Sellal acquitté    Coupe Arabe : Le groupe de l'Algérie au complet pour la séance d'entrainement du dimanche à Doha    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    La Cour constitutionnelle tranche en faveur des avocats    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le Championnat national hivernal les 18 et 19 mars à Oran    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les indépendants conduiront la commune de Constantine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le MSP menace de se retirer
ELECTIONS LOCALES
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 10 - 2021

Le Mouvement de la société pour la paix brandit la menace de retrait des élections locales anticipées prévues le 27 novembre prochain.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Une fois de plus, le Mouvement de la société pour la paix recourt à sa ruse dont il a l'art de l'usage, la menace, ou la fausse menace. Dans un communiqué de son bureau national, le mouvement islamiste estime qu'il pourrait, à tout moment, revoir sa position à l'égard des élections anticipées portant renouvellement des Assemblées populaires communales et celles de wilaya. Plus que cela, il affirme que sa menace pourrait être collective puisqu'il serait en concertation avec d'autres partis à l'effet de mener la rébellion en communion dans l'optique de peser plus lourd.
À l'origine de la grogne du parti que dirige Abderezzak Makri, le fameux article 184 de la loi portant régime électoral qui, dans son septième alinéa, exige que le candidat «ne doit pas être connu du public sur son lien avec les milieux financiers et commerciaux suspects et son impact, directement et indirectement, sur le libre choix des électeurs et le bon déroulement du processus électoral».
Une disposition à l'origine de rejets à la pelle de bien de dossiers de candidats à ces élections, et auxquels le MSP n'échapperait pas. Plus que cela, il serait l'une des principales victimes comme ce fut le cas lors des élections législatives anticipées du 12 juin écoulé. Une exclusion de candidats qui, selon le parti islamiste, obéirait à une politique systématique qui viserait les éléments d'une concurrence loyale et démocratique. Pour lui, cela constitue, en tout point de vue, une «sorte de fraude préalable et d'un contrôle pur et simple des résultats des élections». Et au MSP de douter de la volonté politique exprimée au plus haut sommet de l'Etat, et la consécration des engagements du président de la République de respecter la volonté populaire et la moralisation de la vie politique, au vu de ce à quoi ces élections sont exposées». Sans le dire explicitement, le MSP menace de remettre en cause son mot d'ordre de participation à ces élections. Une nouvelle position pour les besoins de laquelle il affirme «mobiliser les partis politiques pour faire pression en ce sens», faisant part d'une «coordination avec les partenaires politiques, et que la position finale sur ces élections est ouverte à toutes les éventualités». Dans son communiqué, le MSP s'en prend vertement à l'Autorité nationale indépendante des élections dont «la supervision de cette manière des élections est bien pire que celle de ses prédécesseurs, ce qui confirme que la crise de la démocratie dans le pays est dans les mentalités sclérosées et des pratiques autoritaires, et non dans les textes de loi».
À rappeler que le Front pour la justice et le développement, le parti Talaie el Hourriyet et le mouvement Nahda ont déjà signifié leur retrait de la course électorale prévue dans moins de deux mois, rejoignant, ainsi, le Rassemblement pour la culture et la démocratie et le Parti socialiste des travailleurs qui ont, dès le départ, signifié leur rejet de ces élections. Ceci alors que le Parti des travailleurs se contente d'une participation de forme pour avoir laissé le choix à ses structures locales. Sur un autre plan, le MSP a évoqué le soixantième anniversaire des massacres du 17 Octobre 1961 contre les Algériens à Paris. Pour le mouvement islamiste, il s'agit d'un «crime d'Etat contre l'humanité et pas seulement d'une répression violente de manifestants pacifiques». Et de considérer que les droits historiques «ne relèvent pas de la prescription», appelant à recourir à la justice internationale pour honorer les martyrs et ne pas attendre que la France officielle les reconnaisse, s'excuse pour eux et les dédommage».
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.