Comment défaire une démocratie ? Le cas de la Tunisie sous Kaïs Saïed    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison ferme requis contre l'ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal    Le Conseil de la nation participe à la 33e Conférence extraordinaire de l'UIPA    Riche participation algérienne à la manifestation "Portes ouvertes des ambassades" à Washington    Nécessité de renforcer les services de réanimation en moyens matériels et humains pour une meilleure prise en charge des malades    Le Conseil de la nation prend part à une conférence sur les droits et conditions des personnes âgées dans la région arabe    Le Président Tebboune reçoit le ministre saoudien des Affaires étrangères    Le moudjahid Abbas M'hamed, un parcours remarquable au service du pays    Chanegriha supervise un exercice tactique au niveau de la 5ème Région militaire    Algérie-République tchèque: Signature d'un procès-verbal de coopération dans le domaine minier    Arkab appelle à la mise en place d'une stratégie de valorisation des mines de marbre en Algérie    Le Barça s'intéresse à Koulibaly    Leeds : Kalvin Phillips dans le viseur de Manchester City    Ligue Europa: l'Eintracht Francfort l'emporte aux tirs au but face aux Glasgow Rangers    L'imposture totalitaire à l'aune de la duplicité dialectique: Lorsque les médias occidentaux jettent une lumière crue sur des vérités trop longtemps dissimulées    Football - Ligue 1: Les poursuivants à l'affût    Tiaret : le mouvement sportif en deuil: Hadj Moumene Ahmed n'est plus    Les bases de la transition énergétique    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    Plaques de signalisation routière, chaises métalliques...: Une bande spécialisée dans le vol démantelée à Bir El Djir    Université: La formation d'ingénieurs privilégiée    Céréales : les stocks stratégiques suffisants    Saison estivale: 550.000 m3/jour pour l'alimentation en eau potable    Tlemcen: Le salon de l'étudiant de retour    La femme et le réajustement des ordres établis    L'ivrogne, ce que dit le cœur et ce que dit la bouche    L'archéologie islamique en question    Brèves Omnisports    La double confrontation face à la Palestine fixée    «Il couronnera le triomphe électoral du parti»    La dernière trouvaille du Makhzen    Manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange    La Médiation internationale se mobilise    Pourquoi les prix ont baissé    Des faussaires de billets de banque arrêtés    Pêche en eau trouble    Une femme à la tête d'un gang de voleurs    La Sonelgaz se met de la partie    Les entreprises privées du Btph suffoquent    Une amitié de 60 ans sans aucune ride    Le message fort du président Tebboune    Mbappé quasiment d'accord    Amara Rachid: de l'école au maquis    Les nouveaux membres installés    Amar Metref ou la voix d'un humble    Armée sahraouie : nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain dans le secteur de Mahbes    Justice: 10 ans de prison requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    Recadrage en règle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



44,6 millions d'habitants en Algérie en janvier 2021
Démographie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 01 - 2022

Le nombre d'habitants de l'Algérie est passé à 44,6 millions au 1er janvier 2021 contre 44,3 millions au 1er juillet 2020, a appris l'APS auprès de l'Office national des statistiques (ONS). L'année 2020 a enregistré 992 000 naissances vivantes, 236 000 décès et 283 000 mariages, indiquent les données statistiques de l'ONS.
L'office souligne que 2020 a été marquée par un recul des naissances vivantes sous le seuil d'un million de naissances pour la première fois depuis 2014, une augmentation «significative» des décès, et par la poursuite du recul des mariages depuis six ans. L'accroissement naturel enregistré durant l'année a atteint 756 000 personnes, soit un taux de 1,71%. Ce dernier continue sa tendance baissière enclenchée depuis 2017, «avec un rythme plus prononcé en 2020», ajoute l'ONS expliquant cette baisse par l'augmentation «conséquente» des décès, à laquelle s'associe le recul des naissances.
A ce rythme de croissance de l'année 2020, la population résidente totale atteindrait 45,4 millions au 1er janvier 2022, selon les prévisions de l'Office. La répartition par sexe des habitants de l'Algérie au 1er janvier 2021 fait ressortir une légère prédominance de la population masculine qui représente 50,7% de la population totale. Selon l'office, le recul des naissances vivantes sous le seuil d'un million de naissances pour la première fois depuis 2014 a affecté le taux brut de natalité qui est passé de 23,80 pour mille en 2019 à 22,42 pour mille en 2020.
Poursuite de la baisse des mariages
Cette tendance baissière a également caractérisé le niveau de fécondité, puisque son indicateur conjoncturel est passé de 3,0 enfants par femme à 2,9 enfants par femme durant la même période de comparaison. Entamée depuis 2014, la baisse de l'effectif des mariages se poursuit également en 2020 mais avec un rythme plus «accéléré», d'après l'office. Ainsi, les bureaux d'état civil ont enregistré 283 000 unions en 2020 contre 315 000 unions en 2019, soit une baisse de plus de 10%. Le taux brut de nuptialité poursuit ainsi sa décroissance, passant de 7,26 pour mille à 6,41 pour mille, soit le même niveau observé au début des années 2000, relève encore l'organisme des statistiques. En effet, «l'évolution de la population âgée de 20 à 34 ans (population où se contractent 80% des mariages), fait ressortir une régression du volume de celle-ci d'une allure assez visible à partir de 2015, laquelle population est passée de 10,997 millions à 10,427 millions entre 2015 et 2020», détaille l'organisme. Quant à la mortalité générale, l'office note que l'année 2020 a enregistré 236 000 décès contre 198 000 décès en 2019, en augmentation de 38 000 décès. Le taux brut de mortalité est passé ainsi de 4,55 pour mille à 5,33 pour mille. D'autre part, l'ONS indique que le volume de la mortalité infantile avait baissé à 18 700 décès en 2020 contre 21 030 cas en 2019, soit un recul de 2 330 décès. Le taux de la mortalité infantile a atteint 18,9 pour mille. Par sexe, il est de 21,0 pour mille auprès des garçons et 16,6 pour mille chez les filles. A l'instar des pays du monde touchés par la pandémie, la hausse du niveau des décès a impacté négativement l'espérance de vie à la naissance, qui a enregistré une baisse de 1,6 année, atteignant 76,3 années, soit le même niveau de 2009. Par sexe, l'espérance de vie à la naissance semble affecter davantage les hommes, puisqu'elle est de 74,5 ans, alors que chez les femmes elle est de 78,1 ans, détaille encore l'office.
APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.