Manchester City: Guardiola chipe un record à Mourinho    32e anniversaire de la disparition Dda Lmulud : l'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Qualifications CAN: dates et lieux des matchs Algérie - Zambie et Algérie - Botswana fixés    Une obligation, pas un choix    Cour de justice, délits de la contrebande et moyens de lutte en débat    Il y a 50 ans, les nationalisations des hydrocarbures    Les 12 commandements de la phase transitoire    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    Un vendredi sans heurts    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Le Chabab à Dar Es-Salam depuis jeudi    «Les joueurs doivent imposer leur football»    Nice - Gouiri : "Le plus important, c'est le collectif"    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Goudjil, l'APN, le 24 Février et la Grande Mosquée d'Alger    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Rebondissement dans le limogeage de l'ex-directeur de la radio locale    «Les femmes sont présentes dans les combats mais pas dans les acquis»    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Neuf militaires tués au Mali    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    AG élective de la FAA : Boukais révèle les irrégularités    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Keddara : Création d'un marché de l'artisanat    MOB : Bouchebah tacle la FAF et accuse    Coopération algéro-française : Appel à projets du programme Profas C+    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zefzafi et d'autres détenus du Hirak du Rif entament une grève de la faim
Maroc
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 01 - 2021

Le chef de file du Hirak du Rif au Maroc, Nasser Zafzafi, et huit autres détenus du mouvement entameront aujourd'hui une grève de la faim de 48 heures pour dénoncer la politique de la mainmise sécuritaire au Maroc face à la liberté de la presse et d'expression, et au droit de manifester pacifiquement, ont rapporté mardi des médias locaux.
«Six détenus du Hirak du Rif et trois journalistes en détention entament une grève de la faim, pour une durée de 48 heures, les 20 et 21 janvier», précisent les mêmes sources.
Il s'agit de Nasser Zefzafi, Nabil Ahamjik, Mohamed Haki, Mohamed Jelloul, Samir Ighid et Zakaria Adahchour, ainsi que l'historien et militant Maâti Monjib et les journalistes Omar Radi et Soulaïmane Raïssouni. Les proches des détenus ont décrit, mardi dans un communiqué, une action «symbolique» en protestation contre «la politique continue de la gestion purement sécuritaire de l'Etat vis-à-vis du droit de manifestation pacifique, de la liberté de la presse, d'opinion et d'expression, et le droit d'association». Ils considèrent cette grève de la faim comme «un cri», pour rappeler aux autorités que le phénomène de «la détention politique est la preuve du non-respect par l'Etat marocain» de ses obligations internationales ainsi que de «ses engagements avec ses partenaires» étrangers, exprimant leur «refus de la détention arbitraire, des procès iniques, de la répression des manifestations pacifiques, de la torture et de la violation des libertés».
Les familles déclarent tenir l'Etat marocain «responsable de ce qui pourrait arriver aux détenus», dont certains souffrent de problèmes de santé après plusieurs grèves de la faim observées par le passé, appelant à une rupture «avec ces pratiques sécuritaires».
Pour rappel, Nasser Zafzafi a mené une série de grèves de la faim depuis son arrestation en mai 2017 pour contester son arrestation et améliorer les conditions de sa détention.
En avril 2019, la justice marocaine a confirmé le jugement initial de 20 ans d'emprisonnement contre Nasser Zefzafi et trois autres meneurs de la contestation qui a agité en 2016 et 2017 la région marocaine du Rif. Les autres peines vont de 1 à 15 ans de réclusion.
protestation a été déclenchée par la mort en 2016 d'un vendeur de poisson, Mohsen Fikry, broyé dans une benne à ordures en tentant de s'opposer à la saisie de sa marchandise. Des centaines de militants ont été arrêtés durant ces évènements, selon les estimations des organisations de défense des droits de l'Homme.
Certains d'entre eux ont été libérés après l'expiration de leur peine.
L'association des familles de prisonniers du Hirak Al-Rif estime à 23 le nombre de militants toujours détenus, dont Nasser Zefzafi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.