153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ce Maroc-là, c'est euphorisant
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 08 - 2021

La mesure est forte, historique et pour certains, elle aurait pu intervenir bien plus tôt. Après le rappel de notre ambassadeur à Rabat, suite à la manœuvre anti-algérienne du représentant du Makhzen à l'ONU, le discours trompeur de Mohammed VI, le roi, aucun signal de bonne volonté n'est venu de chez notre voisin obligé de l'Ouest. Le rappel de notre ambassadeur est resté sans écho. Quant à espérer un mea-culpa susceptible de dissiper ce qui pourrait être juste un nuage sur les relations traditionnelles entre les deux pays, ce serait faire une mauvaise appréciation des intentions cachées, nourries depuis des lustres contre l'Algérie. Il faut d'abord observer que les us en diplomatie sont bafoués par la partie marocaine. Pis, face aux coups fourrés est venu celui du consul marocain à Oran qui a traité, en public, l'Algérie de pays ennemi.
Du côté d'El Mouradia, le sang-froid a prévalu. L'on a privilégié le bon sens et la sagesse et de ne pas faire de la publicité à cette affaire qui a offusqué jusqu'au citoyen lambda. Pourtant, cela a été pris pour de la faiblesse au moment où l'Etat se focalise sur la gestion de la situation intérieure des plus compliquées, léguée par l'ancien président. Les sujets de la monarchie alaouite en profitent et affûtent leurs armes contre un pays «frère».
Rappelons le soutien aux terroristes du GIA, accueillis avec tous les égards. Aujourd'hui, l'intention de nuire prend une autre tournure avec la guerre de la drogue. Pour se donner bonne conscience quant à cette hostilité récurrente, certains veulent établir un lien avec la question du Sahara Occidental. En réalité, le Makhzen n'a de cesse de rechercher les prétextes à querelle bien avant son aventure coloniale au Sahara Occidental. Il faut reconnaître à la monarchie marocaine son caractère belliqueux, d'une part. D'autre part, elle est mue par son rêve de puissance. Ses velléités expansionnistes visent, outre notre pays (le grand Maroc), la Mauritanie et vont jusqu'au fleuve Sénégal. Du reste, cela n'est un secret pour personne, diriez-vous. Certes oui, sauf qu'en faire une doctrine politique mérite vigilance à tout instant. Ne jamais baisser la garde. Loin de s'en tenir à la légalité internationale, les maîtres réels, c'est-à dire cachés, du pouvoir au Maroc échafaudent de pires plans, l'Algérie comme cible. Les offres de services du Makhzen ne s'accommodent point de décence. La normalisation avec l'Etat sioniste, contre la volonté des Marocains, lui donne de nouvelles idées : passer outre les décisions de la communauté internationale, prenant en cela exemple sur son désormais mentor usurpateur, tueur des Palestiniens, l'Etat d'Israël. En toute impunité, dans un contexte de lâcheté générale. La décision même tardive de rompre avec le Maroc officiel doit être vue comme un sursaut face aux visées d'un agenda qui n'augure rien de bon. Le Makhzen, lui, a choisi de rompre avec un patrimoine commun en matière de liens multiples qui tiennent à l'histoire. À moins que l'image de ce Maroc-là ne soit, en définitive, qu'un leurre.
Brahim Taouchichet
N. B. : J'attendais la réaction de la Ligue arabe. J'ai eu connaissance de son communiqué, mercredi 24 août. Une fois de plus, je suis pétrifié quant à la vacuité d'une telle association.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.