Comment défaire une démocratie ? Le cas de la Tunisie sous Kaïs Saïed    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison ferme requis contre l'ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal    Le Conseil de la nation participe à la 33e Conférence extraordinaire de l'UIPA    Riche participation algérienne à la manifestation "Portes ouvertes des ambassades" à Washington    Nécessité de renforcer les services de réanimation en moyens matériels et humains pour une meilleure prise en charge des malades    Le Conseil de la nation prend part à une conférence sur les droits et conditions des personnes âgées dans la région arabe    Le Président Tebboune reçoit le ministre saoudien des Affaires étrangères    Le moudjahid Abbas M'hamed, un parcours remarquable au service du pays    Chanegriha supervise un exercice tactique au niveau de la 5ème Région militaire    Algérie-République tchèque: Signature d'un procès-verbal de coopération dans le domaine minier    Arkab appelle à la mise en place d'une stratégie de valorisation des mines de marbre en Algérie    Le Barça s'intéresse à Koulibaly    Leeds : Kalvin Phillips dans le viseur de Manchester City    Ligue Europa: l'Eintracht Francfort l'emporte aux tirs au but face aux Glasgow Rangers    L'imposture totalitaire à l'aune de la duplicité dialectique: Lorsque les médias occidentaux jettent une lumière crue sur des vérités trop longtemps dissimulées    Football - Ligue 1: Les poursuivants à l'affût    Tiaret : le mouvement sportif en deuil: Hadj Moumene Ahmed n'est plus    Les bases de la transition énergétique    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    Plaques de signalisation routière, chaises métalliques...: Une bande spécialisée dans le vol démantelée à Bir El Djir    Université: La formation d'ingénieurs privilégiée    Céréales : les stocks stratégiques suffisants    Saison estivale: 550.000 m3/jour pour l'alimentation en eau potable    Tlemcen: Le salon de l'étudiant de retour    La femme et le réajustement des ordres établis    L'ivrogne, ce que dit le cœur et ce que dit la bouche    L'archéologie islamique en question    Brèves Omnisports    La double confrontation face à la Palestine fixée    «Il couronnera le triomphe électoral du parti»    La dernière trouvaille du Makhzen    Manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange    La Médiation internationale se mobilise    Pourquoi les prix ont baissé    Des faussaires de billets de banque arrêtés    Pêche en eau trouble    Une femme à la tête d'un gang de voleurs    La Sonelgaz se met de la partie    Les entreprises privées du Btph suffoquent    Une amitié de 60 ans sans aucune ride    Le message fort du président Tebboune    Mbappé quasiment d'accord    Amara Rachid: de l'école au maquis    Les nouveaux membres installés    Amar Metref ou la voix d'un humble    Armée sahraouie : nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain dans le secteur de Mahbes    Justice: 10 ans de prison requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    Recadrage en règle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants
Nigeria
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 01 - 2022

Le gouvernement du Nigeria a annoncé renoncer une nouvelle fois à la suppression des subventions des carburants, une mesure extrêmement populaire dans le pays le plus peuplé d'Afrique, un an avant l'élection présidentielle.
Confronté à une grave crise budgétaire, le gouvernement avait d'abord proposé de supprimer ces subventions décriées qui siphonnent chaque année des milliards de dollars des caisses publiques, mais qui permettent aux stations-service de vendre une essence à des prix très en dessous du marché.
C'est là toucher un sujet très sensible et donc potentiellement explosif : les consommateurs nigérians considèrent l'accès à du carburant bon marché comme un des rares privilèges qu'ils tirent de leur puissance pétrolière. En novembre, la ministre des Finances Zainab Ahmed avait déclaré vouloir mettre fin à cette mesure «insoutenable» d'ici juin, en accord avec les priorités fixées par la Banque mondiale (BM) et le Fonds monétaire international (FMI). Mais pour acheter la paix sociale, le gouvernement a finalement annoncé changer d'avis.
«Il est clair que le timing est problématique, qu'il y a toujours une inflation croissante et que la suppression des subventions ne ferait qu'aggraver la situation et ferait peser plus de difficultés sur les citoyens», a déclaré lundi Mme Ahmed devant les sénateurs. Le ministre du Pétrole, Timipre Sylva, a indiqué mardi que l'actuel gouvernement allait proposer de reporter de 18 mois l'arrêt du système de subventions, laissant la décision sur leur avenir entre les mains du gouvernement qui sera issu de la prochaine élection. M. Sylva a rejeté les inquiétudes concernant les pressions de la BM contre le maintien du système en place.
«Nous devons regarder la réalité de notre pays. La Banque mondiale ne peut pas diriger le Nigeria pour nous», a-t-il déclaré. Mme Ahmed avait auparavant proposé de remplacer les subventions par «une aide mensuelle de 5 000 nairas» (près de 11 euros), distribuée «à 30 ou 40 millions de Nigérians» parmi les plus démunis.
Le syndicat national nigérian NLC, qui avait prévu de manifester jeudi contre toute tentative d'arrêt du système de subventions, a annoncé mardi qu'il annulait cette manifestation. «Je ne vois aucun gouvernement, même celui qui arrivera après 2023, avoir la volonté politique de changer le système», a souligné Cheta Nwanze, chercheur au cabinet de conseil nigérian SBM Intelligence.
Pourtant, la BM a recommandé au Nigeria d'y mettre fin dans les six prochains mois pour favoriser la diversification de son économie qui repose principalement sur les exportations d'or noir.
Depuis les années 1970, l'Etat fédéral - qui dépense plus dans les subventions que dans d'autres secteurs clés sous-développés comme l'éducation ou la santé - prend en charge une partie du coût des produits pétroliers. Actuellement, le litre d'essence coûte en moyenne 165 nairas (environ 35 centimes d'euros).
Au cours des dix dernières années, les autorités ont tenté de supprimer ces subventions à plusieurs reprises. En vain. Chaque fois, elles ont dû faire machine arrière face à la colère de la population, gonflée à bloc par les syndicats.
En 2012, l'armée était même descendue dans les rues pour maintenir le calme lors de manifestations monstres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.