Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    L'Anie impose un black-out autour des listes    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    Mahrez : "Pas de mots pour décrire le niveau de Benzema"    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hatab Sarajevo traduit en anglais
Littérature
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 09 - 2021

La version anglaise de Hatab Sarajevo, roman de Saïd Khatibi initialement écrit en langue arabe, est récemment parue sous le titre Sarajevo Firewood, aux éditions Banipal - Londres, sous la plume de Paul Starkey.
Dans Hatab Sarajevo, Saïd Khatibi met à nu la «laideur» du conflit entre frères appartenant à une même terre, à travers l'histoire de Salim (Algérien) et Ivana (Bosniaque) qui ont fui leurs pays respectifs, car devenus proies à d'intenses conflits internes, causés par des divergences politiques, ethniques et religieuses.
«En Algérie, comme en Bosnie-Herzégovine, le XXe siècle a connu une fin tragique», brillamment répercutée dans le roman de Saïd Khatibi, à travers les parcours de vie malheureux de Salim et Ivana qui n'ont, désormais, en commun que le deuil et la douleur.
Se retrouvant en Slovénie, chacun d'eux va tenter de dissiper de son esprit meurtri, l'«odeur de la guerre et reconstruire sa vie en reconsidérant les valeurs humaines et nationales communes qui ont permis la décolonisation et la libération du pays.
Roman à succès de 327 pages, d'abord paru aux éditions, El Ikhtilef en 2018 et Difaf, (Beyrouth) en 2020, Hatab Sarajevo, qualifié de «roman labyrinthique, courageux et extraordinaire», a été retenu en 2020 dans la «Short List» des romans proposés au Booker Prize arabe.
Né en 1984 dans la ville de Bou-Saâda, Saïd Khatibi a étudié à l' université d'Alger, avant de poursuivre une formation supérieure approfondie en littérature à la Sorbonne (Paris). Poète et auteur s'exprimant en langues, arabe et française, il a été distingué à différentes occasions et compte à son actif une dizaine de romans, dont Kitab El Khataya (2013), Jana'in a sharq el moultahiba ou voyage dans les Balkans (2015), Quarante ans d'attente pour Isabelle (paru en 2016 et traduit en espagnol par Noemi Fierro Bandera) et Bois de chauffage de Sarajevo (2018).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.