 12 octobre    Le grand gaspillage    Les islamistes marocains doutent de la régularité du scrutin    Incursion de près de 50 colons israéliens dans la mosquée d'El-Aqsa    Libération de 10 élèves enlevés en juillet dernier    Le procès en appel reporté au 10 octobre prochain    Un hommage a minima    Le MJS fixe un ultimatum au 30 septembre    L'aventure africaine débutera au Maroc    Trois morts et trois blessés sur la route    Mise en échec d'une tentative d'émigration clandestine    La saignée continue    Ouramdane Ahitous, le dernier forgeron d'Ihitoussen    La stèle du colonel Ali Mellah inaugurée à M'kira    Tayeb Thaâlibi inhumé au cimetière de Garidi à Alger    Reprise aujourd'hui avec Aït Djoudi    Delort et Boudaoui buteurs    Paris accuse, Washington et Canberra justifient    11 500 quintaux de lentilles et pois chiches pour lutter contre la spéculation    L'ANIE ignore les réserves des partis    Prise en charge psychologique des élèves    Vers une augmentation des tarifs    Prime de scolarité pour 61 000 élèves    Noureddine Bedoui inculpé    «L'économie nationale est dans une situation de précarité»    Trois joueurs de l'effectif de la saison écoulée retenus    Deux nouveautés chez Barzakh    Les dates officiellement fixées    Dos au mur    Des revendications en suspens: Les paramédicaux n'écartent pas le recours à la grève    Bouteflika et compassion religieuse    Mémoire indissociable    Benabderrahmane chez les sénateurs    Le remède miracle    Dites-le droit!    Le FFS est un rempart pour la patrie    «Une figure majeure de l'Algérie contemporaine»    L'épineux problème de Béjaïa    La campagne des locales sera virtuelle    L'hommage de Ramtane Lamamra    Nouvelles manifestations contre le pass sanitaire    Lamamra participe à la 76e session    Une forte baisse enregistrée    «Se battre pour défendre le film qu'on aime!»    Un concours de l'UE ouvert aux journalistes et aux artistes    Un écrivain pluriel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ali Tata, peindre Leveilley...
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 08 - 2021

Ici a vécu Matoub jeune. Leveilley se réveillait à peine des blessures de la guerre. Trig el Halloufa, un chemin vicinal, a laissé des traces sur les corps de mes voisins et des vieux de ma famille.
Je suis né ici en 1954, de mon père Arezki qui a passé sa vie aux abattoirs de Lafarge, au port d'Alger et quelquefois à faire du trabendo, rue de la Lyre.
Mon grand-père, que je n'ai pas connu, Hadj Saïd dit Hammou, était jardinier à l'hôpital Parnet dans les années 50.
En 1962, à l'indépendance donc, on quitte les hauteurs de Hussein-Dey pour venir nous installer avenue Laure dans le quartier du Nouvel Ambert.
Eh oui, à l'époque, les quartiers avaient de jolis noms. Ils étaient beaux et ils sentaient bon.
Mon quartier, aujourd'hui, s'appelle Houmat Etchoualaq ! Une honte ? Non, c'est malheureusement mon pays dans sa totalité qui est livré aux guenilles. Aux dépotoirs. Avec l'aval de ses gouvernants.
Ceux qui, pour nous instruire, nous disent, au moment où nos familles tombent comme des mouches, qu'il n'y a pas de pénurie d'oxygène mais que la demande a juste dépassé l'offre. Comme dans un souk.
Ils connaissent ça. Ils ne connaissent que ça !
J'ai fait l'école Meissonier de Leveilley. J'y suis rentré à l'âge de 9 ans. J'étais le plus vieux et le plus balèze de l'institution à l'époque. J'ai vécu des années traumatisantes. Graves. J'en ai porté le poids pendant plus d'un demi-siècle.
J'ai raté ma scolarité mais pas ma vie. J'ai fait un peu de tout. Après un passage salutaire chez les pères blancs, j'ai réussi à rattraper le circuit éducatif.
J'ai fait de la mécanique générale. J'ai réussi à devenir ajusteur-outilleur avant de me mettre, plus tard, à l'informatique et à la comptabilité.
Je me souviens de l'époque où, avec une bande de copains, on travaillait à l'Emal (Eaux minérales algériennes), on ne foutait rien, on buvait et on regardait le pays aller vers sa mort...
J'ai commencé à dessiner en 1962. C'est un copain de classe qui m'a initié. Depuis, il est devenu frérot. Je ne lui parle plus.
Mon pays a bien changé ! Je porte en moi les cuites et les terrasses de Fort-de-l'Eau. Je transporte mon âge et les nuits du vieil Alger, mes parties de foot, le jasmin, le chèvrefeuille, les mimosas....
Un volcan est né en moi depuis ma retraite. Je ne peux plus me taire. J'écris et je peins.
Tous les jours. Je ne saurais jamais expliquer pourquoi.
Le Hirak aurait pu être ma lave. Il est suspendu par cette morbide maladie qui nous arrache, chaque jour, plus d'amis. Vivons pour eux !!
M. O.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.