Une équipe algérienne décroche la 1re place    L'armée d'occupation israélienne attaque une ville palestinienne    Nous n'adhérerons à aucun processus de paix au vu de la poursuite du terrorisme marocain et du silence onusien    Plusieurs interventions dans le Centre et l'Est du pays ces dernières 24h    Les nouvelles technologies contribueront à sa généralisation    «Réception de la majorité des structures sportives vers la fin du mois»    Les ressources du secteur industriel "permettent de se passer d'une grande partie des revenus des hydrocarbures"    La conférence unificatrice des factions palestiniennes en Algérie, une affirmation du caractère sacré de la cause palestinienne    Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Man City : Déjà un accord entre Ferran Torres et le Barça ?    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    Légère baisse de la production d'agrumes    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Les Benhamadi condamnés    En souvenir d'Omdurman    Le dossier sera traité jeudi prochain    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    Le Covid contamine les écoles    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    Belmadi 4e, Mancini sacré !    Du gluten dans votre shampooing    Le RND remporte la présidence de l'APW    Le détail qui échappe à Charfi    Tout dépendra encore des recours    A Tierra met le cap sur Annaba    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Le bras de fer continue !    Les points à retenir du Conseil des ministres    Aziza Oussedik en paisible retraite    L'interaction Tamazight et l'informatique    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Focus sur le cinéma d'émigration
Cinémathèque d'Alger
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 10 - 2021

A l'occasion de la 60e commémoration des massacres du 17 Octobre 1961 à Paris, la Cinémathèque d'Alger organise un cycle dédié au cinéma de l'émigration avec au programme une dizaine de films.
La Cinémathèque algérienne, sise à la rue Larbi-Ben M'hidi, abrite, depuis le 10 octobre, un cycle de projections dédié au cinéma de l'émigration à l'occasion de la 60e commémoration des massacres d'Octobre 1961. Plusieurs films sont à l'affiche, entre fictions et documentaires, et donnent un aperçu assez large de la création cinématographique algérienne à l'étranger.
Plusieurs œuvres rattachées aux thématiques chères aux réalisateurs algériens établis en France étaient au programme de cette semaine, à l'instar de Vivre au paradis de Bourlem Guerdjou (1998). Ce long-métrage, qui réunit Roshdy Zem, Fadila Belkebla, Hiam Abbas et autre Omar Bekhaled, se déroule dans le bidonville de Nanterre durant la guerre d'Algérie.
Lakhdar, un ouvrier émigré algérien, qui réussit à faire venir sa femme et ses enfants. S'ensuit une longue bataille pour leur offrir un logement décent. Récompensé en 1999 par le Tanit d'or du meilleur film aux Journées cinématographiques de Carthage, Vivre au paradis se distingue par une stylistique sobre et émancipée des poncifs liés au cinéma de l'émigration. Il ne s'agit nullement d'opérer une radioscopie larmoyante de la condition des exilés algériens en France, mais au contraire leur donner corps au grand écran, les questionner dans leur entière dimension humaine et faire s'interroger le spectateur à son tour. Et même s'il aborde la problématique de l'intégration et des différences culturelles, Bourlem Guerdjou ne verse pas pour autant dans les archétypes de genre et se refuse à la facilité d'imposer une dualité surfaite entre désir d'émancipation et besoin d'enracinement. Tout en nuances et en élégance, le film s'insinue au cœur d'une tragédie réelle sans en grossir les traits ni caricaturer les personnages. Parmi les films projetés dans le cadre de ce cycle, citons également Le Gone de Chaâba (1997) de Christophe Ruggia, adapté du récit autobiographique de Azzouz Beggag. On reste dans l'ambiance des bidonvilles, mais cette fois-ci à Lyon où le jeune Omar passe son enfance dans les années 1960. Traitée sous forme de comédie, l'émigration y est dépeinte à travers un dispositif filmique prévisible : la vie quotidienne des émigrés, la misère, le racisme, l'intégration, les différences culturelles, etc.
Le programme de la Cinémathèque proposait, en outre, Inch'Allah dimanche (2001) de Yamina Benguigui qui aborde, elle aussi, l'émigration à travers le prisme d'une intégration difficile, confrontée au racisme et à la xénophobie.
Côté documentaire, les manifestations du 17 Octobre 1961 à Paris et le massacre qui s'en est suivi sous les ordres de la 5e République et du préfet de police Maurice Papon sont évoqués à travers deux films : Octobre à Paris (1962) de Jacques Panijel et Ici, on noie les Algériens (2011) de Yasmina Addi. Le premier, longtemps interdit en France (il n'est sorti en salles qu'en 2011), suit les préparatifs des manifestations nocturnes de dizaines de milliers d'émigrés algériens sortis à l'appel du FLN pour protester contre les mesures du couvre-feu ; il aborde surtout et de manière directe les violences policières et les assassinats qui s'en sont suivis : des dizaines de manifestants tabassés, tués par balles ou jetés à la Seine par les forces de l'ordre. Le second, réalisé cinquante ans plus tard, interroge des témoins et acteurs de l'époque pour mettre en lumière les responsabilités au plus haut sommet de l'Etat français dans le massacre qui a coûté la vie à plus de 300 manifestants.
Sarah H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.