L'Algérie et l'Egypte conviennent de renforcer le partenariat et le jumelage interuniversitaire    Covid-19: suspension des cours dans les structures d'enseignement coranique pour 10 jours    Coronavirus: 400 cas du variant Omicron enregistrés en Algérie    EN: le constat sans appel de Belmadi    Suspension des cours dans les structures d'enseignement coranique pour 10 jours    L'impunité dont jouit l'occupant marocain aggrave la souffrance des Sahraouis    Coronavirus: 1.552 nouveaux cas, 656 guérisons et 10 décès    Le respect des mesures barrières et la vaccination, armes efficaces contre la propagation de la Covid-19    L'Otan est en train d'envahir l'Ukraine, selon Moscou    La CAPC exprime son "entière satisfaction"    Les opérateurs demandent la révision de la loi    Ghorbal et Etchiali retenus pas la FIFA    Le RCK et la JSBM champions d'hiver    Infondées et irrecevables dans la forme    LE PRIX DU PETROLE EN HAUSSE CONTINUE    Khalida Toumi, une femme à bout...    Le Mali veut réviser ses accords de défense avec la France    Plusieurs personnes arrêtées    Un «système de dissuasion» à Melilla et Ceuta pour contrer les menaces du Maroc    CAN 2021 : Fin de la préparation pour le choc face à la Côte d'Ivoire. Place au match !    Voile : l'équipe nationale de Bic-Techno en stage à Alger    Nabil Sadou, premier libéré    Le procès en appel de Hamel reporté au 9 février    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    503 dossiers de candidature déposés    Débat ouvert sur la situation au Moyen-Orient et en Palestine    Une bande de malfaiteurs spécialisée dans le vol de pièces détachées démantelée    Plus de 80 auteurs maintenus au concours littéraire Mohammed-Dib dans sa 8e édition    La pièce Habibi : une synergie à trois voix pour dénoncer les violences de genre    Ouverture des Journées du chant andalou en hommage à Abderrezak Fakhardji    La politique contre la ville ?    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    Covid-19 chez les enfants: Près de 170 cas dépistés en 1 mois    Les familles exclues du relogement du bidonville «Es-Sebkha»: La daïra d'Es-Senia publie les résultats des recours    Tlemcen: Le cri d'alarme d'un chef de service et les assurances du DG du CHU    La CNAS lance une campagne de sensibilisation: 15.000 déclarations annuelles sur les salaires déposées depuis le début de l'année    L'argent, il faut qu'il nous serve, qu'il serve l'économie. Pour cela, il est urgent de le remettre à sa place !    Bethioua, Mers El-Hadjadj, Aïn El-Bia et Misserghine: Quatre mini-zones d'activités en cours de réalisation    Les êtres qui montrent le chemin    Isabelle Eberhardt: Après une vie courte et émouvante, c'est une ironie du sort que de mourir noyée dans le désert    2022 : l'année de la révolte des peuples opprimés ?    Journée d'étude sur la relation entre la justice et la presse    La grève des avocats paralyse les tribunaux    L'OTAN vante les mérites de l'Algérie    Les arguments du ministère    Fatsah Chibane ressuscité    «Insurrection de 1871 : le Centenaire oublié»    Si Mohand u Mhand subjugue le public d'Akbou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



K. Yassine, 26 ans, mort immolé par le feu
Répression au Maroc
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 08 - 2021

Les habitants de Sidi Bennour au Maroc sont sortis, ce samedi, dans la rue pour dénoncer la «hogra» dont a été victime un jeune homme qui s'était immolé par le feu et est décédé plus tôt le matin, ont rapporté hier dimanche des médias locaux.
Le prénommé K. Yassine, 26 ans, s'était immolé par le feu le 28 juillet dernier, pour protester contre la saisie de sa charrette et sa marchandise par les autorités locales, selon les mêmes sources. Des centaines de manifestants, habitants de Sidi Bennour, dont des jeunes, hommes et femmes, ont convergé vers le centre-ville.
Citant un proche du défunt, les médias ont rapporté que Yassine qui subvenait aux besoins de sa famille, «est victime du manque d'emploi et du manque de médicaments».
Au Maroc, les vendeurs à la sauvette sont souvent pris pour cible par les services de sécurité. Vers le 17 juillet, la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo documentant la saisie par les pouvoirs publics de la marchandise d'un vendeur ambulant a déclenché une vague de colère et de ressentiment parmi l'opinion publique au Maroc, où les militants sur les sites de réseaux sociaux ont exprimé leur rejet d'un tel comportement. Cet incident n'est pas nouveau au Maroc. Le 28 octobre 2016, un commerçant poissonnier Mohcine Fikri, avait été broyé dans une benne à ordures alors qu'il tentait de s'opposer à la saisie de sa marchandise par la police. Ce drame a été l'élément déclencheur du mouvement populaire du Rif (Hirak) qui concerne principalement la population rifaine d'Al Hoceïma, de Nador, de Berkane et de leurs régions.
Raïssouni, 4e mois de grève de la faim
Au plan des libertés et des droits de l'Homme, Soulaimane Raïssouni poursuit sa grève de la faim, depuis quatre mois, il risque de mourir s'il n'est pas transféré au plus vite à l'hôpital. Mais sa demande a été refusée. Le journaliste marocain Soulaimane Raïssouni, dont l'état de santé s'est gravement dégradé, poursuivait samedi sa grève de la faim entamée il y a plus de 120 jours, et sa demande à être transféré à l'hôpital a été refusée par l'administration pénitentiaire sous prétexte que les hôpitaux sont surchargés avec des patients atteints du Covid-19.
Dans un tweet, Hadjer Raïssouni, journaliste également, a indiqué samedi, dans un tweet, que son oncle Soulaimane «n'a pas mis fin à sa grève de la faim et n'a pas encore été transféré à l'hôpital», l'administration pénitentiaire lui invoquant l'«absence de place au sein de l'hôpital Ibn-Rochd, submergé par les malades Covid-19».
Soulaimane Raïssouni, récemment condamné à cinq ans de prison pour ses opinions acerbes à l'encontre du régime marocain, avait demandé la semaine passée, à être hospitalisé pour mettre fin à sa grève de la faim. «Il est d'accord pour suspendre sa grève de la faim mais son état de santé est tellement grave qu'il a besoin d'être hospitalisé», selon son avocat Me Miloud Kandil.
Depuis plus de quatre mois, le journaliste refuse de s'alimenter pour protester contre une «grande injustice». Ces derniers jours, son état de santé s'est «détérioré» après un malaise : «Il avait perdu conscience, il était dans une situation hideuse. Je l'ai vu lundi, j'avais l'impression de parler avec un cadavre», avait souligné mardi dernier Me Kandil.
Récemment, plus de 350 personnalités marocaines et étrangères ont appelé l'éditorialiste à mettre fin à sa grève de la faim. Après sa condamnation, plusieurs ONG dont le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) et Reporters sans frontières (RSF), ont appelé à sa libération «immédiate».
R. I./APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.