ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





MOHAMED-CHAFIK MESBAH AU SOIR D�ALG�RIE
�Les pouvoirs publics sont d�connect�s de la r�alit� sociale�
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 01 - 2011

Mohamed-Chafik Mesbah, auteur de l�ouvrage Probl�matique Alg�rie (Editions le Soir d�Alg�rie ), a bien voulu apporter, dans nos colonnes, son analyse des �meutes r�cemment intervenues en Alg�rie.
Le Soir d�Alg�rie : Etait-il possible de pr�voir les �meutes r�cemment intervenues en Alg�rie ?
Mohamed-Chafik Mesbah : Depuis de nombreuses ann�es, des �meutes r�currentes ont frapp� diff�rentes localit�s du pays � travers des mouvements de contestation sporadiques et circonscrits, suscit�s, en g�n�ral, par des revendications d�ordre socio-�conomique, mais touchant, dans leur ensemble, � la qualit� m�diocre de la gouvernance publique. Consid�rant que ces mouvements sporadiques n�avaient pas vocation � s�agr�ger en se f�d�rant dans un mouvement de contestation de dimension nationale, les pouvoirs publics ont accord� au ph�nom�ne une attention n�gligente. Toutes choses �tant �gales par ailleurs, il suffisait, pourtant, pour appr�cier, correctement, le ph�nom�ne, de se r�f�rer aux situations similaires en Am�rique latine � certes, dans les ann�es 70 � o� des �meutes identiques, tout aussi sporadiques et circonscrites, avaient d�bouch� sur des mouvements de contestation nationale qui ont d�fait les dictatures militaires latino-am�ricaines. Les �meutes qui viennent de secouer le pays d�montrent, � l��vidence, qu�un mouvement de contestation peut se d�rouler, au m�me moment, sur tout le territoire national. Il faut s�interroger, plut�t, comment ces �meutes pourraient se transformer en un mouvement de contestation susceptible de provoquer un changement de r�gime, c'est-�-dire un processus r�volutionnaire comme en Tunisie.
L�ensemble de la population n�est pas sortie dans la rue�
Dans l�absolu, oui. Ce sont, en effet, des groupes de dizaines, parfois de centaines, de jeunes �g�s de moins de vingt ans, mineurs � l�occasion, qui sont sortis dans la rue. Les �meutes ont touch� l�ensemble du territoire national mais sans exercer d�effet d�entra�nement sur le reste de la population. Il n�en reste pas moins que le reste de la population, tout en se d�marquant des actes de violence, n�a pas contest� le bien-fond� des slogans scand�s par les jeunes manifestants. La lucidit� politique commande, � cet �gard, de ne pas se tromper de diagnostic. C�est la r�alit� sociale dans sa globalit� qu�il faut observer. Les pouvoirs publics semblent, pourtant, se cantonner au constat d�un mouvement de foule circonscrit � des groupes de jeunes manifestants qui ont pu se d�fouler. Erreur fatale pour demain !
L�hypoth�se d�une manipulation est � exclure ?
Pour l�heure, ce qui est �tabli, c�est la simultan�it� des �meutes sur l�ensemble du territoire national ainsi que leur arr�t tout aussi simultan�, presque. Il est m�me curieux que des localit�s du grand Sud � Tamanrasset, Adrar� �, traditionnellement �pargn�es par les mouvements de contestation, se soient jointes aux �meutes. Est-ce un pur ph�nom�ne de mim�tisme social ? La question ne trouve pas encore de r�ponse convaincante. Ceux qui avancent l�hypoth�se de la manipulation pensent, en r�alit�, � plusieurs sc�narios qui peuvent �tre ramen�s � deux variantes principales. Dans la premi�re, ce seraient les lobbies d�affaires oppos�s aux mesures gouvernementales visant � l�instauration d�une certaine transparence des activit�s �conomiques � selon l�objectif officiel affich� � qui auraient suscit� les �meutes pour pr�server leurs int�r�ts et obliger les pouvoirs publics � se d�juger. Certes, ces lobbies d�affaires existent et disposent de leviers �conomiques puissants. Peuvent-ils, cependant, produire l�effet qui vient de se v�rifier � travers les �meutes que le pays vient de conna�tre ? La r�ponse est moins �vidente. Cela ne semble pas aussi simple, � moins que ces milieux d�affaires ne soient en connexion avec des centres de pouvoir masqu�s ou des organisations politiques encore non apparentes. Dans la seconde variante, les �meutes seraient le reflet d�une lutte sourde entre clans en pr�sence au sein du r�gime avec pour arri�re plan la succession envisag�e � terme rapproch� du pr�sident Abdelaziz Bouteflika. Certes, les enqu�tes engag�es par les services de renseignement contre la grande corruption ont fini par entacher des personnalit�s proches du chef de l�Etat nourrissant, d�autant, l�exasp�ration de la population contre la dilapidation �hont�e des deniers publics. Certes, les d�clarations officielles du ministre de l�Int�rieur contestant les mesures �conomiques du Premier ministre pourraient laisser croire que la coh�sion gouvernementale, en rapport avec cet enjeu de la succession, est mise � mal. Certes, les insinuations du secr�taire g�n�ral du FLN, lequel sugg�re l�existence d�intentions nuisibles � la personne m�me de Abdelaziz Bouteflika, pourraient sugg�rer que ce sont des parties au pouvoir qui sont, express�ment, cibl�es. Bref, il est possible d�imaginer que la guerre de succession soit d�j� ouverte. C�est, cependant, la probl�matique de fond qui importe le plus, celle qui concerne l�usure du syst�me de gouvernance, dans sa globalit�. Autrement, sur quelle donn�e irr�fragable s�appuyer pour affirmer qu�il s�est agi de d�livrer �un coup de semonce� destin� au clan pr�sidentiel ou de faire annuler les d�cisions �conomiques d�savantageuses du gouvernement ?
Faut-il suivre les pouvoirs publics lorsqu�ils ram�nent l�origine des �meutes au seul rench�rissement des produits alimentaires ?
Le rench�rissement des produits alimentaires de base est v�cu � l��chelle familiale plus qu�� l��chelle individuelle. Ce rench�rissement du prix a, probablement, constitu� un pr�texte. Ce qui pr�dominait, plut�t, chez ces jeunes manifestants, c�est une immense ranc�ur contre un syst�me de gouvernance qu�ils ressentent comme, fonci�rement, hostile. Ces jeunes aspirent, en r�alit�, � une vie digne, gr�ce � l�obtention d�un emploi et l�acc�s aux loisirs mais, �galement � surtout pourrait-on dire � � travers les marques d�une r�elle consid�ration. Sans doute, cette ranc�ur a �t� encore plus raviv�e par les chiffres colossaux sur les r�serves en devises du pays sans cesse claironn�s par les pouvoirs publics et les sommes colossales d�tourn�es dans les affaires de grande corruption que la presse a r�v�l�es. Ces jeunes manifestants, habit�s par une agressivit� chronique, peuvent recourir aux stup�fiants pour noyer leur amertume. Ces manifestants autant que les postulants � la mort, les harragua, ne sont pas des marginaux au sens pathologique du terme. Ils sont le produit de dysfonctionnements av�r�s du mode de gouvernance de la soci�t� alg�rienne.
Ce mal-vie concernerait, seulement, cette frange d�s�uvr�e de la jeunesse ?
Il faut avoir pr�sent � l�esprit que les jeunes de moins de vingt ans repr�sentent 60% de la population en Alg�rie, c�est parmi eux que le ch�mage s�vit le plus. L�esprit de contestation qu�ils manifestent se retrouve, n�anmoins, chez le reste de la population. Il n�est pas exag�r� d�affirmer que la soci�t� alg�rienne est scind�e en deux blocs. D�une part, la soci�t� r�elle, la grande majorit� de la population, en particulier tous �les laiss�s- pour-compte� tous �ges confondus, qui peinent pour s�assurer les conditions d�une vie � peine acceptable. D�autre part, la soci�t� virtuelle, c'est-�-dire les appareils et institutions publiques avec les personnels responsables qui les peuplent, en d�phasage chronique avec la soci�t� r�elle. Cette cassure a trouv� � s�illustrer dans les �pisodes ininterrompus de contestation de la gouvernance publique qui se sont d�roul�es et continuent de se d�rouler � l��chelon local. Le taux d�abstention �lev� enregistr� dans les scrutins �lectoraux organis�s depuis une d�cennie, en particulier les �lections l�gislatives et pr�sidentielle, en est une autre illustration.
Comment le gouvernement a-t-il pu se m�prendre sur l�impact pr�visible des mesures �conomiques qu�il avait adopt�es ?
Un manque de clairvoyance politique, au moins. Le d�ficit de maturit� chez nos gouvernants est patent, un constat qui peut se v�rifier dans tous les actes de gouvernance publique. Dans le cas d�esp�ce, l�objectif officiellement affich�, �tordre le cou� aux lobbies qui tirent profit du commerce informel, �tait, sans doute, louable. Mais la gouvernance publique ne consiste pas, seulement, � �dicter des mesures de r�glementation �conomique. La d�marche doit �tre globale, autant que possible graduelle ou s�lective, en embrassant tous les angles d�approche possibles, notamment politique et sociale. La d�marche du gouvernement laisse croire que ni la r�action des lobbies d�affaires, ni la r�volte des m�nages n�avaient �t� envisag�es. Le gouvernement a-t-il, comme il le laisse imaginer, voulu livrer une bataille donquichottesque � des lobbies puissants et agissants qui, notamment, contr�lent toute la distribution nationale de presque tous les produits agroalimentaires � travers le pays ? Bien inform� celui qui discernera la part de cynisme de celle de l�ing�nuit� dans la d�marche du gouvernement !
C�est le patriotisme �conomique inspir� par l�actuel Premier ministre qui est en cause ?
Pourquoi attribuer au Premier ministre, en propre, cette paternit� dans un contexte constitutionnel o�, en principe, il ne fait que coordonner, seulement, l�action gouvernementale, sans l�inspirer ? Quoi qu�il en soit, � s�en tenir � l�argumentaire officiel, ce n�est pas l�ancrage moral et politique du patriotisme �conomique qui serait en cause. Sans s�attarder sur le constat de tous les experts autoris�s qui contestent l�existence d�une r�elle politique �conomique gouvernementale avec visibilit� sur le moyen terme, supposons que le patriotisme �conomique en soit une expression. Ce sont, alors, l'ing�nierie et la ma�trise d��uvre qui posent probl�me car ils souffrent de d�ficit manifeste de maturation. Le gouvernement fonctionne, en effet, en vase clos. Les partenaires �conomiques et sociaux ne sont pas, r�ellement, consult�s. Les experts sont, rarement, sollicit�s. Le Parlement est, le plus souvent, r�duit � un r�le de �chambre d�enregistrement �. En r�gle g�n�rale, les mesures de type administratif, au caract�re unilat�ral, se r�v�lent inop�rantes et m�me contreproductives. Le constat de carence d�passe, cependant, le seul volet de la l�gislation et de la r�glementation �conomiques. Il se rapporte � la perte de comp�tence chronique qui frappe l�administration publique alg�rienne, tous niveaux confondus.
Avec les mesures d�apaisement prises par le gouvernement, l��pisode des �meutes est clos ?
L��pisode, pas le processus o� le pays est engag�. Tous les sociologues du monde vous le diront, la fermeture de l�espace de contestation institutionnel aggrav�e par l�absence de canaux d�interm�diation conduit, in�luctablement, � une explosion. Quel appareil, en effet, pourra, ind�finiment, contenir le bouillonnement qui agite, en profondeur, la soci�t� ? La mauvaise gouvernance publique persistant, la situation ne pourra que s�aggraver en s�exprimant � travers des mouvements de contestation sociale de plus en plus puissants, peut-�tre de plus en plus violents. Nonobstant leur aspect populiste avec absence d�ancrage �conomique, les mesures d�exon�ration �dict�es par le gouvernement profitent, d�abord, aux lobbies d�affaires. Par ailleurs, l�emprisonnement de centaines de jeunes alg�riens risque d�exacerber la ranc�ur des jeunes plut�t que de la temp�rer. Si les actes gratuits de vandalisme et de destruction ne doivent pas rester impunis, l�emprisonnement de jeunes manifestants, des enfants de l�Alg�rie, ne constitue pas une solution vraiment heureuse. Des mesures intelligentes pouvant concilier les exigences du maintien de l�ordre public et les imp�ratifs de r�insertion harmonieuse de ces jeunes au sein de la soci�t� doivent exister. Encore faut-il les prospecter. Ce qui fait obstacle, c�est la mauvaise gouvernance publique illustr�e par le m�pris que les pouvoirs publics affichent, en g�n�ral, vis-�-vis de l�expertise scientifique, a fortiori lorsqu�elle est alg�rienne.
Sur un plan politique, pour endiguer le sentiment de r�volte populaire �voqu�, le pr�sident de la R�publique pourrait prendre une initiative, vraiment, importante ?
Par-del� l�attitude que peut adopter le pr�sident de la R�publique, le syst�me, dans son ensemble, para�t frapp� d�ankylose. Il est peu probable, dans ces conditions, qu�il puisse engager le processus de r�formes politiques radicales que le contexte impose. Un processus qui passe par une ouverture r�elle et sans d�lai d�un champ politique et m�diatique, totalement, ferm�. Tout au plus, faut-il s�attendre � des mesures factuelles, par exemple, la substitution � l�actuel Premier ministre d�une personnalit� suscitant moins de crispation chez la population. Une telle mesure �tant, � n�en point douter, sans effet par rapport � l�imp�ratif de r�formes �voqu�, la r�volte populaire qui couve au sein de la population finira, t�t ou tard, par d�boucher sur l�explosion. Il ne faut pas se tromper de diagnostic, l�exigence pressante porte, en effet, sur des r�formes structurelles radicales, pas sur une permutation entre responsables.
Ces �meutes auraient, par ailleurs, mis en �vidence la disqualification du courant islamiste �
Gardez-vous de conclusions h�tives. C�est une face r�siduelle du FIS qui a �t� disqualifi�e, par l�ensemble du mouvement islamiste notamment, dans sa dimension pl�b�ienne. Il suffit de s�interroger si, objectivement, les causes profondes qui ont permis au mouvement islamiste, dans les ann�es 80, de se conforter et de se d�ployer au sein de la soci�t� ont disparu. Bien s�r que non, m�me si la population est, d�sormais, r�serv�e sur la violence brutale. Le mouvement islamiste pl�b�ien qui a op�r� sa mue est bien ancr� dans la soci�t� r�elle, particuli�rement au sein du lump-en�prol�tariat, d�o� il observe, attentivement, la r�alit� sociale en s�y adaptant, de mani�re pragmatique. Les r�centes �meutes pourraient avoir servi de terrain d�observation du comportement de la population et du mode de riposte des forces de l�ordre. En cas de mouvement de contestation plus large, en l�absence de classe politique performante et de mouvement associatif enracin� dans la soci�t�, les dirigeants de ce courant islamiste pl�b�ien pourront s�en improviser les leaders. Le contexte national et international ne permet plus de recourir � des solutions d��radication bas�es sur la r�pression pure et simple. S�ils y parviennent, les leaders de ce courant, s�ils s�abstiennent de recourir aux violences aveugles, ils pourront, forts du contexte international, se pr�valoir d�une �victoire l�gitime�.
Quelles similitudes entre les situations que connaissent, respectivement, l�Alg�rie et la Tunisie ?
Examinons, plut�t, les diff�rences. Premi�re diff�rence de taille, la Tunisie est d�munie de ressources financi�res par rapport � l�Alg�rie, qui dispose d�un matelas confortable de devises. La marge de man�uvres du pr�sident Ben Ali �tait, forc�ment, plus r�duite par rapport � celle dont dispose son vis-�-vis alg�rien. Deuxi�me diff�rence de taille, le r�gime tunisien est beaucoup plus homog�ne, beaucoup plus solidaire comparativement au r�gime alg�rien qui souffre de divisions internes tr�s graves. C�est ainsi que le r�gime tunisien, malgr� le d�part du g�n�ral Ben Ali, devrait essayer de r�sister de mani�re plus durable sur la sc�ne nationale. Troisi�me diff�rence de taille, la Tunisie dispose au sein de l�opposition politique, m�me en nombre r�duit, de dirigeants aguerris par le combat et d�un mouvement associatif organis�, notamment un syndicat des travailleurs agissant sur le terrain. La r�volte populaire a �t� spontan�e mais le mouvement associatif s�y est ralli� en lui apportant une efficacit� v�rifi�e. Quatri�me diff�rence de taille, comparativement � l��tat d�exasp�ration de la population alg�rienne qui se manifeste, le plus souvent, par la violence, la population tunisienne pr�sente un niveau de maturit� politique et de conscience civile mieux adapt� aux manifestations pacifiques. Certes au d�nouement de la situation, des actes de violence ont �t� commis par des groupes d�individus relevant des anciens appareils de s�curit� du pr�sident Ben Ali. Ces groupes semblent devoir �tre neutralis�s, rapidement, par l�arm�e que soutient la population. Cinqui�me diff�rence de taille, le r�gime tunisien reposait totalement sur la police, l�arm�e ayant, toujours, �t� �loign�e des t�ches de maintien de l�ordre. Le chef de l�arm�e de terre ayant refus�, rappelons-le, d�engager les troupes dans la r�pression des manifestations, l�arm�e tunisienne s�est trouv�e dans une position qui la pr�disposait � jouer un r�le implicite de garant de la transition. Sixi�me diff�rence de taille, le retentissement � l�ext�rieur du mouvement de contestation du peuple tunisien, gr�ce notamment aux cha�nes satellitaires et aux �changes sur la toile internet, a permis � la pression internationale de mieux s�exercer pour pr�cipiter la fin de r�gne du pr�sident Ben Ali. Le monde occidental, principalement les USA, semble avoir suivi, dans le cas de la Tunisie, une feuille de route plus explicite que celle qui pourrait exister pour l�Alg�rie.
Il n�existe aucune menace susceptible de remettre en cause les acquis de cette �r�volution du jasmin� qui se d�roule en Tunisie ?
Plut�t que de menaces, il faut parler de d�fis. Le premier d�fi porte sur les difficult�s objectives � liquider, structures et dirigeants, un r�gime qui, sans d�semparer, a dirig� la Tunisie depuis son ind�pendance. Un risque �vident de confiscation de la victoire du peuple tunisien existe. Le deuxi�me d�fi porte sur la n�cessit� de faire �merger, rapidement, de nouveaux dirigeants charismatiques, sans attache r�dhibitoire avec le r�gime pr�c�dent. Cette condition est indispensable pour une prise en charge efficiente de la transition dans des conditions acceptables pour le peuple tunisien. Le troisi�me d�fi porte sur la gestion politique du mouvement islamiste qu�il est impensable, d�sormais, de cantonner dans l�exclusion. Comment associer le mouvement islamiste tunisien � la vie politique sans que cela compromette le fonctionnement d�mocratique du pays ? Voil� un d�fi essentiel pour la transition en cours.
Comment les contingences ext�rieures, notamment la pression occidentale, ont-elles pu peser sur la situation interne en Tunisie ?
Il suffit de relever, pour l�anecdote, que la r�volte du peuple tunisien est intervenue apr�s la publication par WikiLeaks des c�bles diplomatiques am�ricains fustigeant le caract�re maffieux du r�gime du pr�sident Ben Ali. Sans un parrainage ext�rieur � explicite ou implicite � la position tranch�e du chef de l�arm�e de terre, par exemple, aurait-elle �t� possible ? Il est permis d�en douter. Les USA semblent, en fait, avoir remis � l�ordre du jour le fameux projet de d�mocratisation du monde arabe, diff�r� en 2004. Pour m�moire, ce projet visait � favoriser les processus de r�formes dans les pays arabes pour contenir la violence par la bonne gouvernance, pas par la dictature. Ce n�est pas l� de la philanthropie, c�est, au contraire, une mani�re plus intelligente de sauvegarder et de faire fructifier les int�r�ts de puissance des USA. Il faut supposer, � cet �gard, qu�une feuille de route am�ricaine existe pour le Maghreb, Egypte incluse. Si l�exp�rience qui se d�roule en Tunisie s�av�re concluante, elle pourrait servir de mod�le pratique.
De quels moyens dispose le monde occidental, m�me avec l�appui des USA, pour agir sur les processus de r�formes que vous �voquez ?
De bien des moyens ! Il faudrait, cependant, revoir les priorit�s de r�les que vous supposez. Il est clair que ce sont les USA qui d�tiennent le r�le pr�dominant dans l�influence exerc�e sur le processus en cours en Tunisie. Les USA ont �labor�, depuis un temps d�j�, un mod�le th�orique test�, notamment, en Serbie, en Ukraine et en G�orgie, sous l�appellation g�n�rique de �r�volution pacifique�. Lorsque, dans un pays d�termin�, la situation est jug�e m�re pour proc�der � la d�stabilisation d�un r�gime dictatorial, les USA, par des relais appropri�s, mettent en application un sch�ma, soulignons- le, d�j� conceptualis�. Ils exacerbent le sentiment d�exasp�ration de la population en montant en �pingle les travers des dictateurs ; ils agissent, efficacement, pour contraindre les forces d�opposition d�sunies � se f�d�rer et ils s�ing�nient � intimider l�entourage du dictateur, chefs militaires et responsables des services de s�curit�, pour les inciter � la neutralit�, sous peine d��tre poursuivis, individuellement, pour crimes contre l�humanit�. Th�oriquement, la pression populaire aidant, le r�gime dictatorial tombe, � la t�te, comme un fruit mur. Ce sch�ma qui peut para�tre manich�en ne peut �tre appliqu�, naturellement, que dans les cas o� la situation interne est propice. Il ne faudrait pas, dans le cas d�esp�ce, que le r�le d�terminant du peuple tunisien soit minor�.
Les USA joueraient, donc, un r�le pr�pond�rant dans un espace maghr�bin r�put� sous influence fran�aise ?
Jusqu�� preuve du contraire, le statut des USA est celui d�une puissance mondiale. Dans un monde qui est en pleine reconfiguration, les USA veulent s�approprier une place �minente, notamment dans les r�gions d�int�r�t fondamental, par le positionnement g�ostrat�gique ou la disponibilit� de richesses naturelles. Pourquoi, concr�tement, la France marque le pas par rapport aux USA dans cette reconfiguration du monde ? Les USA surpassent la France sur trois plans. Leur processus d��valuation, plut�t dynamique, d�essence tr�s pragmatique, ne p�che pas par pr�jug� dogmatique comme c�est le cas pour la France. Leur mode op�ratoire, tr�s entreprenant, se caract�rise, parfois, par de l�audace tandis que la d�marche de la diplomatie fran�aise reste des plus frileuses. Leurs moyens logistiques, sous toutes variantes, sont, enfin, sans rapport avec les possibilit�s limit�es de la France. Dans le cas de la Tunisie, les USA, capables d�immersion dans toutes les franges repr�sentatives de la population, ont pu, nonobstant la toute-puissance pr�t�e � l�appareil r�pressif du pays, anticiper la chute in�luctable de l�ancien r�gime jusqu��, sans s�encombrer de consid�rations sentimentales sur des accointances pass�es, pousser le pr�sident Ben Ali vers la sortie. La France, par contre, prisonni�re de st�r�otypes �cul�s, n�a pas, correctement, �valu� le bouillonnement de la soci�t� tunisienne, ni m�me les �volutions favorables � une transition d�mocratique � ind�celables � l��il nu, il est vrai � intervenues dans l�administration et l�arm�e tunisiennes. Ind�pendamment des strictes consid�rations diplomatiques, la position de la France semble, cependant, avoir subi, de mani�re cumulative, le poids des relations subjectives � et douteuses � entretenues par les responsables fran�ais avec le r�gime d�funt ainsi que la pression des r�seaux d�affaires connect�s � l�entourage de l�ancien chef de l�Etat. Le sch�ma d��valuation et de r�action de la France et des USA qui vient d��tre �voqu� pourrait, sans grand risque d�erreur, se v�rifier dans le cas des autres pays du Maghreb. Dans le cas alg�rien, en particulier, pour se convaincre que les approches des USA et de la France ne co�ncident pas parfaitement, il suffit de proc�der � une comparaison des descriptions de situation, que les ambassadeurs am�ricain � dont le diagnostic est s�v�re sur l�usure du syst�me alg�rien � et fran�ais � Alger � dont l�approche est presque complaisante, r�sign�e � se contenter d�un r�gime jug� �tre le meilleur rempart contre l�islamisme � ont d�velopp�es dans les c�bles diplomatiques publi�s par WikiLeaks.
A court terme, le sc�nario tunisien pourrait-il se v�rifier en Alg�rie ?
Il faudrait, au pr�alable, r�cuser la th�se en vogue parmi certains hauts dirigeants alg�riens qui consid�rent que les peuples �chaud�s par des �pisodes sanglants se r�signent, longtemps, � leur sort. De surcro�t, ces m�mes dirigeants estiment que le peuple alg�rien, d�muni de haute conscience politique, est, en r�alit�, un simple �tube digestif�. Ils en d�duisent qu�il n�existe pas de menace s�rieuse de soul�vement populaire en Alg�rie. La m�me approche que les autorit�s coloniales fran�aises qui ont �t�, et pour cause, surprises par le d�clenchement de la guerre de Lib�ration nationale. Revenons au sc�nario tunisien qui, �videmment, ne va pas, forc�ment, se reproduire de mani�re m�canique en Alg�rie. Mais l�effet symbolique jouera, certainement. Observez, en ce sens, la recrudescence des cas d�immolation par le feu au sein de couches diverses de la population alg�rienne. Le climat d��bullition au sein de la population, faut-il le r�p�ter, est presque � son paroxysme. La radicalisation de la situation, cependant, va d�pendre, plus fondamentalement, de trois variables principales. Premi�rement, la capacit� d�anticipation dont fera preuve le r�gime car, pour endiguer une r�volte populaire tout � fait pr�visible, il lui faudra bien donner des gages, en entamant une politique r�solue d�ouverture du champ politique et m�diatique. Deuxi�mement, le positionnement qu�adoptera l�arm�e, toutes composantes confondues, en cas d�aggravation majeure du malaise actuel avec d�g�n�rescence possible des manifestations populaires � intervenir, une simple r�p�tition du sc�nario d�Octobre o� l�arm�e r�primerait la population paraissant, � cet �gard, invraisemblable. Troisi�mement, le degr� de d�termination affich�e par les USA et la France pour faire pression sur le r�gime alg�rien et le pousser vers un r�el processus de r�formes politiques. Pour le reste, les tendances lourdes qui caract�risent la situation ayant �t�, depuis longtemps, identifi�es, le cours des �v�nements pourrait, contre toute attente, se pr�cipiter sous l�effet d�un pr�texte m�me mineur. Bien des �v�nements marquants dans l�histoire universelle ont �t� provoqu�s par un �pisode d�apparence insignifiante, le fameux �grain de sable��
A plus longue �ch�ance, quelles perspectives envisager � propos de l��volution de la situation en Alg�rie ?
La r�ponse pr�c�dente, c��tait, d�une certaine mani�re, l��vocation du sc�nario d�une transition pacifique. Si le statu quo actuel persiste, c�est un sc�nario de violence qui s�annonce. Le syst�me ne paraissant ni r�solu � se r�former � ni capable, d�ailleurs, de le faire � l�incapacit� des �lites � agir sur la r�alit� devant, selon toute vraisemblance, persister, la cristallisation des contradictions va imposer la rue comme arbitre final du processus en cours. Au demeurant, les hauts dirigeants alg�riens, peu convaincus que la d�mocratie constitue un antidote � la pauvret� et au sous-d�veloppement, ne voient pas l�utilit� de r�formes politiques. Il faut esp�rer que la violence qui accompagnera ce d�nouement n�ait pas raison de la p�rennit� du pays en termes de coh�sion sociale et d�int�grit� territoriale. Il faut souhaiter, en effet, que le processus de violence � venir ne provoque pas de fractures irr�versibles dans la soci�t� alg�rienne. Il faut esp�rer, tout particuli�rement, que l�institution militaire soit pr�serv�e dans son unit�, laquelle serait mise � mal par toute implication dans des op�rations intempestives de maintien de l�ordre. Les contingences internationales n��tant pas sans effet sur la situation dans le pays, il faut souhaiter, l� aussi, qu�elles ne conduisent pas aux solutions de �dernier recours�. La proximit� de l�Alg�rie avec l�Europe occidentale, son appartenance � la zone sah�lienne ainsi que son statut de pourvoyeur important de l�Union europ�enne en p�trole et en gaz lui donnent un positionnement g�opolitique particulier qui la pr�dispose � subir une formule d�amputation territoriale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.