Elections locales: Le MSP s'en prend à l'ANIE    Croissance factice    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Feux d'artifice, pétards et leur danger    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Fortunes diverses pour les Algériens    Une loi pour protéger les institutions    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    La renaissance    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    Livraison de la totalité des infrastructures rénovées en décembre    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Des listes passées à la moulinette    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Infantino en tournée en Amérique latine    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    L'échauffement, à bout de souffle    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 09 - 2021

- Dis ! Pour en finir une bonne fois pour toutes avec cette histoire de Grande Mosquée, on ne pourrait pas la reconvertir en Grand Hôpital ?
- Impossible ! Les architectes sont formels, c'est structurellement incompatible.
- Alors, qu'on en fasse un Grand Musée des crimes et malversations du Clan d'Oujda-Les-Deux-Mosquées ?
- Trop petite !
- ???
Non ! Je ne suis pas grand chef indien communiquant avec la tribu d'en-haut à travers des signaux de fumée. Je dis juste, à partir de mon humble tipi, qu'il y a tout de même des signaux forts à donner pour ramener la crédibilité et la confiance entre gouvernants et gouvernés. Deux exemples : les victimes des incendies qui ont ravagé nos forêts, notamment en Kabylie. Plusieurs d'entre elles sont hospitalisées à l'hôpital de Douéra, à Alger. Et leurs parents, à juste titre ,s'alarment de leur état. Plus précisément de la dégradation de cet état. On ne peut pas faire les sourds ou regarder ailleurs lorsque de tels cris de détresse montent vers nous. L'hôpital de Douéra — de cela je suis convaincu — fait ce qu'il peut avec ses moyens. Mais, l'Etat souverain peut faire plus qu'un hôpital. Il peut montrer et montrer vite que ces grands brûlés ne seront pas laissés, pour certains, à l'agonie. C'est comme cela aussi que l'on retisse les liens que d'autres ont voulu couper, sectionner. L'Etat, protecteur de la santé des citoyens, doit parler, et parler et agir maintenant. Pas dans les cimetières et pas que dans des communiqués de condoléances. Deuxième signal fort : je note avec rage que les initiateurs, organisateurs et exécutants de ce conclave « zéro Kabyles » maquillé en « université d'été » et qui s'est tenu dans la région de Bel-Abbès, sont toujours en liberté dans la verte vallée de l'amnésie. C'est tout bonnement intolérable. Personne ne peut impunément décréter le séparatisme et le génocide d'une partie du peuple d'Algérie. C'est cela aussi l'équité républicaine. Si l'on veut bâtir une république de tous les citoyens. Si l'on veut enfin être audible et crédible ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.