Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    L'information locale au centre des préoccupations    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Pas de président à l'issue du deuxième tour de vote    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    «Le pays est toujours ciblé»    Le temps de l'efficacité    La Sadeg améliore sa desserte    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Messi penserait à un retour au Barça    Un challenge au sommet de l'UA    Les preuves du complot    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Etat sévira fermement
Spéculateurs, squatteurs de parkings...
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 11 - 2021

Le ministre de la Justice, Abderrachid Tabi, a présenté, dans l'après-midi d'hier, les deux projets de loi relatifs au code pénal et à la lutte contre la spéculation devant une Assemblée pratiquement vide. D'ailleurs, le premier député qui devait intervenir était absent.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Les deux projets de loi visent, selon les explications du ministre, à lutter contre certains phénomènes de la société comme les parkings sauvages, quelques formes de mouvements de protestation, la spéculation et la non-exécution des décisions de justice par les agents publics.
Les deux textes instaurent des peines sévères allant jusqu'à 30 ans de prison à l'encontre de ces actes, qualifiés de « crimes ».
Dans ses rapports préliminaires sur les deux textes du gouvernement, la commission des affaires juridiques, administratives et des libertés de l'APN n'a apporté aucun amendement et a salué le contenu des deux projets.
Lors de la présentation du projet d'amendement du code pénal, le ministre de la Justice a expliqué qu'il vise à adapter à la nouvelle conception de l'échelle des peines durcies, notamment celles relatives à certains crimes dangereux, proposant la criminalisation des actes très répandus dans la société et le renforcement des peines prévues pour certains crimes.
Concrètement, le texte contient trois amendements, détaillés par le représentant du gouvernement.
Il s'agit d'abord du durcissement de la peine en cas d'entrave à l'entrée aux administrations ou aux établissements publics ou aux collectivités locales ou d'entrave de leur fonctionnement ordinaire ou le fait d'empêcher leurs personnels d'exécuter leurs missions. « Des peines sévères pouvant atteindre 20 ans de prison, assortis de 2 millions de DA, si ces actes sont commis en recourant à la force ou en menaçant d'y recourir par plus de deux individus ou par les armes », précise le texte.
Le deuxième amendement concerne l'exploitation illégale de la voie publique, comme les parkings sans autorisation de l'autorité administrative compétente, avec une peine de prison de 6 mois à deux années et à une amende de 25 000 DA à 200 000 DA, avec confiscation des fonds qui en proviennent.
Le troisième amendement concerne le durcissement des peines dans la criminalité relative à la non-exécution des jugements, en vue de concrétiser l'effet coercitif indispensable aux actes relatifs à l'utilisation par le fonctionnaire public de son pouvoir et de sa fonction, dans le but d'arrêter l'exécution d'un jugement judiciaire, de l'empêcher, de s'y opposer ou de l'entraver intentionnellement.
Le texte propose d'augmenter la peine de ce crime pour que la durée de l'emprisonnement soit de deux ans à 5 ans et une amende de 200 000 DA à 500 000 DA.
Pour le deuxième projet de loi relatif à la lutte contre la spéculation illicite, le ministre a affirmé qu'il vise à contrecarrer un « phénomène dangereux » et protéger le pouvoir d'achat des citoyens.
Il a incriminé le stockage des produits dans l'objectif de provoquer des hausses des prix, soutenant que les pénuries touchant récemment certains produits ont été provoquées, produisant des hausses des prix « injustifiées ».
Contenant 25 articles répartis sur 4 chapitres, le texte prévoit des peines allant jusqu'à 30 ans d'emprisonnement contre les spéculateurs, dans le cas où ce crime est commis dans des circonstances exceptionnelles ou lors d'une crise sanitaire, lors de la propagation d'une épidémie ou d'une catastrophe.
La peine pourrait être alourdie en réclusion à perpétuité si le crime est commis par un groupe criminel organisé.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.