Retour des supporters dans les stades : Le grand cafouillage !    BF : la descente aux enfers    les effets sur votre corps d'une consommation quotidienne de thé vert    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    Croissance factice    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Déboires d'un père de 9 enfants    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    relâchement au match retour    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    Les douanes sont-elles des passoires?    La renaissance    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    La rengaine du chantage    Une loi pour protéger les institutions    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Quand la sonorisation fait défaut dans les tribunaux    Des listes passées à la moulinette    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Parution de la version anglaise
«Hatab Sarajevo», roman de Saïd Khatibi
Publié dans L'Expression le 22 - 09 - 2021

La version anglaise de «Hatab Sarajevo», roman de Saïd Khatibi, initialement écrit en langue arabe, est récemment parue sous le titre «Sarajevo Firewood», aux éditions Banipal - Londres, sous la plume de Paul Starkey. Dans «Hatab Sarajevo», Saïd Khatibi met à nu la «laideur» du conflit entre frères appartenant à une même terre, à travers l'histoire de Salim (algérien) et Ivana (bosniaque) qui ont fui leurs pays respectifs, car devenus proies à d'intenses conflits internes, causés par des divergences politiques, ethniques et religieuses.
«En Algérie, comme en Bosnie-Herzégovine, le XXe siècle a connu une fin tragique», brillamment répercutée dans le roman de Saïd Khatibi, à travers les parcours de vie malheureux de Salim et Ivana qui n'ont désormais en commun que le deuil et la douleur. Se retrouvant en Slovénie, chacun d'eux va tenter de dissiper de son esprit meurtri, l' «odeur de la guerre» et reconstruire sa vie en reconsidérant les valeurs humaines et nationales communes qui ont permis la décolonisation et la libération du pays.
Roman à succès de 327 pages, d'abord paru aux éditions, El Ikhtilef en 2018 et Difaf, (Beyrouth) en 2020, «Hatab Sarajevo», qualifié de «roman labyrinthique, courageux et extraordinaire», a été retenu en 2020 dans la «Short List» des romans proposés au Booker Prize arabe.
Né en 1984 dans la ville de Boussaâda, Saïd Khatibi a étudié à l' université d'Alger, avant de poursuivre une formation supérieure approfondie en littérature à la Sorbonne (Paris).
Poète et auteur s'exprimant en langues, arabe et française, il a été distingué à différentes occasions et compte à son actif une dizaine de romans, dont «Kitab El Khataya» (2013), «Jana'in a sharq el moultahiba» ou voyage dans les Balkans (2015), «Quarante ans d'attente pour Isabelle» (paru en 2016 et traduit en espagnol par Noemi Fierro Bandera) et «Bois de chauffage de Sarajevo» (2018).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.