les effets sur votre corps d'une consommation quotidienne de thé vert    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    Elections locales: Le MSP s'en prend à l'ANIE    Croissance factice    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Feux d'artifice, pétards et leur danger    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Une loi pour protéger les institutions    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Fortunes diverses pour les Algériens    L'informel menace l'Etat    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La renaissance    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    Des listes passées à la moulinette    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    L'échauffement, à bout de souffle    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un monodrame algérien sélectionné
Festival international de théâtre de Budapest
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 09 - 2021

Le monodrame Saha l'Artiste, une immersion dans l'univers de la création artistique soumise aux règles impitoyables des sociétés de consommation, prend part au Festival international de théâtre de Budapest (Hongrie), prévu du 25 septembre au 6 octobre 2021.
Ecrit et mis en scène par le dramaturge Omar Fetmouche, Saha l'Artiste, spectacle de 60 mn, sera conduit le 30 septembre sur les planches du Théâtre national de Budapest par le comédien Ahcène Azazni, soutenu par le musicien Amar cherifi.
Selon des spectateurs qui ont vu le spectacle à Alger, Saha l'Artiste est une «nouvelle forme de spectacles», qui mêle le théâtre à la musique dans une fusion des genres «intéressante», ce qui a permis, ont-ils ajouté, «une plus grande proximité avec le public et rendu le message plus accessible».
Le spectacle raconte l'histoire d'un violoniste à qui manquait un fil à son instrument, et qui se rend vite compte que tous les magasins de musique qu'il connaissait ont été transformés en fast-food, dans une société de consommation «délabrée», où le «souci du gain facile» règne en maître absolu.
Dans un environnement hostile à toute créativité artistique où il est impossible de trouver une corde de violon, le musicien décide alors de quitter le pays, et va, pour ce faire, voir Moul el khit, un affairiste débrouillard détenant toutes les ficelles et pouvant contourner toutes sortes de problèmes pour lui procurer un visa.
De l'autre côté de la Méditerranée, l'artiste s'épanouit et y trouve son compte, allant jusqu'à étudier la contre-basse, instrument qu'il a adopté et acheté sans son étui, se voyant, à son retour au pays, contraint de le faire transiter dans un cercueil, faisant croire que c'est la dépouille de sa femme, une Française qu'il avait épousée et réussi à convertir à l'Islam.
Interprétant pas moins d'une quinzaine de personnages, Ahcène Azazni va user de tous ses talents de comédien pour surmonter les difficultés d'un tel exercice, auquel se livrera également, à un degré moindre, Amar Chérifi, chanteur chaâbi à la mandole, qui aura à reprendre en chanson les moments forts de la trame, assurer les transitions et donner à son instrument des élans de narrateur.
Chevronné des planches, Ahcène Azazni convoquera devant le public hongrois, entre autres personnages, Moul el khit, ammi Hmida, quelques clients d'un restaurant, le vieux tailleur de pierres tombales, le douanier, le chauffeur du corbillard de fortune, le policier, le malfrat déguisé en «Capitaine Crochet», la tante Zohra et le gardien du cimetière, autant dire que l'Artiste aura à relever, une fois de plus, le défi de bien porter le texte du spectacle.
La corde manquante au violon révélera ainsi tous les maux de la société, permettant à Ahcène Azazni de poser avec brio la problématique de «l'espace de créativité artistique et de production en Algérie».
Le monodrame Saha l'Artiste a été produit en 2019 par la coopérative «Théâtre Sindjab» de Bordj-Menaïel, en collaboration avec le Tna.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.