La passion algérienne.    Real Madrid: Llorente part à l'Atletico (officiel)    Huis clos à l'entraînement d'hier : les vraies raisons    Louisa Hanoune reste en prison    Réouverture du dossier de l'autoroute Est-Ouest    À bas l'oligarchie !    La grande embrouille !    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    Petits rappels à l'attention lacrymale des Bekkayate d'ici !    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    Proposition de sortie de crise    Gaïd Salah met en garde les porteurs de l'emblème de l'amazighité    Que le spectacle commence !    Des referees européens pour superviser la VAR à partir du deuxième tour    Des finales disputées    Le procès Kamel Chikhi ajourné au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    L'affaire Tahkout devant la Cour suprême    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    sortir... ...sortir... ...sortir...    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    A votre bon cœur !    La taule à gogo    Assassinat du journaliste Jamal Khashoggi : Une experte des Nations unies demande une enquête sur le prince héritier saoudien    Une bien triste leçon égyptienne    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





�LECTIONS LOCALES DU 29 NOVEMBRE 2012 ET AVENIR DES COLLECTIVIT�S LOCALES
Plaidoyer pour un autre mode de gouvernance locale
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 11 - 2012

Le rideau va tomber sur les �lections portant renouvellement des Assembl�es locales du 29 novembre. Une �lection double jumel�e (APC-APW) annonc�e par une campagne qui fut une fois de plus, d�aucuns diront une fois de trop, conforme en tous points � toutes les campagnes d��lections organis�es depuis le d�but du mill�naire : morose, d�cal�e et d�teignant de mani�re quasi-surr�aliste et de plus en plus insupportable sur les milliers d�espaces publics qu�elle continue de polluer en toute impunit� de ses millions d�affiches sauvages lac�r�es, de ses bruyants flonflons et de ses d�cibels assourdissants.
Une �campagne� qui �marge plus au registre du tapage public, en r�alit� a celui non avou� d�une pr�-campagne pr�sidentielle aux relents revanchards pour les ombres �chinoises� int�ress�es qui s�y projettent pr�matur�ment et subrepticement, qu�� celui plus soft, plus sain d�une rencontre de proximit� ciblant fondamentalement le sens civique et citoyen des �lecteurs et leur disponibilit� � participer au pacte de gouvernance dont ont tant et si cruellement besoin aujourd�hui nos collectivit�s territoriales.
Les le�ons d�une double campagne �lectorale (APC-APW) aux enjeux bien plus qu�historiques
Que retenir d�sormais de cette campagne pour des �lections locales jumel�es qui interviennent pourtant dans le cadre de la mise en �uvre des r�formes d�cid�es solennellement par le premier magistrat du pays un certain 15 avril 2011 ? Ce jour-l�, le pr�sident Bouteflika avait en effet annonc� une �r�vision profonde� de la loi �lectorale pour permettre aux Alg�riens d'�exercer leur droit dans les meilleures conditions, empreintes de d�mocratie et de transparence�. La loi �lectorale a bel et bien �t� r�vis�e, mais les pratiques �lectorales d�un autre �ge sont rest�es les m�mes. Pire, elles ont r�gress� ! De mani�re chaque fois plus scandaleuse encore ! Le deuxi�me facteur qui tendait en toute logique � conf�rer � ces �lections locales une importance et une tonalit� quasi-historiques, est qu�elles se d�roulent l�ann�e du cinquantenaire de l�Ind�pendance du pays et en application de nouvelles lois r�glementant l�espace d�interm�diation n�vralgique entre l�Etat et le citoyen, que constituent la wilaya et la commune. Des lois attendues depuis plus de deux d�cennies ! Qu�apporteront au cours de leur mandat �lectoral qui s��talera sur les cinq longues et d�cisives prochaines ann�es pour l�avenir du pays, les mal-�lus qui surgiront des urnes samedi prochain, � la revitalisation durable de cet espace de confluence des int�r�ts bien compris de l�Etat et des citoyens que sont les collectivit�s territoriales ? Si l�on devait s�en tenir exclusivement � la physionomie g�n�rale de la campagne qui vient de s�achever et � l�analyse cons�quente et sans complaisance des discours � la d�solante st�rilit� �servis� aux quatre coins du pays, nous r�pondrions sans la moindre h�sitation : rien ! Quant au programmes �lectoraux, les vrais, ceux qui correspondraient aux r�els enjeux d�une gouvernance locale, ceux qui expliqueraient ce qu�est devenue la d�centralisation cinquante ans apr�s l�ind�pendance, le (ou les) contenu(s) possible( s) de la d�mocratie locale ou encore la r�forme des finances locales, motus et bouche cousue.
Bonne gouvernance, d�accord, d�mocratie d�abord !
Aucune avanc�e notable, s�rieuse, r�ellement tourn�e vers l�avenir dans le processus d�affranchissement des collectivit�s locales des lourdes pesanteurs qui ont contrari� jusque-l� leur naturel �lan d�apprentissage des vertus de la saine d�mocratie locale, ne saurait �tre envisag�e sans la clarification, voire la reconfiguration franche et loyale du lien qui les lie � l�Etat central. Un lien ombilical combien vital et nourricier au lendemain de l�ind�pendance, devenu un demi-si�cle plus tard, c'est-�-dire aujourd�hui, d�finitivement d�vitalisant et asphyxiant. Cette exigence qui constitue un pr�-requis fondamental � la promotion d�une �bonne et saine� gouvernance locale, n�cessite elle-m�me une reconfiguration en amont des missions de l�Etat, qui doit plus que jamais voir son r�le �recentr� autour de la prise en charge des missions r�galiennes de puissance publique. Et Dieu sait qu�elles sont nombreuses et vari�es ! Abordant cette question, le rapport g�n�ral du Comit� de la r�forme des structures et des missions de l�Etat �labor� en 2011 � la demande du pr�sident de la R�publique, tranche sur le vif : �La r�forme de l�Etat implique pour les collectivit�s territoriales, de nouveaux principes fondateurs, s�articulant autour du d�veloppement d�une dynamique d�autonomisation des pouvoirs locaux, seule � m�me de participer � la restauration de l�autorit� de l�Etat et � la reconqu�te de sa cr�dibilit�. Elle implique �galement la r�novation du mode de gouvernance locale, (�) la promotion et la consolidation de la d�mocratie locale comme nouveau champ de r�gulation des rapports entre l�Etat et le citoyen.� Sans commentaire. Pour se convaincre davantage de l�in�luctabilit� de cette �volution sugg�r�e par ce rapport, il n�y a qu�� la rafra�chir et la revalider par les derni�res recommandations (30 d�cembre 2011) du plus important diagnostic strat�gique du d�veloppement local jamais organis� en Alg�rie : la �Concertation nationale sur le d�veloppement local�, men�e tambour battant pendant des semaines par le Conseil national �conomique et social. Ses propositions : Recentrage du r�le de l�Etat � travers sa r�installation dans un p�rim�tre strat�gique, approfondissement de la d�centralisation, r�forme de la gouvernance et de la fiscalit� locale,�
La r�habilitation de la f�condit� multiple du couple d�concentration- d�centralisation
Pour autant qu�elles appellent une r�forme globale des missions de l�Etat moins saccad�e et plus lin�aire, lisible dans ses d�clinaisons territoriales, les nouvelles r�alit�s politiques, �conomiques et strat�giques actuelles de notre pays relancent le besoin urgent de �d�poussi�rage �, de reconfiguration de l�articulation du socle fondateur de toute r�forme de la gouvernance locale, constitu� par le vieux couple d�concentration-d�centralisation. Toujours affirm�s depuis le premier code communal en 1967, la n�cessit� vitale de la d�concentration et les imp�ratifs de la d�centralisation se sont heurt�s aux lourdeurs, blocages et r�ticences d�un syst�me d�administration marqu� par ses racines jacobines h�rit�es du napol�onisme aux couleurs coloniales, g�n�rant des rigidit�s bureaucratiques de plus en plus �touffantes. Le recentrage des administrations centrales de l�Etat sur leurs missions de prospective strat�gique, de r�gulation et de contr�le, implique, par voie de cons�quence, un d�lestage et un red�ploiement urgent des responsabilit�s sur les espaces d�concentr�s et surtout d�centralis�s. Au nom d�une d�centralisation �canalis�e� et �instrumentalis�e �, les collectivit�s territoriales et tout particuli�rement les communes, se sont en effet install�es et � leur corps d�fendant dans une logique de d�pendance, agissant essentiellement comme unit�s administratives appendices de l�Etat, d�laissant et marginalisant ainsi et de mani�re de plus en plus visible � l��il nu, toutes leurs fonctions de proximit� sociale et de r�elle �coute des citoyens. Ces graves d�rives des collectivit�s locales alg�riennes de leurs missions de proximit� originelles, conjugu�es aux errements induits par les manifestations �lectorales d�un pluralisme d�brid� au cours des deux d�cennies (1991-2011), ont fini par cr�er les conditions d�une rupture de contrat liant les �lus � leur population, pr�cipitant ainsi la crise de l�gitimit� des institutions locales. Ces collectivit�s sont aujourd�hui frapp�es d�une double incapacit� de servir et l�Etat et le citoyen.
Le miroir grossissant de la crise d�identit� des collectivit�s territoriales : Les finances publiques locales
Les finances publiques locales n�ont jamais �t� ins�r�es dans l�ordre des pr�occupations nationales prioritaires. L��autonomie � financi�re des wilayas et des communes est trop longtemps rest�e tributaire d�un syst�me de financement d�sormais largement obsol�te de leurs budgets caract�ris�, essentiellement, par :
� L��tatisation presque totale de la fiscalit� dite locale� constitu�e de produits en grande partie centralis�s et redistribu�s, selon des m�canismes de p�r�quation et de solidarit� de plus en plus inadapt�s aux particularit�s et surtout aux besoins des wilayas et des communes.
� L�affectation par l�Etat de dotations de cr�dits d��quipement, selon des proc�dures lourdes, complexes et toujours d�cal�es par rapport aux �volutions et aux dynamiques de d�veloppement multiples enregistr�es.
Ce syst�me de gestion, adoss� � la mamelle particuli�rement g�n�reuse de la rente p�troli�re de l�Etat-Providence et par ailleurs fig� dans son organisation et ses proc�dures, n�a enregistr� aucune �volution (malgr� plusieurs r�formes dont la derni�re date de 2006), susceptible de tenir compte des n�cessit�s de participation effective des �lus locaux � la gestion de leurs ressources et de leurs d�penses. Il a atteint ses limites �historiques� de son obsolescence avanc�e, lorsqu�il a �t� travers� et aggrav� � partir de 1986 par une s�rie de secousses qui ont eu pour r�sultat, d�amenuiser, voire de r�duire de mani�re drastique les ressources affect�es �par le haut� aux communes et aux wilayas, entra�nant ces derni�res dans le tourbillon sans fin de l�endettement cyclique devenu depuis structurel. Ainsi, de 52 communes sur 1 541 en 1986 (3%), le chiffre des communes d�ficitaires est pass� � 1 249 en 2006, soit plus de 80% ! Le plus grave dans ce tableau peu reluisant est la propension � la reproduction syst�matique �largie et tr�s rapide de ces d�ficits, m�me quand ils sont, comme ce fut le cas en 2006, ��pong�s� d�un revers de main par l�Etat. L�exemple le plus symptomatique � ce sujet est celui de la wilaya de Sidi-Bel-Abb�s dont la dette des 45 communes sur les 52 qu�elle compte (86%) a �t� rachet�e par l�Etat en 2006. Cette wilaya s�est retrouv�e de nouveau et moins d�une ann�e plus tard avec 50% de communes d�ficitaires ! Le redressement salutaire des finances locales ne peut donc et, par voie de cons�quence, s�op�rer qu�en r�novant de fond en comble et cette fois �de bas en haut� le syst�me global de finances locales, sur la base d�une autonomie financi�re r�elle et effective des collectivit�s territoriales et sur la reconnaissance au profit de ces derni�res, du droit irr�fragable de mobiliser les ressources correspondant � leurs charges. C�est la premi�re condition � l�av�nement d�une d�mocratie locale, ayant pour finalit� la satisfaction des besoins r�els, de plus en plus vari�s et chaque jour qualitativement nouveaux du citoyen.
Gouvernance locale et soci�t� civile
Exigence de la d�mocratie, la concertation sociale et d�une mani�re plus large l�implication des acteurs locaux dans toute la diversit� de leur intervention et de leur statut, � la mise en mouvement de l�action publique, est aussi un des fondements de la bonne et saine gouvernance, tant au plan national que local. Tout Etat soucieux de l�efficacit� de son action se doit en effet d��tre � l��coute permanente et sinc�re de la soci�t� civile et s�assurer de l�acceptabilit� et de l�applicabilit� des d�cisions qu�il prend et des mesures qu�il met en �uvre. Il s�agit l� d�un mouvement universel n� au cours des ann�es 1990, qui tend � int�grer de plus en plus dans les crit�res de bonne gouvernance, la pratique du dialogue et de la concertation avec les syndicats, les organisations professionnelles, les associations et les groupements d�int�r�t. L�Alg�rie n�a pas attendu la chute du mur de Berlin pour se familiariser et m�me mettre en �uvre �pisodiquement ces nouveaux concepts s�apparentant � ce qui est aujourd�hui appel� gouvernance. C�est paradoxalement au lendemain de l�ind�pendance que notre pays a exp�riment�, pour la premi�re fois � l��chelle locale, ces pr�cieux modes de concertation. Il s'agit, entre autres, des �commissions d'intervention �conomique et sociale�, cr��es par l'ordonnance du 9 ao�t 1962 au si�ge de chaque pr�fecture. Ce texte pr�voyait la possibilit� de mise en place de commissions similaires au si�ge de chaque sous-pr�fecture et de chaque commune. R�unissant des repr�sentants de la population, des techniciens des services publics et des entreprises priv�es, ces commissions avaient pour mission �d'assister � les organes ex�cutifs locaux dans leurs attributions �conomiques et sociales. Les diff�rents gouvernements ont par la suite pratiqu�, � des degr�s variables, la concertation organis�e dont les plus connus sont au niveau local les Assembl�es populaires communales �largies pour la mise en �uvre de la r�volution agraire (1972-1978) et la �tripartite� au niveau national, au cours de ces derni�res ann�es. Utilis�s tant�t comme lieux d�arbitrages politiques complexes au niveau local (r�volution agraire) ou chambres de �d�compression sociale� et lieu de dialogue fructueux (tripartites) au niveau national, ces modes de concertation ont chaque fois d�montr� leur efficacit�. Malgr� cette utilit� �vidente jamais d�mentie, les actions de concertation, notamment au niveau local, n�ont jamais fait l�objet d�une organisation rationnelle, coh�rente, syst�matis�e et institutionnalis�e. La loi n�11-10 du 22 juin 2011 relative � la commune n�a pas cru devoir l�gif�rer de mani�re convaincante sur cette n�vralgique et vitale question, et ce, malgr� l�insertion en son sein d�un nouveau titre complet intitul� �la participation des citoyens � la gestion des affaires de la commune�. L�utilisation abusive dans ce paragraphe de la loi de la locution �l�APC peut�� ou encore de formules staliniennes d�un autre �ge du type �encadrement ad�quat des initiatives locales� ach�ve de remettre en cause l�effet d�annonce pour le moins d�magogique du titre sous lequel sont �livr�s� les articles 11, 12,13 et 14 consacr�s � cette �ouverture d�mocratique� plus conc�d�e que librement consentie ! M�me les assises des premiers �tats g�n�raux de la soci�t� civile alg�rienne, organis�es en grande pompe par le CNES la veille de la promulgation de ce nouveau code communal (14 au 16 juin 2011), sanctionn�es par l'adoption d'une charte et d'une d�claration finale recommandant la �cons�cration du r�le de la soci�t� civile dans un cadre institutionnel appropri�, n�ont pas eu d��cho au sein de l�h�micycle des deux chambres. Dommage pour la soci�t� civile et surtout pour l�efficacit� de l�action de l�Etat lui-m�me !
Les autres chantiers strat�giques de la gouvernance locale
Nous ne pouvions �puiser dans le cadre de la pr�sente contribution l�ensemble des th�matiques li�es � la n�cessaire et urgente adoption de nouveaux modes de gestion devant enraciner, consolider et irriguer les sillons et fertilit�s multiples reconnus � la gouvernance locale, sans les compl�ter utilement par quelques autres chantiers d�appoint strat�gique qui m�riteraient d�enrichir durablement les d�marches pratiques de management territorial de ce mode de gestion. Il s�agit principalement :
� de la r�habilitation de la ressource humaine des collectivit�s locales, notamment celles des communes gravement sous-qualifi�e et pl�thorique ;
� de la revitalisation des �territoires dormants � et �inexploit�s� � travers la reconfiguration de la taille g�ographique et �conomique sous ou surdimensionn�e des territoires des collectivit�s locales (zones montagneuses, statut des grandes villes et pas seulement de la capitale, vastes communes du Sud� ) Cette action pourra se r�aliser � travers un nouveau d�coupage d�coupage territorial optant d�lib�r�ment pour des territoires pertinents, lib�r�s des logiques f�odales du �wilayisme� st�rilisant, qui a emp�ch� les collectivit�s territoriales alg�riennes de voir leur logique de croissance honor�e et utilement f�cond�e, en raison de la peur qui tenaille aujourd�hui encore les pouvoirs publics, chaque fois qu�il faut programmer et r�aliser un d�coupage territorial (le dernier d�coupage territorial date de 1984 !) ;
� en imposant de nouvelles lignes d�assemblage � l�articulation de l�action publique des structures d�concentr�es de l�Etat et de celle de plus en plus autonomis�e des collectivit�s locales, la dynamique ascendante de la gouvernance locale va interpeller, voire bouleverser l�architecture institutionnelle traditionnelle par trop rigide de l�organisation territoriale, qui sera amen�e � consacrer, t�t ou tard, et sans complexe aucun, un espace interm�diaire entre la wilaya et le niveau central. Cet espace de plus en plus n�cessaire, de plus en plus r�gulateur de l�action publique territoriale a pour nom la r�gion.
Le cha�non manquant : l�espace de gouvernance supra-national maghr�bin
Dans ce nouvel �difice reformat� � l�aune des exigences d�une �conomie mondialis�e qui reconfigure ses espaces strat�giques desquels l��quation de notre pays- continent n�est jamais absente, le principe de subsidiarit� qui vise � privil�gier le niveau inf�rieur d�un pouvoir de d�cision, aussi longtemps que le niveau sup�rieur ne peut pas agir de mani�re plus efficace, trouvera toute sa pertinence et sa pleine justification. Et peut-�tre que ce jour-l�, nos nouveaux territoires pertinents de gouvernance s�enrichiront d�un nouvel espace de d�ploiement de cette subsidiarit� qui manque terriblement aujourd�hui � son relief, � son identit�, � son �toffe : l�espace maghr�bin, territoire de tous les futurs dont nous r�vons d�j� en cette ann�e de cinquanti�me anniversaire de l�Ind�pendance !
M. K.
* Ex-directeur de la r�glementation et du contentieux du Gouvernorat du Grand- Alger.
Ex-professeur-associ� � l�Ecole nationale d�administration.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.