Sûreté nationale: installation de nouveaux chefs de sûreté de wilayas    Nahda participera avec une trentaine de listes    Le front anti-Rachad se consolide    Constantine: réception du tunnel de Djebel Ouahch "durant l'année 2025"    Hausse des prix : Rezig évoque les «spéculateurs»    Nette hausse des exportations gazière au 1er trimestre 2021    Le pari électrique officialisé    Le soutien continu de l'Algérie aux efforts visant l'unification des rangs en Libye réaffirmé    «Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc»    Ceferin fustige    Mourinho n'est plus entraîneur des Spurs    Délocalisation de l'AGE bis de la FABB à l'ESSTS    Accidents de la route: 25 morts et 1322 blessés en une semaine    Gâteau de crêpes    Mécontentement    Naïma Ababsa    Relaxe pour Fodil Boumala    Seaal dans le viseur des pouvoirs publics    Les travailleurs de l'ETRHB veulent sauvegarder leur entreprise    Le Chabab veut se rapprocher du peloton de tête    L'AUTRE COUP BAS DE LA CAF    SONATRACH OPÈRE UN CHANGEMENT RADICAL AU MCA    Communiqué de Liberté    "Cessez la répression et libérez les détenus !"    Que décidera Macron ?    La mercuriale en roue libre    Campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Conditions de détention "graves" des palestiniens dans les prisons israéliennes    Le greffon de la liberté    Pour une valorisation des ressources archéologiques    Tamazight avance doucement, mais sûrement    Sidi Bel Abbès : La prolongation du couvre-feu asphyxie les commerçants    Niger: l'Algérie condamne l'attaque terroriste perpétrée contre le village de Gaigorou    Saignée de capital humain    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    LE RAMADHAN A BON DOS    Brèves    Hadj Merine ne s'enflamme pas    L'Ave Marie . . . m    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Le gouvernement examinera le projet en juin prochain    Boumala victime de son paradoxe    Le spectacle vivant réclame des aides    «Chaque rôle apporte un plus...»    HCA: Une célébration dans la fierté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TRANSPORT A�RIEN EN ALG�RIE
Se pr�parer pour l�option Open Sky
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 07 - 2012


[email protected]
L��volution du transport a�rien, consid�r� en Alg�rie comme un secteur strat�gique, est appel�e manifestement � s�ins�rer � son environnement international, � r�pondre aux exigences induites par cette mondialisation et � tracer les perspectives de son d�veloppement.
L�environnement international a des cons�quences directes sur la viabilit� et la comp�titivit� des entreprises de ce secteur en Alg�rie, et il est n�cessaire de d�finir d�abord ses contours.
L�environnement international
Dans le contexte actuel de mondialisation et d�int�gration de l��conomie globale, le cadre dans lequel �volue le transport a�rien international est surtout marqu� par une orientation tr�s lib�rale, visant notamment la d�r�gulation du cadre r�glementaire entre pays et l��limination des obstacles � la libre prestation des services de transport a�rien. Il y a lieu de pr�ciser ici que ce processus de d�r�gulation a �t� �volutif. Jusqu�en 1978, le transport a�rien international a fonctionn� exclusivement selon un syst�me d�accords bilat�raux protectionnistes. C�est la �Convention de Chicago� relative � l�aviation civile internationale, sign�e le 7 d�cembre 1944, qui servait de cadre � ces accords. Aux termes de son 1er article, les Etats signataires de la Convention de Chicago reconnaissent que �chaque Etat a la souverainet� compl�te et exclusive sur l�espace a�rien au-dessus de son territoire�, et s�engagent � respecter un cadre r�glementaire r�gissant les accords bilat�raux qui permettaient aux Etats membres d�exercer un contr�le sur l�acc�s au march�, les tarifs et le niveau de service et conservaient donc la souverainet� sur leur espace a�rien respectif.
La r�forme du transport a�rien aux Etats-Unis d�Am�rique
Le coup d�envoi d�une vaste r�forme du transport a�rien international a �t� donn� en 1978, suite � la promulgation du �Airline Deregulation Act� aux Etats-Unis d�Am�rique. Le principal objectif de cette loi �tait de supprimer le contr�le du gouvernement sur les horaires, les destinations desservies ainsi que la politique tarifaire des compagnies a�riennes, tout en maintenant, par ailleurs, le contr�le sur la s�curit� a�rienne par l�interm�de de la FAA (Federal Aviation Authority). Confront�es � un environnement concurrentiel f�roce, �l�ment-clef de la culture d�entreprise aux Etats-Unis, de nombreuses compagnies a�riennes subissent des pertes financi�res consid�rables ainsi que d�interminables conflits avec les partenaires sociaux. Les r�sultats ne se font pas attendre, et entre 1978 et 2001, pas moins de 9 compagnies d�envergure, inclus Pan Am et TWA, et plus de 100 op�rateurs de moindre envergure d�clarent faillite. Mais gr�ce � la puissance �conomique du pays et l�efficacit� de ses entreprises, le secteur se restructure rapidement et rena�t plus fort. Seule une oligarchie de compagnies, les plus performantes, subsistent en contr�lant d�ailleurs l�essentiel du trafic. Elles sont pr�tes � conqu�rir aussi d�autres march�s, notamment europ�ens.
La r�forme du transport a�rien en Europe
Pour de nombreux experts, la lib�ralisation du transport a�rien en Europe a �t� dans un premier temps �subie�, et s�est donc faite sous la forte pression de la dynamique de d�r�glementation du secteur parti des Etats-Unis. Contrairement au mod�le am�ricain, et vraisemblablement dans un souci d��viter aux compagnies europ�ennes les m�mes effets d�vastateurs, une lib�ralisation plus lente a �t� amorc�e en Europe. Sans trop rentrer dans les d�tails, sujet d�ailleurs d�une r�flexion plus approfondie, la r�forme du transport a�rien europ�en, qui a fonctionn� jusqu�au milieu des ann�es 1980 par la technique d�accords bilat�raux protectionnistes, s�est d�roul�e en trois �tapes (1987, 1990, et 1993). La derni�re en date, celle de 1993, n�a pris fin qu�en 1996 par la lib�ralisation des tarifs, suivie de la lib�ralisation du cabotage en 1997, et ceci dans un souci de r��quilibrage des donn�es en mettant en place les alliances entre compagnies a�riennes et les strat�gies n�cessaires devant la conqu�te du march� europ�en par les Am�ricains. Pour conclure ce chapitre, disons que, globalement, les consommateurs ont �t� les premiers b�n�ficiaires de la d�r�gulation du transport a�rien aux Etats-Unis d�Am�rique et en Europe gr�ce � une am�lioration remarquable des produits propos�s. On peut citer notamment le nombre notable des destinations et des fr�quences, mais, surtout aussi, une offre tarifaire tr�s concurrentielle.
Les nouveaux acteurs : les compagnies a�riennes � bas prix
Suite � la d�r�gulation du transport a�rien et t�moin de la guerre tarifaire que se livrent les compagnies a�riennes, le concept de �compagnie a�rienne � bas prix� (traduction de l�anglais �Low Cost Airline �, plus usuellement utilis�) s�est tr�s vite d�velopp�. Les compagnies Low Cost exploitent un cr�neau commercial diff�rent qui consiste � mettre sur le march� un produit de base, le transport a�rien, aux plus bas tarifs. Tous les services annexes traditionnellement offerts aux clients en vol et au sol sont payants (r�servation de si�ges, repas et prestations � bord, etc.). Pour ce faire, elles agissent sur deux imp�ratifs essentiels, � savoir :
1) faire voler l�avion le plus possible ;
2) un taux de remplissage avoisinant 100%.
Afin de r�duire leurs co�ts d�exploitation, ces compagnies adoptent un r�seau de point � point (navette a�rienne sur 900 km en moyenne, sans correspondance), utilisent g�n�ralement un seul type d�avion (r�duction des co�ts de maintenance), utilisent des a�roports secondaires moins encombr�s (rotation rapide) ainsi qu�un personnel multifonctions. L�essor de ce cr�neau a connu un d�veloppent remarquable, 14% par ann�e sur la d�cennie 1999-2009, et d�montre la tendance � la d�mocratisation du transport a�rien gr�ce aux bas tarifs propos�s. Il repr�sente aujourd�hui 21% du march� aux Etats-Unis d�Am�rique et en Europe, 24% en Am�rique du Sud, 14% en Asie et 9% pour la r�gion Afrique/Moyen-Orient (Source : ICAO). Notons quelques autres statistiques qui nous serviront de rep�res dans la deuxi�me partie de cet expos� :
- Une compagnie Low Cost applique une r�duction tarifaire de 49,5% en moyenne par rapport au prix pratiqu� par l�op�rateur install� avant l�entr�e du Low Cost (Etude de Ito et Lee sur donn�es am�ricaines � 2003).
- En moyenne, 37% des clients du Low Cost proviennent de la compagnie d�tentrice du monopole (Source : Emmanuel Combe � 2010).
- Gr�ce � la baisse des prix pratiqu�s, l�installation d�une compagnie Low Cost provoque un effet d��induction du trafic� et le nombre de passagers augmente en moyenne de 112%. Notons aussi que cette augmentation profite �galement � la compagnie r�guli�re � hauteur de 37%. (Source : Emmanuel Combe � 2010)
Perspectives en Alg�rie
Nous avons essay� de pr�senter dans la premi�re partie de cet expos� le contexte mondial dans lequel �volue le transport a�rien. Les tendances et statistiques pr�sent�es montrent clairement une d�mocratisation de ce mode de transport qui devient accessible � une nouvelle client�le gr�ce aux r�ductions tarifaires, r�sultat de l�orientation lib�rale du cadre r�glementaire entre pays. Mais, face � cette situation issue de la lib�ralisation du transport a�rien, et surtout la concurrence f�roce des compagnies Low Cost, quels sont les changements possibles et les impacts sur l'industrie a�rienne dans notre pays ? Doit-on faire confiance aux m�canismes du march� et aller, � l�exemple du Maroc, vers une lib�ralisation de notre espace a�rien ? Avant de pouvoir formuler une strat�gie globale, il est utile d�apporter les constations suivantes sur la situation actuelle du transport a�rien en Alg�rie :
- Mis � part l�interm�de Khalifa Airways, la compagnie nationale Air Alg�rie a toujours exerc� le monopole public sur le ciel alg�rien. L��volution du transport a�rien est donc rest�e confin�e aux seules performances de cette compagnie. - Loin de tout pessimisme b�at, il faut signaler cependant la sous-performance croissante d�Air Alg�rie. Notre pavillon national est tributaire d�une structure organisationnelle lourde et malgr� des investissements importants ces derni�res ann�es ; Air Alg�rie reste min�e par des probl�mes, externes d�abord, telles notamment la difficult� d�adaptation aux normes et exigences internationales ; internes ensuite, comme le manque de rigueur de son personnel ainsi que les interminables conflits avec les partenaires sociaux.
- Le flux passager vers l�international est domin� par un trafic point-�-point en court et moyen courriers principalement vers le Nord. Le retour des compagnies �trang�res vers notre pays, plus r�actifs ??????? et surtout plus performantes, a induit une diminution de nos parts de march� sur ce cr�neau porteur.
- Sur le long courrier, sont � souligner les efforts encourageants d�Air Alg�rie pour la mise en place des lignes Alger-P�kin et Alger-Montr�al.
- Le r�seau domestique est domin� par les navettes a�riennes entre les grandes villes du nord, mais aussi par les dessertes vers le sud. Le d�veloppement du r�seau routier et ferroviaire (autoroute Est-Ouest, d�doublement des routes interwilayas et train � grande vitesse) va certainement marginaliser les liaisons a�riennes entre les villes du nord.
- L�activit� cargo reste faible et tr�s marginale, et ce, malgr� les opportunit�s qu�offre l�Alg�rie en cette p�riode d�embellie �conomique.
- Soulignons enfin l�inexistence du cr�neau aviation d�affaires ainsi d�ailleurs que celui du travail a�rien. Devant ce constat, l�auteur de ce rapport souligne l�urgence de la mise en place d�une strat�gie globale du transport a�rien, volontaire et cibl�e, et qui vise dans un premier temps � redynamiser l�industrie nationale du transport a�rien. Vu l'utilit� �conomique, sociale et politique de ce mode de transport, il est utile � ce stade d��num�rer les principaux objectifs et l�int�r�t des pouvoirs publics � les soutenir :
Soutenir un secteur dynamique :
Le secteur du transport a�rien est cr�ateur de valeurs, d'emplois et de p�les d'attraction �conomique. Selon les derni�res estimations de l�OACI (Organisation de l�aviation civile internationale), l�impact �conomique global du transport a�rien se traduit par la cr�ation de 610 emplois indirects pour chaque 100 emplois directs dans le secteur, et en terme mon�taire, 325 dollars sont g�n�r�s pour chaque 100 dollars produits par le secteur.
R�pondre � une demande croissante de mobilit� :
El�ment d�terminant de la croissance �conomique, le secteur du transport a�rien doit r�pondre � une demande de mobilit� des personnes et des marchandises de plus en plus croissante. Pour la seule d�cennie 2000-2010, le nombre de passagers transport�s � travers le monde a augment� de 45%. Selon les �tudes pr�visionnelles du constructeur
Airbus, ce nombre doublera encore durant les vingt prochaines ann�es.
R�pondre � une demande d�int�gration du pays : Devant une �conomie mondiale de plus en plus globalis�e, le secteur du transport a�rien constitue un facteur majeur d�int�gration g�opolitique. Il participe pleinement au rayonnement international de l�Alg�rie, mais se doit aussi, au niveau national, de r�pondre � une demande d�int�gration des r�gions d�senclav�es vers les grands centres urbains et p�les �conomiques du pays. Afin de maximiser la port�e de ces objectifs, la strat�gie de d�veloppement doit prioritairement cibler la d�mocratisation de ce mode de transport et donc encourager et soutenir une offre tarifaire concurrentielle. A cette fin, il nous semble n�cessaire d�encourager l�implantation de nouveaux op�rateurs nationaux � capitaux priv�s, sans oublier, bien s�r, d�orienter leurs apports vers les cr�neaux d�utilit� nationale. Ceux-ci peuvent �tre �num�r�s comme suit :
- Transport r�gional, particuli�rement vers le Sud, s�appuyant sur des a�roports secondaires ;
- transport de fret, domestique et international ;
- aviation d�affaires, domestique et internationale ;
- travaux a�riens (agricoles, lutte anti-feu, �vacuation sanitaire, prises de vue num�riques, lev�s Lidar etc.) ;
- transport passagers, domestiques et internationaux ; Dans un premier temps au moins, il est pr�conis� d�assurer une position de pr�dominance d�Air Alg�rie dans ce nouvel �chiquier, vu la symbolique � la charge de cette compagnie tant du point de vue du rayonnement international du pays que celui d�acteur �conomique de premier ordre. Malgr� des efforts m�ritoires, Air Alg�rie reste confront�e � de nombreux probl�mes (liste noire europ�enne, gr�ves des pilotes, des techniciens ou du personnel navigant) qui risquent � terme de compromettre s�rieusement son devenir face � l�environnement concurrentiel � venir. Il nous para�t donc urgent de mettre en place une dynamique de changement afin d�am�liorer les performances d�Air Alg�rie sur les plans op�rationnel et financier ainsi que son image de marque. L�acceptation et le d�sir de changement, l�appui de tous les employ�s du niveau sup�rieur au niveau inf�rieur ainsi que des autorit�s gouvernementales sont d�une importance capitale au succ�s d�un tel projet. Notons enfin que le d�veloppement du transport a�rien doit imp�rativement s�accompagner du d�veloppement des deux autres piliers du syst�me que sont les autorit�s de r�gulation de l�aviation civile et les infrastructures a�roportuaires qui doivent faire l�objet d��tudes compl�mentaires s�par�es. Il nous para�t utile, cependant, de souligner l�importance capitale des autorit�s de r�gulation de l�aviation civile en citant un cas, celui de l�Indon�sie, devenue depuis un cas d��cole. En effet, suite � la lib�ralisation du transport a�rien en 2001, les infrastructures du pays et les autorit�s de r�glementation du transport a�rien sont vite submerg�es. Les r�sultats ne se font pas attendre, et tragiquement, un Boeing 737-400 de l�op�rateur priv� Adam Air s��crase le 1er janvier 2007 dans une zone maritime avec 96 passagers � bord. Le 7 mars 2007, c�est un autre Boeing 737-400, cette fois du pavillon national Garuda Indonesia, qui termine en feu en sortie de piste sur l�a�roport international de Adisucipto causant la mort de 21 passagers. Fait troublant, les enqu�teurs, tout en reprochant les performances du capitaine, d�couvrent qu�� la date de l�accident, les autorit�s de l�aviation civile n�avaient effectu� qu�un �seul audit de s�curit� depuis 1998, et que le rapport d�audit n�a m�me pas �t� communiqu� � Garuda. En cons�quence, et conform�ment aux recommandations de l'OACI, toutes les compagnies a�riennes indon�siennes sont interdites de vol dans tous les pays de la Communaut� europ�enne � compter du 6 juillet 2007.
A propos de la lib�ralisation du ciel alg�rien (Open Sky)
Un simple calcul arithm�tique au niveau des compagnies nationales des trois pays du Maghreb (Alg�rie-Maroc-Tunisie) nous donne une flotte combin�e de 118 avions. En face de nous, le sous- ensemble g�ographique France-Espagne-Italie offre un total de 684 avions, sans compter les nombreuses entit�s priv�es. Un rapport alarmant de 6 pour 1 au moins et qui, combin� � une bien meilleure gestion et productivit�, c�t� europ�en, montre l�in�galit� du cadre concurrentiel entre les deux bords de la M�diterran�e. Nos compagnies nationales auront donc bien des d�fis � relever, surtout que le r�seau des destinations desservies reste domin� par un trafic point � point en court et moyen courriers, donc tr�s expos� � la r�cup�ration par les compagnies Low Cost. Mais l�Open Sky, comme d�montr� par les statistiques donn�es plus haut, a �t� une r�ussite pour de nombreux pays. Pour les pays africains, cette strat�gie a �t� adopt�e principalement comme tremplin � l�essor du secteur du tourisme. Notre voisin de l�Ouest, signataire de l�Open Sky avec l�Union europ�enne, depuis 2005, a pu r�aliser ainsi une croissance de 60% des passagers internationaux et des centaines de milliers d�emplois ont �t� cr��s. Globalement donc, l�Open Sky engendre des avantages �conomiques certains, mais, et l� est le d�bat, cela se fait aux d�pens des compagnies a�riennes nationales qui, support�es par les pouvoirs publics, restent min�es par une l�thargie devant la comp�tition qui s�annonce. Il est important de rechercher dans la concertation les solutions � ce d�bat. Les partisans de l�Open Sky soulignent, � juste titre d�ailleurs, les bienfaits au d�veloppement de l��conomie nationale. Le camp oppos� propose une strat�gie protectionniste visant principalement � sauvegarder l�industrie nationale du transport a�rien. Nous pensons que l�Open Sky est une �ch�ance in�luctable. Nous pensons aussi et croyons surtout que le g�nie cr�ateur national, avec l�aide des pouvoirs publics, pourra relever le d�fi. Nous proposons une p�riode de transition �tal�e sur trois ans, � l�horizon 2016, durant laquelle des mesures proactives et cibl�es seront mises en place. Ces mesures s�articuleront autour des strat�gies suivantes :
1- redynamiser le secteur du transport a�rien (compagnies a�riennes, autorit�s de l�aviation civile et infrastructures a�roportuaires) ;
2- encourager et soutenir l�implantation d'op�rateurs priv�s comme d�crits plus haut ;
3- adopter et encourager une politique de d�mocratisation de ce mode de transport, l�objectif �tant de rendre notre pays une destination abordable ;
4- se pr�parer pour l�option Open Sky. Dans ce contexte, une lib�ralisation �chelonn�e est souhaitable et pourrait commencer d�abord au sein de l�espace maghr�bin, beaucoup plus � notre port�e ;
6- consid�r�e comme secteur important et strat�gique, l��volution du transport a�rien en Alg�rie requiert une volont� des pouvoirs publics, la mobilisation de moyens financiers et surtout des hommes poss�dant la �qualification� ad�quate et une exp�rience av�r�e ; et il en existe dans le domaine en Alg�rie.
Z. B.
Ing�nieur en A�ronautique, Floride, Etats-Unis. Membre de l�Algerian-American foundation for culture, Education, Science and Technology.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.