Décès de l'ancien ministre des Affaires religieuses, Dr Saïd Chibane: le Président Tebboune présente ses condoléances    L'Opep+ décide de maintenir son plan de production décidé en octobre dernier    Algérie-Jordanie: nécessité d'élargir la coopération bilatérale à d'autres secteurs    Maroc: des milliers de citoyens dans la rue pour protester contre la cherté de la vie    Clôture des travaux du colloque international sur la géopolitique de l'extrémisme    La 47e conférence de l'Eucoco se tiendra l'année prochaine à Saragosse, en Espagne    Djaafar Abdelli, nouveau DG de la CNR    Le Roi Abdallah II de Jordanie achève sa visite d'Etat en Algérie (Vidéo)    Démantèlement d'une organisation de trafic de drogue opérant entre le Maroc et l'Espagne    3e Conférence des ministres arabes de l'enseignement technique et professionnel du 24 au 26 décembre à Alger    Cancer de la gorge: entre cinq et six nouveaux cas enregistrés par semaine à l'EHUO    Cyclisme/Tour international du Nil (3e étape): l'Algérien Abderrahmane Kessir vainqueur    Khenchela : les combats d'Aouchaaoua, une des grandes batailles de la wilaya-1    Le Roi Abdallah II de Jordanie se recueille à la mémoire des martyrs de la Guerre de libération nationale    "Non-Aligned, Scenes of the Labudovic's Reels", un film documentaire sur le parcours du cameraman serbe Steven Labudovic    Pêche: Salaouatchi inspecte l'opération de levée des restes d'une péniche au port d'El-Djamila à Alger    Ligue 1 Mobilis : un coup d'épée en tête du classement, la JSK renverse Paradou    Constantine : les cadres du sport appelés à faire du CHAN 2023 une réussite    Concert euphorique de Hamidou à Alger    Mostaganem: La CNAS sensibilise les employeurs    Maladie de Parkinson: La plupart des patients tardent à consulter un médecin    Courage politique    Commerce: Le code-barres obligatoire dès mars prochain    Quatre personnes sauvées de l'asphyxie    Sétif: La statue de Aïn Fouara de nouveau vandalisée    Ces «anonymes» modernes que nous sommes !    Le FFS : un parti qui se confond avec la patrie    Le tribunal de Dar El Beïda prend une autre dimension!    Le défi du transport intermodal    «On a ouvert un nouveau livre»    Un Palestinien tombe en martyr    15 ans de prison ferme pour le principal accusé    Le grand souk!    L'appel de Moualfi aux industriels    L'épopée spatiale algérienne    Une famille nombreuse? Ça se gâte.    Défi royal pour le Sénégal    Les flops du Mondial    Un exploit pour rien    Une ville qui rayonne de splendeur    Berceau rural au patrimoine de l'humanité    Place aux compétitions!    Terrorisme: Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison    Une circulaire qui fait jaser en France    FAF - D'importantes décisions prises par le Bureau fédéral    Ligue 1- Mise à jour du championnat: Quatre affiches explosives au programme    L'ancien ministre Baraki condamné à 10 ans de prison    Quel avenir pour l'Europe ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Ce n'est pas la liberté d'expression qui est visée»
Tabi à propos de la lutte contre la cybercriminalité :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 11 - 2021

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Abderrachid Tabi, a indiqué, hier, que la lutte contre la cybercriminalité ne vise pas la liberté d'expression mais les fausses informations qui peuvent porter atteinte à la sécurité du pays.
Karim Aimeur- Alger (Le Soir) - Invité au forum de la Chaîne I de la Radio nationale, M. Tabi a soutenu que l'Algérie subit une guerre électronique à travers internet et les réseaux sociaux.
«Il était donc nécessaire de faire face à ces crimes qui touchent la sécurité et la stabilité de la société et menacent même la cohésion sociale», a-t-il expliqué, rappelant la création récente d'un pôle national spécialisé dans la lutte contre la cybercriminalité.
Selon lui, cette lutte contre la cybercriminalité ne vise pas la liberté d'expression ou à cibler les publications des internautes qui échangent des idées ou posent des préoccupations des citoyens.
Ce sont les publications qui propagent des fausses informations qui peuvent porter atteinte à la sécurité du pays, qui sont concernées, a-t-il précisé, citant pour exemple «publier une information faisant état de la pénurie d'un produit, alors que celui-ci est disponible».
Et de préciser que la présomption d'innocence et les droits de la défense sont préservés. Cette question a fait l'objet de critiques et de dénonciations de plusieurs partis politiques et de militants et activistes. Le recours systématique à la détention provisoire a été également condamné, notamment par les avocats. Interrogé sur la lutte contre les feux de forêt, après les incendies de l'été passé, l'invité de la Chaîne I a indiqué que le cadre légal nécessite une révision.
Dans ce contexte, il a insisté sur la nécessité d'aggraver les peines liées à ce genre de crime, annonçant une révision du code des forêts et l'introduction de sévères peines, allant jusqu'à la perpétuité et même la peine capitale pour les pyromanes, si les feux conduisent à la perte de vies humaines.
D'autre part, le ministre a affirmé que la lutte contre la corruption se poursuivra. Sur la dépénalisation de l'acte de gestion, il a indiqué qu'il faut faire la distinction entre la faute de gestion et la faute qui relève du pénal. Le ministre a évoqué, en outre, la crise de confiance entre les citoyens et la justice, regrettant que le citoyen qui n'a pas commis de crime, lorsqu'il se présente au tribunal, «n'est pas sûr de rentrer chez lui».
«C'est cela l'amère réalité et c'est cela notre vraie bataille», a-t-il dit. Selon lui, l'Algérie a un pouvoir judiciaire indépendant, conforme aux standards internationaux, notamment des pays qui ont des traditions démocratiques, citant la France.
« Pour la première fois depuis l'indépendance, le pouvoir exécutif est séparé du pouvoir judiciaire à travers l'octroi du poste de vice-président du Conseil supérieur de la magistrature au premier président de la Cour suprême, alors que le poste était occupé par le ministre de la Justice», a-t-il argué, rappelant que le poste de président du Conseil est occupé par le chef de l'Etat.
Les facteurs de l'indépendance de la justice, à partir de la Constitution de 2020, sont devenus plus clairs, surtout avec la prise en charge des conditions socioprofessionnelles des magistrats, a-t-il dit, expliquant que la préservation de la dignité des magistrats est au cœur de l'indépendance de la justice.
Le ministre n'a pas manqué de rappeler que l'indépendance de la justice est une exigence populaire, soulignant que le peuple avait exprimé son aspiration à la construction d'un Etat de droit.
«Le peuple sait que l'existence d'une justice indépendante signifie la protection des libertés et des droits, ce qui rassure le citoyen», a-t-il lancé, précisant que les mécanismes et les lois ne garantissent pas à eux seuls l'indépendance de la justice, appelant les magistrats à ne se référer qu'à la loi et leur conscience.
Le grand défi est, pour lui, comment la justice reprend la confiance des citoyens.
À propos de la réinsertion des détenus, l'invité du forum de la Radio nationale a annoncé l'octroi prochainement de 1 000 microcrédits aux détenus qui sont libérés, après l'opération de distribution de 800 microcrédits à cette catégorie.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.