Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



France, une démocratie fatiguée
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 12 - 2021


Par Naoufel Brahimi El Mili
Ils sont presque tous sur la ligne de départ avec un même objectif : obtenir un bail de cinq ans à l'Elysée. Pour le moment, le site est toujours occupé et le locataire actuel entend y rester sans encore se déclarer candidat à sa propre succession. Cette présidentielle est atypique. Le thème Algérie qui était un vecteur positif de différentiation devient un catalyseur négatif. Jusqu'à l'entrée fracassante d'Eric Zemmour dans le débat politique, les postulants à la magistrature suprême faisaient un déplacement à Alger comme tour de chauffe pour la course à la présidentielle.
La liste est longue : Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande, Arnaud Montebourg and last but not least, Emmanuel Macron. Ce dernier, quelques années plus tard, s'est même interrogé à haute voix, à portée de plume d'un journaliste du Monde sur l'existence de la Nation algérienne avant la colonisation française. Une sortie de route pour empiéter sur le couloir du candidat-polémiste qui faisait un surprenant sprint en surfant sur l'islam, immigration et autres thèmes lardés de xénophobie. Le ton de la prochaine présidentielle est donné. A gauche, il y a plus de candidats que d'idées. Oui, la démocratie française est abîmée.
Tout a commencé avec le référendum sur la Constitution européenne rejetée majoritairement par les Français en 2005. Peu importe, un an après son élection, Nicolas Sarkozy ignore le suffrage universel et fait passer cette Constitution sous la forme de traité de Lisbonne. En même temps, il lance un projet aussi ambitieux qu'irréaliste : l'Union pour la Méditerranée. Une idée mort-née. L'UPM est exécutée par l'aviation israélienne lors de l'opération «Plomb durci» où le nombre de bombes par mètre carré sur la bande de Ghaza était du niveau de la Seconde Guerre mondiale. L'Union pour la Méditerranée était chargée d'arrière-pensées : maintenir la Turquie en dehors de l'Europe et réduire la centralité de l'Algérie en faisant la part belle à l'Egypte de Hosni Moubarak. Or, le projet des 5+5 soutenu par François Mitterrand fait de la Méditerranée orientale un pont entre le Maghreb et l'Europe du Sud.
Durant le mandat de François Hollande, la démocratie française a connu sa ménopause avec un projet-phare : la déchéance de la nationalité pour les binationaux impliqués dans des attentats terroristes. Ce qui revient à faire la distinction entre deux catégories de Français, ceux de souche et les «nouveaux Français». Du jamais vu depuis le gouvernement de Vichy. Encore une fois, les Maghrébins sont ciblés. Il en a résulté que pour la première fois sous la cinquième République, un Président sortant se trouve en incapacité de se représenter.
Succédant à François Hollande, Emmanuel Macron crée un parti, En Marche, sans aucun enracinement territorial mais qui regroupe des déserteurs de la droite et de la gauche. Les clivages propres à la cinquième République sont brouillés. Il en a résulté une série d'abstentions record lors des élections suivantes : législatives, municipales et régionales. Plus de la moitié des Français ne votent plus. Cependant, une majorité d'électeurs potentiels prêtent une oreille attentive aux élucubrations d'Eric Zemmour qui lance son parti : Reconquête. Reconquista, en espagnol, période glorieuse selon lui quand Isabelle la Catholique avait chassé les musulmans d'Andalousie. C'était le Moyen-Âge mais qui devient curieusement un projet d'avenir en France. Une république laïque qui met l'islam au centre de ses préoccupations, voire combats. La Reconquista s'était étalée sur plusieurs siècles mais Zemmour veut chasser les migrants essentiellement musulmans en un mandat de cinq ans. Il commence à parler d'immigration zéro.
Il y a quelques mois, non encore candidat, Eric Zemmour consulte à tour de bras. Il s'en est ouvert à un industriel, Loic Le Floch-Prigent qui s'entend dire qu'il n'y aura plus d'immigrés en France. Très calme, son interlocuteur lui pose la question : «Qu'allez-vous faire du stock ?» Pas de réponse. Toutes les civilisations se sont construites sur des flux migratoires. Seulement, quand le Moyen-Âge est pris comme référence, le saut civilisationnel est questionnable.
Le coronavirus a contaminé la démocratie française. Depuis presque deux années, le débat politique portait sur les masques, les hôpitaux, le vaccin et le pass sanitaire. Surgit Zemmour avec ses fulgurances provocatrices et il secoue le débat d'idées. Sa vidéo de lancement de campagne met en exergue des Noirs et des musulmans qui prient dans les rues pour étayer sa théorie de grand remplacement. Selon lui, la civilisation chrétienne sera remplacée par la musulmane. L'outrance remplace le bon sens. C'est connu, les Français aiment la nouveauté mais aiment-ils le changement ?
Se multiplient les sondages savants et scientifiques mais il n'y a aucun chiffre précis sur le nombre de bulletins potentiellement tenus par les binationaux, majoritairement d'origine algérienne. Se pose la question sur l'organisation de la diaspora algérienne en France. Groupe important mais peu homogène sauf quand l'équipe nationale gagne.
En France, il existe un vote arménien, Alfortville, en banlieue sud de Paris, est la deuxième ville arménienne après Erevan. Quid du «vote algérien» ? La seule certitude, ce vote s'était exprimé majoritairement en faveur de la candidate socialiste, Ségolène Royale, en 2007, en réaction au «Karcher» fer de lance de la politique de Nicolas Sarkozy ministre de l'Intérieur.
Il est difficile de faire tout pronostic sur le vote «diaspora algérienne», déjà tentée par l'abstentionnisme, d'une part, et il est peu structuré, d'autre part. Toutefois, si on observe les séries longues, les relations entre la France et l'Algérie ont toujours été plus claires sous les présidences de droite, hormis le septennat de Valéry Giscard d'Estaing. Emmanuel Macron se dit ni de droite ni de gauche, c'est le flou, mais il dispose encore d'un discours historique de rattrapage lors du soixantième anniversaire des accords d'Evian, le 19 mars 2022, à peu de semaines du premier tour des élections. Un rendez-vous à ne pas rater.
N. B. E. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.