Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'outil informatique à la rescousse
RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 01 - 2022

Le recensement général de la population est attendu pour l'année 2022. Une opération qui verra, pour la première fois, l'introduction de l'outil informatique. Pour ce faire, presque 60 000 tablettes numériques seront utilisées lors de cette grande opération pour assurer des chiffres fiables et sûrs. Ce recensement demeure une source d'informations très importante pour les utilisateurs des statistiques.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - Après une absence de 14 ans, le recensement général de la population sera enfin effectué en Algérie durant cette année. Cette version 2022 mettra à contribution un outil informatique performant. Des tablettes numériques, préalablement programmées pour cette mission, seront ainsi utilisées par les enquêteurs.
Une opération que le professeur des universités et spécialiste des questions de développement, Azzedine Belkacem-Nacer, qualifie d'ailleurs, d'«innovante».
«Presque 60 000 tablettes numériques seront utilisées lors du recensement de 2022. Cela nous change des registres traditionnels utilisés auparavant et permettra d'avoir une meilleure fiabilisation, un traitement plus rapide afin de pouvoir disposer des résultats attendus», a-t-il dit, hier, sur les ondes de la Radio Chaîne 3.
Rappelant que seuls cinq recensements généraux de la population ont été réalisés depuis l'indépendance, il précise que le tout dernier remonte à 2008. «Nous l'attendions depuis longtemps puisqu'il s'agit d'un levier important de toutes les politiques publiques et de prévision d'un ensemble d'actions qui portent sur la dimension économique, sociale, environnementale, culturelle...», affirme-t-il.
L'expert souligne ainsi le caractère «lourd» de cette opération avant de détailler : «Le recensement est une enquête approfondie et exhaustive qui permet d'arrêter le nombre de la population et toutes les statistiques qui définissent les tranches d'âge, les sexes, les catégories professionnelles, les lieux de résidence, et tous les autres aspects qui concernent les ménages.»
Et de poursuivre : «Le recensement est intéressant parce qu'il permet d'avoir une idée sur le parc logement dans toute son étendue : consistance du logement, type de logement, dimension urbaine, mais aussi sur les conditions de vie : taux de raccordement à l'eau potable et à l'électricité, aspects relatifs à l'assainissement et tout ce qui permet de situer le niveau de vie des citoyens.»
Pour lui, le recensement général de la population est «une mine d'or». «C'est une source d'informations très importante qui permet à tout un chacun de soutirer des données, notamment pour les économistes, les sociologues, les psychologues, les anthropologues...», explique-t-il encore.
L'invité de la Radio nationale rappelle, en outre, le rôle important de l'Office national des statistiques (ONS) et du Conseil national des statistiques (CNS) qui constituent, selon lui, les principaux instruments du système national d'information statistique.
«L'ONS, qui a été créé en 1982, est l'organe qui permet de disposer de toute l'information statistique nationale.
Il veille à l'élaboration, la disponibilité et la diffusion d'informations fiables, régulières et adaptées aux besoins des différents agents économiques. Sa mission est de consolider l'ensemble des données de la Nation et prend en charge la construction de certains indices particuliers et les principaux agrégats de la Nation», fait-il savoir.
Il estime, à cet effet, que l'ONS doit disposer des moyens nécessaires pour mener à terme sa mission. «J'espère que tous les statisticiens des institutions nationales soient affiliés à l'ONS afin de pouvoir définir une politique et disposer d'une bonne harmonisation des actions et d'une cohérence des chiffres», dit-il.
Créé durant les années 1990 et réactivé en 2008, le Conseil national des statistiques demeure, pour Azzedine Belkacem-Nacer, l'instance suprême de coordination et de concertation entre l'ensemble des producteurs et utilisateurs de l'information statistique.
Selon lui, le système statistique algérien manque d'outils lui permettant d'entretenir les enquêtes réalisées. «Il est temps de donner force de loi aux délibérations du CNS.
C'est un organe consultatif auquel nous devons accorder beaucoup d'importance», estime-t-il.
Ry. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.