Réunion du gouvernement: examen du projet d'extension du port de Djen-Djen    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques sur les sites des forces marocaines aux secteurs de Mahbes et El Farsya    Algérie-Italie: des relations économiques en constante évolution    Judo: le parc sportif d'Oran est en mesure d'accueillir le championnat du monde    Incendies de forêts: un dispositif opérationnel de mobilisation générale et d'alerte maximale    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tizi Ouzou: ouverture du 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni    Saïda: décès du président de l'APC de Youb    Ligue 1/WAT-ESS: les Sétifiens en quête de rachat    Affaire GB Pharma: Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal condamnés à 3 ans de prison ferme    Journée mondiale de l'Afrique: face aux défis de la paix, santé et agroalimentaire    Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Des mentalités à formater    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Agression du domaine public et forestier: Des instructions pour intensifier la lutte contre les constructions illicites    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Les directeurs des CEM se rebellent    La société civile en question    Des nouveautés en attendant le 5 Juillet...    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La fin des «parkings sauvages»
Durcissement des peines dans le projet de loi relatif au Code pénal
Publié dans L'Expression le 09 - 11 - 2021

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Abderrachid Tabi, a présenté, dimanche, devant les membres de la Commission des affaires juridiques, administratives et des libertés de l'Assemblée populaire nationale (APN), un exposé sur le projet de loi modifiant et complétant l'ordonnance portant Code pénal.
Ce projet de loi renferme particulièrement «la criminalisation de l'exploitation illégale de la voie publique, comme les parkings (sauvages), en contrepartie et sans autorisation administrative, avec une peine de prison de 6 mois à deux années et à une amende de 25000 à 200000 DA».
À ce propos, le ministre notera que «ce phénomène exacerbe les citoyens et mène le plus souvent à des rixes qui portent atteinte à l'ordre public en général», d'autant que «cet amendement est de nature à mettre un terme à l'anarchie qui caractérise la gestion des parkings et de permettre aux collectivités locales d'encadrer cette activité».
Dans son exposé présenté en présence de Basma Azouar, ministre des Relations avec le Parlement, Tabi a fait savoir que ce projet vise «son adaptation à la nouvelle conception de l'échelle des peines durcies, dont celles relatives à certains crimes dangereux» et de souligner que le «projet propose la criminalisation d'actes très répandus dans la société et le renforcement des peines prévues pour certains crimes».
La première modification contenue dans le projet concerne notamment la révision des sanctions pénales, conformément aux exigences de l'adaptation de la politique pénale aux évolutions que connaît la société, ainsi que l'évolution de la criminalité et la dangerosité de certains actes exigeant des sanctions sévères pour y faire face», a poursuivi le ministre. Tabi, qui a souligné que c'est le Code pénal lequel fixe l'échelle des peines prévues pour les trois types de criminalité (crimes, délits, infractions), «ne permet pas, dans son état actuel, de prévoir des sanctions de plus de 20 ans de prison, a ajouté que ce projet proposait la révision de l'échelle des sanctions pénales à travers le relèvement du plafond de la peine d'emprisonnement à 30 ans au lieu de 20». «La peine de 30 ans de prison est appliquée dans nombre de législations comparées et n'est pas une création algérienne», a soutenu le ministre, qui a fait savoir que la deuxième modification proposée concerne la criminalisation de certains actes très répandus dans la société et l'impératif de les ajouter au Code pénal, car constituant une menace à l'ordre public et complique la vie quotidienne du citoyen.
Il citera «la fermeture des sièges des institutions publiques ou des collectivités locales par n'importe quel moyen ou motif». Il s'agit là d'un phénomène ayant connu, dernièrement, une propagation sans précédent dans notre pays, ce qui a entraîné le blocage de plusieurs structures, a-t-il regretté.
Le ministre a révélé que «ce projet de loi durcit la peine en cas d'entrave à l'entrée aux administrations, aux établissements publics, aux collectivités locales, d'obstacle à leur fonctionnement ordinaire ou (encore) le fait d'empêcher leurs personnels d'exécuter leurs missions». Il ajoutera que ce projet instaure également «des peines sévères pouvant atteindre 20 ans de prison, assorties de deux millions de DA d'amende, si ces actes sont commis en recourant à la force ou en menaçant d'y recourir par plus de deux individus ou par des armes».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.