Une nouvelle génération des démocrates    «Le parti a atteint amplement ses objectifs»    Le FFS reprend sa majorité à l'APW    La rupture?    Des blocages partout    «C'est criminel!»    Ramtane Lamamra : «Le séminaire a donné une vision claire de l'avenir»    La justice autorise une manifestation contre les bases militaires    Les Gambiens élisent leur président    Les votes les plus curieux    Hazard de retour en Belgique?    Kjaer absent au moins 6 mois    Le cadeau empoisonné des nouveaux élus    L'Epic mis aux oubliettes    Le coup de maître de la Bmpj    Hommage à Pilar Bardem    Des films et une installation pour sensibiliser à la cause    Hommage aux maîtres artisans disparus    Les mises en garde de Tebboune    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    Benbouzid se prononce    7 décès et 185 nouveaux cas en 24 heures    Le Président palestinien aujourd'hui à Alger    Une qualification et des interrogations    L'alliance militaire entre le Maroc et Israël est "malsaine"    Une vision claire de l'avenir    «La bureaucratie est devenue un ennemi juré de la Nation»    Le CNDH appelle à la révision de la loi    L'ancien journaliste du Quotidien El-Moudjahid Rachid Semad n'est plus    Pas encore de décès lié à Omicron signalé    Renouveau industriel, l'appétit grandissant de l'Algérie    Maroc : Les forces de l'ordre empêchent un sit-in populaire devant le Parlement en solidarité avec le peuple palestinien    Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Plusieurs routes coupées dans certaines wilayas du pays    Du 24 au 31 mars 2022    Plaidoirie pour le tourisme saharien    Coupe arabe Fifa-2021 (Gr D/2e j): l'Algérie et l'Egypte passent en quarts    Coupe de la CAF (2e tour prélim./additionnel): JS Saoura-Heart Of Aok (Ghana) se jouera sans public    Tenue dimanche d'une réunion du Conseil des ministres    Huit délégués du médiateur de la République remerciés    Un autre procès attend Mira Moknache à Akbou    FLN-RND, la guerre de tranchées    Le Festival national de la poésie melhoun revient à Mostaganem    Cherfa exclut tout retour à ce système    Le quota de l'Algérie passera à 972 000 b/j    Les Canaris toujours en confinement à Zéralda    Une exposition sur Charles de Foucauld, avant sa prochaine canonisation à Rome    Dans une conjoncture particulière: Mahmoud Abbas demain à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un cinéma vivant et amoral
Cycle Winterberg à l'IFA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 10 - 2021

Le cycle cinématographique dédié au cinéaste danois Thomas Winterberg s'est clôturé jeudi dernier à l'Institut français d'Alger. Quatre films étaient à l'affiche de ce mini-festival, dont Drunk, une œuvre aussi surprenante que troublante.
L'Institut français d'Alger a organisé, en collaboration avec l'ambassade du Danemark, un cycle cinématographique dédié à Thomas Winterberg, l'un des cinéastes contemporains danois les plus appréciés en ce moment, tant par la critique que par le public.
Co-fondateur avec Lars Von Trier (un autre monstre du cinéma danois et international) du mouvement Dogma, Thomas Winterberg se distingue par un style épuré et une approche psychologique originale des thèmes qu'il aborde.
Multi-primé depuis le début de sa carrière, ce réalisateur né en 1969 n'a jamais cédé aux facilités et au confort qu'accorde généralement le plébiscite international ; il poursuit au contraire une quête incessante de renouvellement artistique.
Oscar du meilleur film en langue étrangère, sélectionné à Cannes et primé aux Césars et aux Bafta, Drunk est le dernier long-métrage du réalisateur, projeté dernièrement à l'Institut français d'Alger. En tête d'affiche, le non moins brillant Mads Mikkelsen, acteur fétiche de Winterberg, qui y campe le rôle de Martin, un prof d'histoire blasé, marié et père de deux enfants dans un foyer terne, et qui a pour seuls amis ses trois collègues. Lors d'une soirée d'anniversaire, où Martin est le seul à boire de l'eau, l'un de ses copains évoque la théorie d'un psychiatre norvégien affirmant que l'être humain vit avec un déficit d'alcool de 0,5 gramme et qu'il lui faut une consommation quotidienne équivalente pour mieux vivre.
Les quatre amis décident alors de mettre en pratique ce conseil dans le cadre d'une expérience pseudo-scientifique qui ne manquera pas de chambouler leurs vies, d'abord vers le meilleur.
En effet, le Martin effacé et désabusé, ennuyant ses élèves et menant une vie morose, se transformera en un personnage sûr de lui, amusant et passionnant grâce à sa dose d'alcool journalière qui dépassera crescendo le taux initial ! A l'instar de ses trois «alcolytes», Martin retrouvera donc peu à peu sa joie de vivre, son énergie et même sa vivacité d'esprit, allant même jusqu'à reconquérir sa femme, ses enfants et ses élèves. Mais, cette renaissance éthylique ne sera pas sans dégâts à mesure que les excès s'accumulent : le drame guette les protagonistes et la théorie du bonheur ne tient pas longtemps.
C'est à ce moment-là que l'on peut craindre un virage moralisateur dans un film transgressif et politiquement incorrect qui s'était allègrement débarrassé de tous les poncifs du genre.
En effet, Winterberg s'y risque dans une performance à la fois psychologique et cinématographie tant il réussit à mêler le tragique au comique, la réalité à la sublimation, la grâce et la déchéance dans un maelstrom enivrant qui emporte le spectateur et le plonge dans une espèce d'ambiguïté émotionnelle loin des sentiers battus. Mads Mikkelsen est au sommet de son art, tanguant avec maestria entre sobriété et démesure, et faisant de chaque état d'âme de son personnage un moment exquis de cinéma. Imprévisible jusqu'au bout, Drunk déjouera nos craintes quant à une possible «dérive» moralisatrice puisqu'il se clôture sur l'inoubliable scène de Martin, festoyant et se lançant dans une chorégraphie de jazz dont la grâce et l'élégance offrent au film une apothéose à la mesure de son scénario.
Pour rappel, le cycle dédié à Winterberg par l'IFA incluait également les films La communauté (2016), La chasse (2016) et Festen (1998).
Sarah H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.