Le pas à ne pas franchir    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Covid-19: Des chiffres inquiétants    L'Aïd et une épine dans le pied    «Un peu prématuré pour en parler», selon la Commission de la fetwa: Plaidoyer pour l'annulation du sacrifice de l'Aïd El-Adha    5 Juillet 1962 - 5 Juillet 2020 - 58ème anniversaire de l'indépendance nationale: La grande fête    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    Un jour sur la plage    Qui veut dénaturer Le Rocher Noir de Boumerdès ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    L'infrangible lien...    L'Algérie passe dans une catégorie à revenu inférieure    Vu à Alger    Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Le nouveau tsar    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    2 navires de Sonatrach mis sous séquestre    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les martyrs sont de retour    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Brèves    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





INTERVIEW DE YAHIA BELASKRI :
�Pour moi, la contestation est consubstantielle � l'acte d'�crire�
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 11 - 2010

Le Soir d'Alg�rie : Votre second roman s'enfonce un peu plus encore dans une vision d�sesp�r�e de l'Alg�rie. A quelles pr�occupations r�pond votre d�marche d'�criture ?
Yahia Belaskri : ma d�marche est totalement tendue par cette pr�occupation : comment l��tre humain peut �tre face � l�Histoire. Comment se construire dans une soci�t� o� la barbarie a pour pr�tention d�outrager le beau ?
Si tu cherches la pluie, elle vient d�en haut n�est pas une vision d�sesp�r�e de l�Alg�rie ; c�est un focus sur une s�quence de l�Histoire r�cente de l�Alg�rie. Dans le texte, nulle part je nomme les pays, les villes o� se d�roule le r�cit. Mais bien entendu, je parle d�un lieu : l�Alg�rie. Pourrais-je parler d�autre chose ? Peut-�tre. Pour l�instant, c�est d�Alg�rie que je parle. Et ce roman je le porte depuis longtemps ; les ann�es quatre-vingt-dix ont �t� d�une violence inou�e pour les Alg�riens et je me suis nourri du v�cu de celles et ceux qui l�ont subie. L�, � cet instant, j�ai une pens�e particuli�re pour Alloua A�t- Mebarek, d�c�d� sous les d�combres de la maison de la presse, cibl�e par un attentat, en f�vrier 1996, durant lequel plusieurs journalistes du Soir d�Alg�rie ont trouv� la mort. Entre imaginaire et r�alit�, le d�bat n�est pas termin�. Pour ma part, pour paraphraser Dany Laferri�re, plus c�est vrai, plus je suis dans l�imaginaire.
Vous optez pour une �criture r�solument noire qui est aussi celle de la contestation. L'�crivain alg�rien aujourd'hui peut-il, selon vous, faire l'impasse de la contestation, quelle qu'en soit la forme?
Depuis Sartre et sa sentence �un �crivain ne doit pas parler pour ne rien dire�, la litt�rature a �volu� dans sa mani�re d�appr�hender la soci�t� et les questions qu�elle soul�ve. Pour Soljenitsyne, c�est �faire pr�valoir une vision universelle de l'homme�, pour Milan Kundera, c�est �la d�fense de la libert� par la fiction�. Comment pourrait se situer l��crivain alg�rien ? De diverses mani�res, bien entendu. Tout comme le reste des �crivains, il est en prise avec la r�alit�. C�est quoi la r�alit� ? C�est un monde brutal, fait de tumulte et de violence. Et l��crivain alg�rien, me semble-t-il, ne peut faire l�impasse sur cette r�alit�. Et chacun va l�appr�hender � sa mani�re. Pour moi, la contestation est consubstantielle � l�acte d��crire ; il n�est nul besoin de l�affirmer, l�agiter.
Vous choisissez, de fa�on g�n�rale, de ne pas nommer les lieux. Quelle est la port�e de ce choix ?
Pour �tre honn�te, ce n�est pas un choix d�lib�r�, pens�, r�fl�chi. En �crivant mon premier roman Le Bus dans la ville, l�anonymat des lieux s�est impos� de lui-m�me. J�ai continu� ainsi pour Si tu cherches la pluie, elle vient d�en haut. Et pourtant, le r�cit permet de situer les lieux. Le roman est partag� entre l�Italie et l�Alg�rie. Quand je parle du destin de Badil �dans une petite ville du bout du bout de la botte�, il est �vident que je parle de la Sicile. L�, c�est un �v�nement qui a eu lieu en 1996, � Portopalo, qui m�a inspir�. Les p�cheurs siciliens remontaient dans leurs filets les corps d�immigr�s qui avaient p�ri dans un naufrage. Au lieu de rep�cher les corps afin de les identifier et les remettre � leurs familles pour qu�elles fassent le deuil, ils les rejetaient � la mer !! Dans ce cas, il n�y avait nul besoin de nommer le lieu tant notre humanit� est capable des pires choses.
Quelles seraient les conditions qui feraient qu'un jour vous puissiez d�livrer un message d'espoir � travers vos romans ?
Mais l�espoir existe dans mes romans. Il est �vident : c�est l�amour, c�est la beaut�. L�amour � donner, � partager avec l�autre, les autres, quelquelles que soient leurs couleurs, leurs religions ou croyances. La beaut� car, selon Lacan, elle est la �barri�re extr�me � interdire l�acc�s � une horreur fondamentale�. La beaut� c�est une peinture du Caravage ou de Khadda, c�est un roman comme Nedjma de Kateb ou encore Terrasse � Rome de Pascal Quignard. C�est aussi un sourire, un geste. J�ai vu, un jour, un spectacle d�une immense beaut� : une femme croise un SDF, lui dit bonjour et continue son chemin ; cinq minutes apr�s, elle revient vers lui et lui tend un sac o� il y avait un poulet r�ti et une portion de pommes de terre. Il la remerciait, �tonn�, elle �tait d�j� partie. C�est cela le beau. Dans mes romans, il y a la po�sie. Ces po�tes que je cite, Kateb, S�nac, Ren� Char et bien d�autres, c�est un appel au beau pour conjurer la barbarie.
Propos recueillis par Meriem Nour
Belaskri bio
Journaliste, collaborateur pour Les Lettres fran�aises, Tartuffe, L�Anacoluthe, Cultures Sud. Ecrivain,
� Romans
- Le Bus dans la ville, roman, �ditions Vents d�ailleurs, mars 2008 ; �ditions Apic, Alger, 2009 ;
- Si tu cherches la pluie, elle vient d�en haut, �d. Vents d�ailleurs, 2010.
� Nouvelles
- Histoire fausse, nouvelle in Derni�res nouvelles de la Fran�afrique ; �ditions Vents d�ailleurs oct. 2003 ;
- La fen�tre bleue, nouvelle in Fen�tres sur M�diterran�e ; sept. 2006;
- Le Retour, nouvelle, in Ancrage africain, �d. Apic, Alger 2009 ;
- Blanc et Noir, nouvelle in Nouvelles d�Afrique, nouvelles de foot. Enfants de la balle, �d. J. C. Latt�s, Paris 2010
� Essais
- L�Islamisme et l�Europe sociale in Extr�mismes en Europe (ouvrage collectif sous la direction de Jean-Yves Camus), �ditions de l�Aube - CERA 1999 ;
- L��preuve d�une d�cennie. Alg�rie, art et culture 1992-2002 (ouvrage collectif sous la dir. de, avec Christiane Chaulet- Achour), co�dition APCV- Paris- M�diterran�e, Paris 2004 ;
- Les Franco-Maghr�bins et la R�publique ; ouvrage collectif ; �ditions APCV, Paris 2007.
Si tu cherches la pluie, elle vient d'en haut
Dehia, Adel, Djibril. Trois personnages. Trois trag�dies. Avec un bus dans la ville (Vent d'ailleurs, 2008), le premier roman de Yahia Belaskri, on pensait avoir atteint le paroxysme du tourment. Mais l'auteur nous avait averti : �La col�re est toujours l�, elle grossit. Le tourment aussi.� Dans ce second roman, Si tu cherches la pluie elle vient d'en haut (Vent d'ailleurs, 2010), la pluie se d�verse toujours par trombes sur la ville maudite et les �l�ments furieux se d�cha�nent contre les hommes. Si les lieux ne sont pas explicitement d�sign�s � ce qui leur conf�re un caract�re intemporel, voire universel �, on en devine l'origine. Dehia et Adel, mari�s depuis dix ans, ont en commun leurs blessures : �Tous deux issus du m�me ventre, le ventre aride d'une terre qui a rompu avec ses anc�tres.� R�fugi�s dans un pays qui ressemble � l'Italie, �une terre fertile o� l'homme est consid�r� dans son int�grit�, sa dignit� �, ils tentent de se reconstruire. Ils d�ambulent, s'�merveillent, lisent, rient surtout. Parfois une ville, un lieu �voquent les images d'antan. La narration contrast�e alterne le pr�sent et le pass�, ici et l�-bas, le murmure de l'eau et la cacophonie brutale de la rue, la douceur de vivre et la violence extr�me. Quel est ce monde qu'il a fallu fuir ? Le monde de la haine de soi et de l'amn�sie, de l'intol�rance et de l'obscurantisme. Celui de la corruption, du n�potisme et de la terreur. Ce monde o� les fils frappent et assassinent leur m�re, o� les p�res deviennent fous. Le monde du chaos, du sang et des chairs � vif. Dans ce monde o� les parents vendent leurs enfants perdus entre mendicit� et d�linquance, le plus faible est l'objet d'actes de barbarie. Badil, le jeune fr�re d'Adel, est un enfant perdu, humili�, viol�, victime de la cruaut� de tous : d�tenus, gardiens de prison, employeur. Condamn� � la marginalit�, la peur gouverne sa vie. Son cri se perd dans l'indiff�rence qui le pousse au geste extr�me de la mutilation. Seul espoir, quitter la ville par la mer. Mais la fuite elle-m�me est inutile, comme la barque des candidats � l'exil, le pays tout entier chavire et le pass� ne s'oublie pas. Roman noir par sa port�e contestataire et dans son approche d'une r�alit� sociale tragique. Yahia Belaskri heurte, d�range car la v�rit� est sans tabou. Il ne d�sarme pas, il cible avec pugnacit� toutes les plaies de notre soci�t�. Le syst�me �ducatif, l'universit�, l'entreprise, l'arm�e, l'h�pital, la famille sont pass�s au crible de sa plume acerbe. Ses personnages sont pr�textes � cette d�nonciation, et c'est l'ampleur du drame qui leur conf�re leur densit�. Dehia enseigne � l'universit�, son courage � ne pas se laisser corrompre, sa lutte contre la bigoterie et l'ignorance, sa clairvoyante analyse des carences de l'�ducation susciteront les haines qui d�truiront les siens. C'est ce m�me refus du mensonge qui pousse Adel, jeune cadre enthousiaste et plein de projets, � r�sister � la corruption g�n�ralis�e. L'auteur d�crit avec justesse le monde de l'entreprise qu'il conna�t bien : �Les cadres sont d�nigr�s, accus�s d'�tre des boulets ou, supr�me insulte, des complices de la main de l'�tranger.� Contraint aux l�chet�s, Adel �c�de, plie, compose, accepte. � La ville, comme dans son premier roman, est un personnage � part enti�re. Grise, sale, cacophonique, indiff�rente � la mis�re, elle refl�te toute les turpitudes de la soci�t�. Comme le po�te auquel souvent il se r�f�re, Yahia Belaskri, au plus profond de sa col�re, continue par le verbe � se battre pour ses r�ves.
M. N.
Si tu cherches la pluie, elle vient d'en haut, Yahia Belaskri, ed. Vent d'ailleurs, 2010
SIGNET
Noir
Il existe une litt�rature noire. C�est celle de la nuit, de l�encre, du d�sespoir. C�est un peu celle que pratique Yahia Belaskri. Dans le sillage des �crivains d�sesp�r�s, il trouve encore de la beaut� � puiser dans le chaos. C�est la force des mots. De la po�sie. De la cr�ation. Ce roman de notre confr�re est un faux noir puisque il luit au fond du d�sespoir qu�il montre des �clats d�espoir et m�me de bonheur � venir. Le�on num�ro un : ne jamais d�sesp�rer. Et puis comment le faire quand on voit un �crivain tracer son sillon, laisser entendre sa voix personnelle, originale ? Bon vent !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.