Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le pétrole est entré dans une zone trouble
Ça spécule déjà sur la prochaine réunion d'Opep+
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 08 - 2021

Si la semaine dernière, le prix du pétrole l'a bouclée en réalisant la performance de demeurer aux alentours de la barre des 70 dollars le baril de Brent, malgré les rapports pessimistes sur la demande et les incursions américaines pour obtenir de l'Opep une augmentation de la production afin que les prix amorcent une tendance à la baisse, la semaine courante s'avère plus délicate, même si hier, jusqu'en début d'après-midi, les prix ont fait de la résistance.
D'une part, les craintes suscitées par le variant Delta sur l'activité économique, avec son impact sur la demande, et d'autre part, les Chinois qui continuent à puiser dans leurs réserves stratégiques en se faisant moins visibles sur le marché. Deux donnes baissières qui viennent augmenter le doute qui s'installe sur le marché mondial déjà bien mis mal à l'aise par les deux rapports contradictoires sur les perspectives de la demande, rapports de l'Opep et de l'Agence internationale de l'énergie (AIE).
L'Opep, malgré les aléas de ces dernières semaines, maintient ses prévisions sur la demande pour 2021 inchangées par rapport au mois précédent (96,6 millions de barils par jour), mais réduit sa prévision de la demande de 1,1 million de bpj pour 2022 pour s'établir à 99,9 millions de bpj. Dans le même temps, l'AIE prévient que la croissance de la demande pourrait ralentir au cours de la période restante de 2021 et recommande à l'Opep+ d'adopter une voie plus prudente.
Des contingences qui ont eu, immanquablement, leur effet sur le marché marqué par un début de semaine (lundi) plutôt calme, le Brent se négociant juste en dessous de la barre des 70 dollars le baril et le WTI oscillant autour de 67,5 dollars le baril. Malgré cette accalmie, somme toute relative, le sentiment à court terme est devenu plus baissier chez la grande majorité des analystes en raison de la progression du variant Delta.
Lundi, à la réouverture du marché, par la «faute» de la Chine où la pandémie regagne du terrain, suscitant de sérieuses inquiétudes sur la demande, déjà touchée par le recours aux réserves stratégiques, les chiffres très décevants sur l'activité économique là-bas ont enfoncé les prix des deux barils de référence, glissant à 69,51 dollars le baril pour le Brent et 67,29 pour le WTI.
Un scénario qui n'incite pas à l'optimisme pour les jours qui viennent d'autant plus que la tendance a été confirmée mardi, les prix accusant leur quatrième séance consécutive de baisse, le baril de Brent ayant été cédé au cours final de 69,03 dollars.
Il a fallu attendre hier pour que les intervenants sur le marché retrouvent quelques couleurs, lorsque les chiffres des stocks américains rendus publics par l'American Petroleum Institute (API), la fédération des professionnels américains du secteur, faisaient état de stocks de brut en baisse de 1,2 million de barils la semaine dernière. Ceci en attendant les chiffres habituellement plus fiables de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).
Une zone trouble que traverse le pétrole et qui déjà donne lieu à de nombreuses spéculations sur le déroulé de la prochaine rencontre des ministres de l'Opep et leurs alliés dans Opep+. Selon l'agence Reuters, les 13+10 regroupés au sein de l'Opep+ n'ont pas l'intention d'accéder aux désirs de l'Administration Biden d'ouvrir un peu plus les vannes en raison des prix de l'essence plutôt élevés ces derniers temps aux Etats-Unis. «Le désir de Biden de bas prix de l'essence au détail n'est actuellement pas une priorité de l'Opep+. Il est peu probable que l'alliance réponde à de tels appels pour deux raisons. Un, la demande d'essence culmine normalement pendant la période estivale, ce qui signifie que les prix chuteront probablement bientôt. La demande estivale a été en grande partie responsable de la remontée des prix observée entre juin et août.
La croissance de la demande ralentira probablement dans la partie restante de 2021, ce qui signifierait que les prix atteindraient leurs plus hauts niveaux en juillet. Deux, l'impact du variant Delta est une question d'incertitude importante. La poursuite des mesures de verrouillage et la restriction des voyages en Chine sont particulièrement préoccupantes et soulèvent des questions sur l'efficacité des vaccins contre le variant Delta.
Dans ce cas, une troisième dose peut être nécessaire. Cette demande est susceptible d'être un grave sujet de préoccupation pour l'Opep+ lors de sa réunion de septembre et pourrait conduire le groupe à retarder ou à ralentir la montée en puissance de la production au cas où la situation en Chine continuerait de se détériorer» analysait, il y a deux jours, Youssef Al Shammari, l'ancien chercheur à l'Opep et actuel patron et responsable de la recherche pétrolière chez C. Markits.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.