La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Donner à la justice sa place privilégiée
Le Président Tebboune à l'ouverture de l'année judiciaire
Publié dans La Nouvelle République le 25 - 10 - 2021

Le Président Abdelmadjid Tebboune, président du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), a présidé hier au siège de la Cour suprême à Alger l'ouverture de l'année judiciaire 2021-2022.
Dans son discours prononcé à cette occasion, le Président Tebboune a réaffirmé son souci ferme de donner à la justice la place privilégiée qu'elle mérite. Il a rappelé son engagement «devant Dieu et le peuple à réaliser ses revendications légitimes pour amener un changement global et réel», soulignant que cette avancée permettrait au citoyen de vivre dans une Algérie nouvelle, prospère, forte et loyale aux principes de Novembre.
Le président de la République a également rappelé qu'il tenait à empêcher les détenteurs d'argent corrompu de s'infiltrer par le biais des élections, et à reconsidérer le système électoral pour moraliser la vie politique.
Il a souligné sa volonté d'ouvrir la voie aux jeunes et de les soutenir pour participer à la prise de décision.
«Après l'élection des assemblées locales, nous continuerons notre chemin en élisant des membres du Conseil de la nation, et en installant la Cour constitutionnelle et le reste des institutions constitutionnelles après les avoir adaptées à la nouvelle Constitution», a-t-il fait savoir. A ce propos, il a appelé le Gouvernement à accélérer l'étude de la Loi fondamentale du pouvoir judiciaire et du Conseil supérieur de la magistrature. Le Président Tebboune a exprimé son souci d'améliorer les conditions sociales des magistrats. Il a souligné que les changements profonds établiront une nouvelle justice dans laquelle les juges seront libres d'exercer leurs fonctions.
Pour sa part, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Abderrachid Tabi, a souligné que l'indépendance de la justice est l'axe le plus important de la réforme globale que le secteur a connu. Il a souligné que la nouvelle Constitution a entraîné des réformes fortes qui garantissent l'indépendance de la magistrature. Le ministre de la Justice a également réaffirmé que la nouvelle Constitution renforçait l'élargissement des pouvoirs du Conseil supérieur de la magistrature et la participation à celui-ci. La cérémonie d'ouverture de l'année judiciaire 2021-2022 s'est déroulée en présence du président du Conseil de la nation, Salah Goudjil, du président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Ibrahim Boughali, du Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, du président du Conseil constitutionnel, Kamel Feniche, du Chef d'Etat-major de l'Armée nationale populaire (ANP), le Général de Corps d'Armée, Saïd Chanegriha, du ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Abderrachid Tabi, ainsi que des membres du Gouvernement, des Conseillers du président de la République, et des hauts responsables et cadres du secteur de la justice. On sait que le secteur de la justice fait face à de nombreux enjeux et défis dont les contours ont été esquissés par l'amendement constitutionnel de 2020 initié par le Président Tebboune, lesquels visent à renforcer et approfondir l'indépendance du pouvoir judiciaire et à jeter des bases plus solides pour son fonctionnement. Ce secteur s'attelle à présent à l'adaptation des textes réglementaires à la Constitution, en procédant à la révision des lois organiques sur les statuts des magistrats et du CSM, ou encore la révision du code de déontologie du magistrat et de l'inspection judiciaire, parallèlement à la création de pôles spécialisés dans les affaires économiques et financières et la lutte contre la cybercriminalité. Un travail est en cours pour l'adaptation des textes de loi avec la Constitution, parallèlement à une réforme globale de la Justice en vue de garantir son indépendance et sa modernisation à travers la généralisation de la numérisation et la révision des méthodes de travail. Le ministère s'emploie à engager une réforme globale et moderniser le département de la justice à travers la généralisation de la numérisation et la révision des méthodes de travail, afin d'imprimer davantage de transparence sur la gestion des infrastructures judiciaires et instaurer une justice moderne conforme aux normes de qualité et efficace à même de préserver les droits et libertés et assurer l'intégrité des biens et des individus.
Samedi, Abderrachid Tabi avait indiqué qu'une forte présence de la justice était en mesure de contribuer au renforcement de la complémentarité dans la performance des institutions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.