Des mesures pour la réalisation du plus grand nombre de silos de céréales    MOSTAGANEM : Colloque national dédié à la révision de la Constitution    REGLEMENT DE LA CRISE LIBYENNE : Abderrazak Makri soutient la diplomatie algérienne    TIZI OUZOU : Démantèlement d'un réseau de criminels    Les manifestants exigent la libération des détenus    AMENAGEMENT EXTERIEUR DES LOGEMENTS AADL2 : Levée des entraves administratives à Constantine    PORT SEC D'ES-SENIA (ORAN) : Disparition du registre officiel des opérations d'importation    AFFAIRE DU PORT SEC ‘'FANTOME'' D'EL-KERMA : L'ex-directeur du commerce et 4 employés sous les verrous    Séisme à Jijel: immeubles fissurés et routes affaissées à El Aouana    DEUX HARRAGA MORTS ET 19 AUTRES PORTES DISPARUS : Les familles demandent l'intervention des autorités à Tiaret    ROSFA (TIARET) : Des protestataires défoncent un portail de la mairie    INFRACTIONS ET CONTRAVENTIONS A TISSEMSILT : 576 affaires traitées en décembre    Bouhired décorée par le président tunisien    Salon de l'agriculture d'Oran: des démarches pour donner une impulsion à la cuniculture    Atletico Madrid: Cavani, une opération XXL !    Equateur: plusieurs organisations réitèrent le soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Coupe de la Turquie: Feghouli et Galatasaray qualifiés    Cyclisme/Tropicale Amissa Bongo (5e étape) : victoire de l'Algérien Reguigui    Football/ révision des statuts : installation d'une commission ad hoc    Sahara occidental: Podemos dénonce les manœuvres expansionnistes du Maroc    Un vaccin contre le nouveau coronavirus pourrait être prêt dans trois mois    MDN: large campagne sanitaire au profit des habitants de zones enclavées à Biskra et Touggourt    Rezig préside une réunion consacrée à l'examen de la problématique du transport de marchandises    La communication du président ou l'art de marquer contre son propre camp    Adoption de la proposition algérienne visant l'amendement du statut le CJCA    AS Monaco: Une offensive du PSG pour Slimani ?    Tébessa: élargir les fouilles pour mettre au jour d'autres pièces archéologiques    crise libyenne: le ministre malien des AE insiste sur l'importance de conforter le rôle de l'UA    Irak : plus de dix manifestants tués en une semaine    Alger, la diplomatie française et l'effet Merkel    Ce que propose le PAD    Le RCD dénonce "une injonction d'apprentis dictateurs"    Les agriculteurs s'inquiètent    «L'Algérie a un rôle clair dans la relance de l'accord de paix au Mali»    Les révélations du chef de l'Etat    Belmadi : "Le Burkina Faso est un sérieux concurrent"    Les stades de Bou-Saâda et de Saïda homologués    .sortir ...sortir ...sortir ...    Ahmed El-Mili raconte Milev, berceau de son enfance    La célèbre actrice de télénovelas Regina Duarte veut prendre la tête de la culture    «Traduire l'œuvre de René Guénon en arabe était pour nous un vrai défi»    Ligue des champions d'Afrique : WAC - USMA, vendredi à 20h00 - A quitte ou double pour les Algériens    Skikda: Des habitants de Ali Hazila Ramdane barrent la route    Tlemcen: 34 réseaux de trafic de drogue démantelés en une année    Entrevue du Président de la République avec des responsables de médias    Blida: Journée d'information sur la loi de finances 2020    Recep Tayyip Erdogan en visite à Alger    Une pétition lancée pour réclamer une salle de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce que pr�voit la loi actuelle en Alg�rie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 03 - 2011

Les principaux articles de la loi du 20 f�vrier 2006 relative � la pr�vention et � la lutte contre la corruption �voquent les grandes lignes du processus de d�claration de patrimoine et les sanctions p�nales �ventuelles pour les agents publics ind�licats.
Dans l�article 4, �il est fait obligation de d�claration de patrimoine aux agents publics en vue de garantir la transparence de la vie politique et administrative ainsi que la protection du patrimoine public et la pr�servation de la dignit� des personnes charg�es d�une mission d�int�r�t public. L�agent public souscrit la d�claration de patrimoine dans le mois qui suit sa date d�installation ou celle de l�exercice de son mandat �lectif. En cas de modification substantielle de son patrimoine, l�agent public proc�de imm�diatement, et dans les m�mes formes, au renouvellement de la d�claration initiale. La d�claration de patrimoine est �galement �tablie en fin de mandat ou de cessation d�activit�. Quant � l�article 5 � l� o� le conjoint est exclu, il est pr�cis� que �la d�claration de patrimoine, pr�vue � l�article 4 ci-dessus, porte sur l�inventaire des biens immobiliers et mobiliers, situ�s en Alg�rie et/ou � l��tranger, dont il en est lui-m�me propri�taire y compris dans l�indivision, ainsi que ceux appartenant � ses enfants mineurs. Ladite d�claration est �tablie selon un mod�le fix� par voie r�glementaire�. L�article dresse la liste des agents publics qui doivent effectuer leur d�claration de patrimoine aupr�s du premier pr�sident de la Cour supr�me : le pr�sident de la R�publique, les parlementaires, le pr�sident et les membres du Conseil constitutionnel, le chef et les membres du gouvernement, le pr�sident de la Cour des comptes, le gouverneur de la Banque d�Alg�rie, les ambassadeurs et consuls, et les walis. Dans le m�me article, il est m�me pr�cis� que ces d�clarations de patrimoine font �l�objet d�une publication au Journal officiel de la R�publique alg�rienne d�mocratique et populaire dans les deux (2) mois suivant leur �lection ou leur prise de fonction�. De 2006 � ce jour, tr�s peu de d�clarations de ces agents publics ont �t� rendues publiques. La loi a pr�vu des sanctions p�nales en cas de non-d�claration dans les d�lais ou de fausse d�claration, ce que pr�cise l�article 36 : �Est puni d�un emprisonnement de six (6) mois � cinq (5) ans et d�une amende de 50 000 DA � 500 000 DA, tout agent public, assujetti l�galement, � une d�claration de patrimoine, qui, deux (2) mois apr�s un rappel par voie l�gale, sciemment, n�aura pas fait de d�claration de son patrimoine, ou aura fait une d�claration incompl�te, inexacte ou fausse, ou formul� sciemment de fausses observations ou qui aura d�lib�r�ment viol� les obligations qui lui sont impos�es par la loi.�
Traquer l�enrichissement illicite
Enfin, toujours dans la loi du 20 f�vrier 2006 relative � la pr�vention et � la lutte contre la corruption, la notion d�enrichissement illicite fait partie des incriminations, cette notion reposant sur l�inversion de la charge de la preuve : c�est l�objet de l�article 37. C�est � l�agent public de justifier son enrichissement pendant son mandat et la dur�e de ses fonctions : �Est puni d�un emprisonnement de deux (2) � dix (10) ans et d�une amende de 200 000 DA � 1 000 000 DA, tout agent public qui ne peut raisonnablement justifier une augmentation substantielle de son patrimoine par rapport � ses revenus l�gitimes. Encourt la m�me peine �dict�e pour le d�lit de recel pr�vu par la pr�sente loi, toute personne qui aura sciemment contribu� par quelque moyen que ce soit � occulter l�origine illicite des biens vis�s � l�alin�a pr�c�dent. L�enrichissement illicite, vis� � l�alin�a 1er du pr�sent article, est une infraction continue caract�ris�e par la d�tention des biens illicites ou leur emploi d�une mani�re directe ou indirecte.� Est-ce que le conjoint ind�licat peut-�tre consid�r� comme receleur de biens d�tourn�s par l�agent public concern� ? Si l�on devait enqu�ter sur l�enrichissement illicite des agents publics, il est fort probable que l�application de l�article 37 ferait beaucoup de d�g�ts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.