Des vents forts sur des wilayas côtières de l'Est du pays lundi    Crisis Group: Washington doit intégrer dans son discours le droit des Sahraouis à l'autodétermination    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Coupe arabe 2021 de la Fifa: L'Egypte et l'Algérie ont réalisé de belle prestations    Affaire Fethi Ghares : Procès reporté au 12 décembre    Le difficile démarrage    Sit-in des bénéficiaires des logements AADL    "Notre participation a été un succès"    Patchwork d'alliances pour la gestion des APC    Est-ce la fin des mesures de rétention contre le Liban ?    Le président Tebboune préside aujourd'hui une réunion    Le Ballon d'Or 2020 finalement attribué à Lewandowski ?    Pourquoi ça bloque    La construction de logements en plein boom    Ce qui va changer pour voyager en France    Plus de 240 enfants handicapés accueillis par les établissements spécialisés    Le moudjahid Hadj Ziane Mohamedi n'est plus    Magra coule, Médéa propulsé !    Report du procès en appel de Abdelkader Zoukh    Unifier les efforts pour lutter contre le terrorisme    Les Canaris s'entraînent enfin à... l'ESHRA    La confirmation de Pinnick    Démantèlement d'une bande de trafiquants de psychotropes    Plus de 390 tonnes de produits alimentaires saisis dans un dépôt non déclaré    Repêchage du corps emporté par les eaux pluviales à Mediouna    La légende Saïd Mekbel    Le coup d'envoi demain à Boumerdès    Avant-première de Sœurs de Yamina Benguigui à Tunis    La menace Omicron    Les Sudistes croient à la remontada    L'attaque dans le centre du Mali, une atteinte grave aux droits de l'Homme    Fiesta «flamenca»    Ligue 2: Le réveil des mal-classés    Sidi Bel Abbès: Transport privé - transport public : «le SMOG»    Comparaison est parfois raison    Visite d'une délégation de diplomates et ministres africains et arabes    La colère de Tebboune    La justice autorise une manifestation contre les bases militaires    Les Gambiens élisent leur président    Le cadeau empoisonné des nouveaux élus    Des bombes livrées en 2016 à l'Arabie et aux Emirats par la France    Le FFS reprend sa majorité à l'APW    Une nouvelle génération des démocrates    La rupture?    Des blocages partout    Hommage à Pilar Bardem    Des films et une installation pour sensibiliser à la cause    Plus de 1.200 objets issus du film mis en vente    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un reporter du journal l'Humanité au cœur de la lutte du peuple sahraoui
Sahara occidental
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 10 - 2021

Le journal français l'Humanité a consacré, dans son édition de vendredi, un long reportage au quotidien des soldats sahraouis qui luttent contre l'occupation marocaine depuis la reprise des hostilités en novembre 2020.
Sahara Occidental. Au pied du mur de sable, un cri de liberté dans le fracas des armes est le titre du reportage qui décrit le quotidien des soldats sahraouis derrière le mur de sable «érigé par le Maroc pour couper les territoires libres de ceux qu'il occupe illégalement».
Le mur a été installé depuis la violation par le Maroc du cessez-le-feu le 13 novembre 2020 à El Guerguerat. Le reportage évoque la «stratégie de harcèlement» menée par le Maroc face au silence de la communauté internationale «qui n'a jamais rempli ses engagements» vis-à-vis de la cause sahraouie.
Il pointe le rôle joué par la France dans le blocage de la situation en ce qui concerne le dossier sahraoui. «L'appui de Paris à Rabat n'a pas peu contribué à l'effilochage du processus de paix de 1991 et à l'enterrement d'un référendum d'autodétermination pour lequel les listes électorales sont pourtant prêtes», signale-t-il.
Le texte évoque, par ailleurs, le rôle de la femme sahraouie dans la lutte pour l'indépendance. En appui au reportage, un entretien avec le prisonnier politique sahraoui Naâma Asfari, qui s'est exprimé depuis sa geôle de Kenitra, où il purge une peine de trente ans de prison prononcée en 2017.
Palestiniens, Sahraouis même combat
Asfari parle de ses conditions de détention, et de «son défi de ne pas aider les autorités pénitentiaires à remplir leur objectif qui est de mettre les prisonniers sous pression jusqu'à la dépression et la destruction physique». Le détenu assure que «le Sahara Occidental a réussi à mettre le régime marocain devant un échec, il ne peut pas renouveler son système de dominateur sur les Sahraouis», ajoutant que le combat du peuple sahraoui a «des effets dévastateurs sur le système marocain». Naâma Asfari a souligné que la question sahraouie est comme la question palestinienne : «Ces peuples existent, ils résistent. Personne ne peut arracher aux Palestiniens ni aux Sahraouis leur droit à l'autodétermination, à l'indépendance.» R. I./APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.