Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    L'information locale au centre des préoccupations    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Pas de président à l'issue du deuxième tour de vote    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    «Le pays est toujours ciblé»    Le temps de l'efficacité    La Sadeg améliore sa desserte    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Messi penserait à un retour au Barça    Un challenge au sommet de l'UA    Les preuves du complot    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Ce n'est pas la liberté d'expression qui est visée»
Tabi à propos de la lutte contre la cybercriminalité :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 11 - 2021

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Abderrachid Tabi, a indiqué, hier, que la lutte contre la cybercriminalité ne vise pas la liberté d'expression mais les fausses informations qui peuvent porter atteinte à la sécurité du pays.
Karim Aimeur- Alger (Le Soir) - Invité au forum de la Chaîne I de la Radio nationale, M. Tabi a soutenu que l'Algérie subit une guerre électronique à travers internet et les réseaux sociaux.
«Il était donc nécessaire de faire face à ces crimes qui touchent la sécurité et la stabilité de la société et menacent même la cohésion sociale», a-t-il expliqué, rappelant la création récente d'un pôle national spécialisé dans la lutte contre la cybercriminalité.
Selon lui, cette lutte contre la cybercriminalité ne vise pas la liberté d'expression ou à cibler les publications des internautes qui échangent des idées ou posent des préoccupations des citoyens.
Ce sont les publications qui propagent des fausses informations qui peuvent porter atteinte à la sécurité du pays, qui sont concernées, a-t-il précisé, citant pour exemple «publier une information faisant état de la pénurie d'un produit, alors que celui-ci est disponible».
Et de préciser que la présomption d'innocence et les droits de la défense sont préservés. Cette question a fait l'objet de critiques et de dénonciations de plusieurs partis politiques et de militants et activistes. Le recours systématique à la détention provisoire a été également condamné, notamment par les avocats. Interrogé sur la lutte contre les feux de forêt, après les incendies de l'été passé, l'invité de la Chaîne I a indiqué que le cadre légal nécessite une révision.
Dans ce contexte, il a insisté sur la nécessité d'aggraver les peines liées à ce genre de crime, annonçant une révision du code des forêts et l'introduction de sévères peines, allant jusqu'à la perpétuité et même la peine capitale pour les pyromanes, si les feux conduisent à la perte de vies humaines.
D'autre part, le ministre a affirmé que la lutte contre la corruption se poursuivra. Sur la dépénalisation de l'acte de gestion, il a indiqué qu'il faut faire la distinction entre la faute de gestion et la faute qui relève du pénal. Le ministre a évoqué, en outre, la crise de confiance entre les citoyens et la justice, regrettant que le citoyen qui n'a pas commis de crime, lorsqu'il se présente au tribunal, «n'est pas sûr de rentrer chez lui».
«C'est cela l'amère réalité et c'est cela notre vraie bataille», a-t-il dit. Selon lui, l'Algérie a un pouvoir judiciaire indépendant, conforme aux standards internationaux, notamment des pays qui ont des traditions démocratiques, citant la France.
« Pour la première fois depuis l'indépendance, le pouvoir exécutif est séparé du pouvoir judiciaire à travers l'octroi du poste de vice-président du Conseil supérieur de la magistrature au premier président de la Cour suprême, alors que le poste était occupé par le ministre de la Justice», a-t-il argué, rappelant que le poste de président du Conseil est occupé par le chef de l'Etat.
Les facteurs de l'indépendance de la justice, à partir de la Constitution de 2020, sont devenus plus clairs, surtout avec la prise en charge des conditions socioprofessionnelles des magistrats, a-t-il dit, expliquant que la préservation de la dignité des magistrats est au cœur de l'indépendance de la justice.
Le ministre n'a pas manqué de rappeler que l'indépendance de la justice est une exigence populaire, soulignant que le peuple avait exprimé son aspiration à la construction d'un Etat de droit.
«Le peuple sait que l'existence d'une justice indépendante signifie la protection des libertés et des droits, ce qui rassure le citoyen», a-t-il lancé, précisant que les mécanismes et les lois ne garantissent pas à eux seuls l'indépendance de la justice, appelant les magistrats à ne se référer qu'à la loi et leur conscience.
Le grand défi est, pour lui, comment la justice reprend la confiance des citoyens.
À propos de la réinsertion des détenus, l'invité du forum de la Radio nationale a annoncé l'octroi prochainement de 1 000 microcrédits aux détenus qui sont libérés, après l'opération de distribution de 800 microcrédits à cette catégorie.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.