Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Les banques appelées à augmenter le niveau des crédits destinés à l'investissement et suivre les projets financés    Foncier industriel: une gestion selon une approche purement économique    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Tribunal de Sidi M'hamed: le procès de l'ancien wali d'Ain Defla reporté à jeudi prochain    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Bougherra : "Face à l'Egypte, tout faire pour terminer premier"    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    L'APW dans l'escarcelle du FLN    Importation de véhicules : Le Président Tebboune ordonne la révision immédiate du cahier des charges    Le défi de la qualité    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Tapis rouge pour Mahmoud Abbas    Les graves accusations de Baâdji    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Le dernier vol du colibri !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    Longue chaîne létale    L'UGTT réclame un «dialogue national»    Haaland peste contre l'arbitrage    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    La musique andalouse dans tous ses états    «Soula» de Salah Issaâd en compétition    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    Le FFS fait son bilan    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Augmentation pénalisante des prix    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    Les Gambiens élisent leur Président pour oublier la dictature    «J'aimerais marquer plus de buts pour l'Algérie»    A ou A', ces Verts hybrides tiendront-ils longtemps ?    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    Rencontre internationale sur l'œuvre de M'hamed Safi El Mostaghanemi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le monodrame «Saha l'Artiste» participe
Festival international de Budapest
Publié dans L'Expression le 27 - 09 - 2021

Le monodrame, «Saha l'Artiste», une immersion dans l'univers de la création artistique soumise aux règles impitoyables des sociétés de consommation, prend part au Festival international de théâtre de Budapest (Hongrie), qui a débuté le 25 septembre et se décline jusqu' au 6 octobre 2021. Ecrit et mis en scène par le dramaturge Omar Fetmouche, «Saha l'Artiste», spectacle de 60 mn, sera conduit le 30 septembre sur les planches du Théâtre national de Budapest par le comédien, Ahcène Azazni, soutenu par le musicien Amar Cherifi. Selon des spectateurs qui ont vu le spectacle à Alger, «Saha l'Artiste» est une «nouvelle forme de spectacles», qui mêle le théâtre à la musique dans une fusion des genres «intéressante», ce qui a permis, ont-ils ajouté, «une plus grande proximité avec le public et rendu le message «plus accessible».
Le spectacle raconte l'histoire d'un violoniste, à qui manquait un fil à son instrument, et qui se rend vite compte que tous les magasins de musique qu'il connaissait ont été transformés en «fast-food», dans une société de consommation «délabrée», où le «souci du gain facile», règne en maître absolu. Dans un environnement hostile à toute créativité artistique où il est impossible de trouver une corde de violon, le musicien décide alors de quitter le pays, et va, pour ce faire, voir «Moul el khit», un affairiste débrouillard détenant toutes les ficelles et pouvant contourner toutes sortes de problèmes pour lui procurer un visa. De l'autre côté de la Méditerranée, l'artiste s'épanouit et trouve son compte, allant jusqu'à étudier la contre-basse, instrument qu'il a adopté et acheté sans son étui, se voyant, à son retour au pays, contraint de le faire transiter dans un cercueil, faisant croire que c'est la dépouille de sa femme, une Française qu'il avait épousée et réussi à convertir à l'islam. Interprétant pas moins d'une quinzaine de personnages, Ahcène Azazni va user de tous ses talents de comédien pour surmonter les difficultés d'un tel exercice, auquel se livrera également, à un degré moindre, Amar Chérifi, chanteur chaâbi à la mandole, qui aura à reprendre en chanson, les moments forts de la trame, assurer les transitions, et donner à son instrument des élans de narrateur. Chevronné des planches, Ahcène Azazni convoquera devant le public hongrois, entre autres personnages, «Moul el khit», Aâmmi Hmida, quelques clients d'un restaurant, le vieux tailleur de pierre tombale, le douanier, le chauffeur du corbillard de fortune, le policier, le malfrat déguisé en «Capitaine crochet», la tante Zohra et le gardien du cimetière, autant dire que l'Artiste aura à relever, une fois de plus, le défi de bien porter le texte du spectacle. La corde manquante au violon révélera ainsi tous les maux de la société, permettant à Ahcène Azazni de poser avec brio, la problématique de «l'espace de créativité artistique et de production en Algérie». Le monodrame «Saha l'Artiste» a été produit en 2019 par la Coopérative «Théâtre Sindjab» de Bordj-Ménaïel, en collaboration avec le TNA.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.