Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    Paroles d'experts    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Combien au premier trimestre 2022?    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Youcef Cherfa ausculte son secteur    L'oeuvre salvatrice du Président    L'armée s'engage    Le RND affiche son total soutien    Mbappé : La Liga va déposer plainte    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Un virus appelé à disparaître vers le mois de mars»
Pr Réda Djidjik à propos d'Omicron :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 01 - 2022

Certains pays enregistrent actuellement jusqu'à un demi-million de cas de Covid-19 par jour. En Algérie, l'Institut Pasteur a annoncé, fin décembre, 1 ou 2 cas, mais depuis, les chiffres officiels annoncent 4 200 malades hospitalisés. Il s'agit en quelque sorte d'une compétition où l'Omicron prend la place du Delta. De ce fait, le virus perd de sa virulence et le taux de mortalité baisse. Et au mois de mars prochain nous arriverons à une situation d'accalmie très importante.
Abdelhalim Benyellès – Alger (Le Soir) - C'est le professeur Reda Djidjik, chef de service du laboratoire d'immunologie médicale et doyen de la Faculté de pharmacie, qui l'a déclaré, hier mardi, sur les ondes de la Chaîne 3, expliquant que «nous sommes face à une situation inédite et exceptionnelle». Et pour cause, le nombre de contaminations «explose» dans le monde, puisque les chiffres communiqués par l'OMS annoncent 20 millions de cas de Covid-19, comparativement aux vagues précédentes qui ont enregistré entre 200 000 cas et 400 000 cas par jour. Le professeur Reda Djidjik prévoit que nous allons assister dans les prochains jours à une situation d'immunité totale avec la multiplication des contaminations et de ce fait «le virus ne pourra plus circuler». «Les experts les plus optimistes pensent que nous nous dirigeons vers la fin de ce cauchemar», poursuit-il. Et pour cause, ce virus ne pourra plus circuler.
Pour ce qui est des caractéristiques de ce nouveau variant, le professeur fait remarquer que la virulence de ce nouveau variant Omicron est inférieure à celle du Delta. Plus explicitement, il dira que «nous avons moins de détresse respiratoire, ce qui est perçu par les spécialistes comme «la bonne nouvelle» de cette nouvelle vague. «Et si nous avons moins de détresse et moins d'oxygénodépendance, nous aurons moins de mortalité», argumente-t-il. «C'est ce qui se voit nettement en Europe», fera-t-il remarquer. Et de déduire que «du moment que la mortalité est moins importante que les vagues précédentes, le Covid est en train de perdre de sa virulence ». Nous sommes face à une situation épidémiologique qui prouve que beaucoup de facteurs attestent que la virulence de ce nouveau variant Omicron est inférieure à celle du Delta, juge-t-il.
En Algérie, les hôpitaux sont réellement saturés avec l'arrivée de ce nouveau variant, fait savoir le chef de service du laboratoire d'immunologie médicale. Mais se montrant optimiste, il avance qu'«heureusement, l'Omicron n'est pas comparable à la forme clinique du Delta». Ainsi, il assure que «nous avons de ce fait moins de cas graves en Algérie». Pour ce qui est des moyens mis en place dans les hôpitaux du pays, il dira que «nous avons acquis une certaine expérience avec les vagues précédentes et nous avons appris beaucoup de choses durant ces deux dernières années de corona, notamment au cours de la 3e vague». Rappelant que «nous avions beaucoup de soucis à gérer la 3e vague en raison du problème de l'oxygène». «Cette fois-ci, nous avons pris toutes nos dispositions : l'oxygène est disponible et en quantité suffisante, même s'il n'y a pas beaucoup de pression, malgré le nombre d'hospitalisations, parce que les deux formes cliniques sont complètement différentes», estime l'invité de la Radio nationale.
Enfin, au sujet du vaccin contre la Covid-19, le professeur Reda Djidjik dira que la vaccination reste un outil très important pour faire face à cette maladie. Ce qui est très important, selon lui, «c'est de ne pas mourir de cette maladie». Ceci pour rappeler que la vaccination permet de réduire considérablement la mortalité. Dans le même sillage, il ajoutera que certains pays préconisent la 3e dose afin de «booster l'immunité». «Il a été démontré que les personnes qui ont reçu la 3e dose sont les mieux protégées», conclut-il.
A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.