Real : Rüdiger est la priorité défensive    L'Algérie pour écrire son nom sur les tablettes de l'épreuve    Lionel Messi au septième ciel du football à Paris    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    "EDEX-2021" du Caire : Said Chanegriha reçu par son homologue égyptien    Opep+ œuvrera à préserver l'équilibre du marché dans le contexte des craintes du variant Omicron    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Raffinerie de Skikda : une flamme derrière l'incident survenu mardi    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Covid-19: la pandémie a fait au moins 5.206.370 morts dans le monde    Séance de travail Lamamra-Wang Yi à Dakar    (EXCLUSIF) Noureddine Tayebi (fondateur de "Yassir"): « ce n'était pas une mince affaire »    Monoxyde de carbone : 95 décès depuis le début de l'année    Le rôle pionner de l'APS dans l'accès du citoyen à l'information mis en exergue    Sebgag dépêché en urgence à Oran    Plus de 200 investisseurs mis en demeure en 2021    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    La campagne nationale de vaccination lancée    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    Vers le dénouement de la crise ?    Une bureaucratie en remplace une autre !    Les nouvelles technologies au secours de la culture    "Fahla , l'audace dans la langue algérienne"    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Le Maroc et Israël main dans la main contre l'Algérie    11 entraîneurs européens présents au Qatar    10 000 hectares réservés à la céréaliculture à El-Ménéa    L'article 29 à la carte !    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    «L'Algérie se considère actuellement comme un Etat en confrontation avec l'entité sioniste»    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    Une bonne nouvelle peut cacher un film    ACTUCULT    Compliqué pour la Saoura, jouable pour la JSK    Deuxième succès des Algériennes face à la Tunisie    Prévue le 7 décembre: Grève annoncée à la Santé    Les rejets anarchiques prennent de l'ampleur: 720 tonnes de déchets inertes collectées en trois jours    «La faiblesse des flux Internet fausse tout»    Les spéculateurs ont la peau dure    Assommants cachets...    «L'Algérie ne renoncera pas!»    Le monde vu par El Moudjahid    Une ville cruciale dans la guerre au Yémen    Un cas unique de corruption    Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»    Les orphelins de la vallée de la Soummam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La colère du FFS
Elections locales
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 10 - 2021

Après le MSP, le FFS a dénoncé, hier, l'exclusion de plusieurs de ses candidats aux élections locales du 27 novembre prochain, condamnant l'attitude de l'Anie qui s'est appuyée sur des rapports des services de sécurité pour justifier ses décisions.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Sans donner des détails sur le nombre des dossiers de candidature rejetés, le FFS s'est emporté contre l'exclusion «abusive» de nombreux candidats présentés par le parti dans les listes APC et APW.
Dans un communiqué signé par son premier secrétaire, Youcef Aouchiche, le parti a affirmé avoir enregistré, « avec grand mécontentement», de nombreux cas de rejet de ses candidats aux élections locales du 27 novembre 2021, condamnant, en même temps, le dépôt de dossier de candidature par l'auteur présumé de l'assassinat d'Ali Mecili.
Le FFS a dénoncé «des dépassements et la gestion sécuritaire excessive» des élections locales qui doit rester, a-t-il expliqué, une opération politique et ne peut être envisagée que sous cet angle. Selon le parti, l'Anie s'est exclusivement appuyée sur les rapports préliminaires des services de sécurité, sans preuves matérielles irréfutables ni décisions de justice définitives, «ce qui est en contradiction avec ce qui est énoncé à l'article 184 de la loi électorale».
Dans le même communiqué, le plus vieux parti de l'opposition a fait savoir que la plupart des motifs de refus, tels qu'indiqués dans le procès-verbal de l'Autorité nationale indépendante des élections, sont vagues, n'ont aucune base légale, et manquent de traitement objectif. Les rejets ont ciblé, a-t-il encore affirmé, de manière sélective et systématique les plus importants et les plus compétitifs des candidats dans chaque liste, sans compter que de nombreux cas de refus ont été émis après l'expiration des délais d'examen des dossiers prévus à l'article 183 de la loi électorale.
Le FFS explique que la chose la plus dangereuse évoquée dans les procès-verbaux de rejet des candidatures est la justification liant les candidats à l'activité politique pacifique qu'ils exercent ou à leurs opinions politiques d'opposition. Et de condamner «un dérapage dangereux» au point de remettre en cause leur patriotisme, qui est catégoriquement rejeté et constitue «une nouvelle atteinte aux libertés et aux droits fondamentaux et à l'engagement de lutte et de patriotisme des militants».
«Le pouvoir et les décideurs assumeront, seuls, les conséquences de ces pratiques injustes et antidémocratiques, sur lesquelles nous ne nous tairons pas », a souligné le parti.
Et de considérer que l'utilisation arbitraire de la loi électorale équivaut à une guerre déclarée aux partis et à la politique en général, ce qui laisse présager l'entrée du pays dans une nouvelle ère faite de «zéro politique». Pour le FFS, ces pratiques donnent l'impression que le pouvoir ne veut pas organiser les élections auxquelles il avait appelé.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.