Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Que reste-t-il du 26 décembre 91 ? France, Dame Pécresse et Sieur Zemmour en croisade
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 12 - 2021

AMBIANCE. C'était, il y a 30 ans. Dans ce bureau de vote de Bab-el-Oued, face à un électeur en kamis qui n'avait pris qu'un bulletin, le n°6, celui de l'ex-FIS, le président du bureau de vote, lui-même membre du parti dissous, lui enjoignait de prendre les bulletins des autres partis et de faire son choix dans l'isoloir. L'homme en kamis s'excuse et explique sur un ton désolé qu'il venait juste de faire ses ablutions et qu'il ne pouvait donc toucher les bulletins des partis « impies » ! En effet, dans le premier numéro de son organe, El Mounquid du 5 octobre 1989, le FIS ne s'était-il pas défini ainsi : « un parti religieux, son seigneur est Dieu, Mohamed, son prophète et la Kaâba, sa direction » ?
L'histoire ne dit pas si cet électeur était présent au dernier meeting de l'ex-FIS ce 23 décembre au stade du 5-Juillet, où l'ex-colonel de la Wilaya III, feu Mohammedi Saïd, l'index pointé vers le ciel, déclarait devant plus de 100 000 personnes : « Le 26 décembre sera le jour de séparation entre les mécréants et les musulmans [...] Nous écarterons ces néocolonialistes et tous ceux qui s'acharnent à étouffer l'Islam. Nous effacerons les rêves des communistes et des capitalistes » avant de conclure : « Nous sommes prêts pour assainir ce pays et édifier l'Etat islamique, à sacrifier (« en'dhahou ») deux millions de ses habitants » !
La suite ? En remportant dès le 1er tour, 188 sièges (3,2 millions de voix) sur les 430 en lice, l'ex-FIS n'était plus qu'à 28 sièges de la majorité absolue. Il était suivi du FFS avec 25 sièges (510 000 voix) et du FLN qui, bien qu'avec 1,6 million de voix, n'obtenait que 15 sièges. Mais l'abstention est massive : 5,4 millions d'Algériens sur 13,4 millions d'inscrits n'ont pas pris part au vote, soit plus de 40% ! Pour le second tour, le 16 janvier 1992, sur les 199 sièges restant à pourvoir, le FIS est en ballottage très favorable dans 135 circonscriptions, le FLN dans 45 et le FFS dans 13. Même en cas de second tour, cela n'aurait rien changé à la situation.
Autant dire que les jeux étaient faits, d'autant que Abdelkader Hachani, qui n'avait jamais laissé planer le moindre doute sur les intentions de l'ex-FIS, s'était chargé de le leur rappeler ce 3 janvier à la mosquée Es-Suna de Bab-el-Oued. Qu'on en juge : « Les pharaons ont fait appel aux magiciens pour combattre Moïse et ils ont perdu. Le pouvoir a fait appel aux démocrates et il a perdu. Il n'y a qu'un seul parti en Algérie, c'est le parti de Dieu. » En verve, Hachani dénonce « cette démocratie défendue par l'Occident qui prétend préserver les libertés, celles des homosexuels, et qui nous a amené le communisme, le marxisme et le capitalisme, des systèmes qui asservissent l'homme, alors que l'Islam, lui, le libère », ajoutant: « Notre combat est celui de la pureté islamique contre l'impureté démocratique » !
30 ANS APRÈS, QU'EN RESTE-T-IL ? Au sein du Hirak, la tentation de reprendre le processus électoral là où il s'était arrêté en 1991-92 était dans l'air. Certains slogans, écrits et discours relayés sur les réseaux sociaux et par des chaînes satellitaires affiliées à la mouvance islamiste, poussaient dans ce sens. Or, il aurait été plus judicieux de tirer les leçons des années 1989-91 où des partis fondés sur des bases religieuses, pour qui la démocratie est une « impiété » et qui faisaient prévaloir la primauté du religieux sur le politique et la citoyenneté, ont été légalisés en violation de la Constitution par un système disqualifié par Octobre 88, au lieu de s'évertuer à nous convaincre que les islamistes ont changé. Or, s'ils avaient vraiment changé, ils ne seraient pas islamistes mais démocrates et acquis aux valeurs de la citoyenneté et de l'égalité entre femmes et hommes ! Quant à la décennie noire imputée aux seuls militaires, il y a beaucoup à dire. Notons simplement que le « djihad » a commencé en 1982 avec le MIA (Mouvement islamiste armé) de Mustapha Bouali, un MIA qui sera réactivé en juin 1991 dans les monts de Zbarbar... six mois avant l'arrêt du processus électoral en janvier 92 !
FRANCE, DAME PECRESSE ET SIEUR ZEMMOUR EN CROISADE ? La route de l'Elysée passe-t-elle par l'Arménie, pays qui serait menacé par l'islam ? C'est du moins le chemin choisi par Eric Zemmour et la candidate gaulliste Valérie Pécresse qui cherchent à donner une assise géopolitique à leur obsession identitaire du choc de civilisation et de défense de la chrétienté.
Comme au bon vieux temps des Croisades, voilà donc le Sieur Eric Zemmour, de confession juive, qualifiant l'Arménie de « vieille terre chrétienne » et de « berceau de notre
civilisation » ! Et, pour ne pas être en reste, voici Dame Pécresse s'en allant à son tour loin de ses terres françaises vers la lointaine Arménie. « Quand ils [les Arméniens] sont attaqués, c'est l'Europe que l'on attaque avec ses valeurs et sa civilisation », a-t-elle déclaré ! Et Israël dans ce conflit dit de civilisation ? Et bien, Zemmour et Pécresse feignent hypocritement d'oublier que c'est grâce aux drones « kamikazes » et autres armes sophistiquées fournis par Israël à l'Azerbaïdjan, tous deux liés par une coopération militaire, que les Azéris ont écrasé militairement les Arméniens. Tout comme ils feignent, par ailleurs, de mentionner que l'Iran musulman soutient l'Arménie chrétienne au détriment de l'Azerbaïdjan chiite. On a envie de dire à ces deux candidats déguisés en croisés d'aller se rhabiller...
H. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.