Fête de l'indépendance: le MAE rend hommage à ses diplomates et cadres décédés en fonction    JM: programme des athlètes algériens    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Saïd Chanegriha promu au grade de général d'armée (Vidéo)    JM/Handball - dames (match de classement) : l'Algérie s'incline face à la Macédoine du Nord (31-23) et termine 8e    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Mali: les sanctions de la Cédéao levées, le nouveau calendrier électoral dévoilé    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    60e anniversaire de l'indépendance : une série de mesures adoptées pour permettre aux citoyens d'assister au défilé militaire    ANP: Saïd Chanegriha promu au grade de Général d'armée par le Président Tebboune    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Hawza    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    JM (8e journée) : tableau des médailles    Football - La CAN 2023 reporté à janvier-février 2024    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Géostratégie en gestation    La Libye et l'espoir suspendu    60 ans et beaucoup à faire    L'armée russe a pris Lyssytchansk    Les Palestiniens ont remis la balle aux Américains    Tebboune à coeur ouvert    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    «Vous avez une bataille à mener»    En dents de scie    «Nous revenons par la grande porte»    Contacts établis avec Ziyech    10e place pour Reguigui en course en ligne    «L'Algérie est le berceau de l'humanité»    Guterres encense la diplomatie algérienne    N'en déplaise aux révisionnistes!    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



À l'ombre d'un cinéma récurrent
Leur Algérie de Lina Soualem
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 01 - 2022

Le documentaire de Lina Soualem Leur Algérie a eu un beau parcours en Algérie lors de sa tournée dans plusieurs salles en décembre dernier.
Signée par Lina Soualem, dont c'est le premier long-métrage, ce documentaire sélectionné dans plusieurs festivals est décliné sous forme de portraits intimes des grands-parents de la réalisatrice. Divorcés après soixante ans de mariage et autant d'années d'exil en France, Aïcha et Mabrouk choisissent néanmoins de ne pas trop s'éloigner l'un de l'autre, la grand-mère prenant quotidiennement soin de son ex-mari. C'est donc l'histoire de la fin insolite d'un couple mais aussi celle d'une génération d'émigrés partie en France au milieu des années 1950, faire tourner les usines et suer sang et eau pour l'avenir de leurs enfants. C'est également le récit d'une vie construite dans une double peine silencieuse : le travail ingrat et briseur de santé pour l'homme et la jeunesse perdue en corvées et en déracinement pour la femme. Lina Soualem débute son film au moment du divorce et du déménagement de ses grands-pères. Elle les filme et les fait parler souvent séparément, les moments où on les voit ensemble sont rares et silencieux.
Leur Algérie renferme des moments forts de cinéma et d'émotion, notamment quand la réalisatrice se met en retrait et laisse ses deux protagonistes modeler l'espace filmique selon leurs humeurs et leurs souvenirs. A contrario, le documentaire perd en densité quand Lina Soualem verse dans le démonstratif et le propos (trop remâché) de la double identité et autres poncifs des films de l'émigration. Par ailleurs, certaines scènes et discours récurrents mettent un bémol à la fluidité du rythme et frôlent parfois la surenchère quand la sémantique narrative tombe dans la facilité didactique et sociologique. Enfin, Leur Algérie peut parfois s'avérer peu transcendant puisqu'il s'inscrit dans un canevas «documentaire-chronique-familiale» assez redondant chez les cinéastes de la troisième génération d'émigrés : on a vu dans le même genre A Mansourah, tu nous as séparés de Dorothée-Myriam Kellou et Des figues en avril de Nadir Dendoune, pour ne citer que ces quatre dernières années. Un cinéma retranché dans un périmètre dramaturgique limité et tourné vers une esthétique peu fouillée où certaines images comme certains propos frisent le réchauffé.
Heureusement, dans ce genre de films, et notamment Leur Algérie, ce sont les personnages qui sauvent la mise en insufflant une esthétique brute à travers leur vérité, la pudeur sublimatrice de leurs émotions et la subtilité de leur présence.
S. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.