Le RND appelle Bouteflika à se porter candidat à la présidentielle    ELECTION PRESIDENTIELLE 2019 : Les Algériens appelés à voter le 18 avril    JOURNEE NATIONALE DE LA COMMUNE : Les maires appelés à s'éloigner de la bureaucratie    Aux Algériens de décider.. !    Un remake de 2014 en cours: l'Algérie hors du temps    HABITAT : Temmar lance un projet de 2000 logements à Oran    SIDI BEL ABBES : ‘'La numérisation, c'est pour la fin mars''    CNAS : Les arrêts de travail ont coûté 16 milliards de DA    BECHAR : Arrestation de 2 dealers sur motocycle    LUTTE CONTRE L'ANALPHABETISME : Plus de 8000 analphabètes recensés à Mostaganem    MAZAGRAN : Un berger découvert mort    Un citoyen arrêté par la police pour avoir réclamé ses droits à Batna    En bref…    CAN U-20 : Début du contrôle médical des joueurs    Cross-country à la mémoire de Abdou Seghouani demain à Bouchaoui    Boudebouz intéresse Bologne    Le hasard selon Amari    Mohamed Chafa Ouzzani Des œuvres flamboyantes    Amar Amarni, un artiste complet    Election présidentielle : Ce que prévoit la loi    Rassemblement de soutien à Adlène Mellah    Réorganisation du baccalauréat : Les premières évaluations dès l'année prochaine    Le MCEE et le NCM à la poursuite de l'ASO    Messahel à la Valette    Les graves accusations du Snapo    Pour l'institution d'un prix national «Si Muhend u Mhand»    L'opérette Novembre… sidjil el khouloud conquiert le public tlemcénien    Hommage à un stratège de la révolution    Macron : une communication sans fin, mais sans beaucoup de réponses    Tlemcen: Plus de 10 tonnes de kif saisies en une année    Ligue des champions : JSS-Ahly du Caire, vendredi à 20h00: Les Bécharis au pied de la pyramide    Le réseau électrique renforcé    USMA-NAHD (4-1) et CSC-CABBA (1-0)    «L'enquête achevée et le dossier transmis à la justice»    L'APN prend part à la réunion de la commission des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l'Homme de l'UPM à Strasbourg    Des mesures pour le parachèvement des travaux du projet du stade de Bordj Menaïel    Les représentants des membres de l'UA se penchent sur le dossier des personnes déplacées    Les cours du pétrole stables en Asie    «La colonisation et l'occupation continuent de saper le développement» de l'Etat de Palestine    Vingt-deux équipes dont le GSP au rendez-vous de Tunis    L'Algérien Dib élu président de la zone I nord    Tout accord Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, sont nuls et non avenus    L'urgence de les récupérer et numériser    Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou    Gouvernance vertueuse    Isolé dans la région, vers quels pays le Venezuela se tournera-t-il?    Attentat terroriste contre un complexe hôtelier à Nairobi : L'Algérie condamne "avec force" l'attaque    Le "shutdown" de Donald Trump coûtera bientôt plus cher que son... mur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TIZI-OUZOU
AIT-BOUHINI Le calvaire continue pour les descendants d�Arezki L�Bachir
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 09 - 2005

En plein �t� lorsque le soleil est au Z�nith, les femmes et les enfants de A�t-Bouhini sont encore dehors pour les besoins de la corv�e d�eau. Sur les chemins sinueux qui n�en finissent pas de monter, ils poussent leurs baudets charg�s de lourds jerricans au moment o� d�aucuns se pr�lassent sur les plages de la r�gion. R�tives, les pauvres b�tes avancent nonchalamment sur la piste poussi�reuse se prenant les sabots dans la pierraille.
La corv�e d�eau, ramen�e de cinq captages r�alis�s par les habitants, est un championnat national � A�t-Bouhini, un village de 3 500 habitants qui a un pied dans la commune d�Azazga et l�autre � Yakouren. C�est le destin de ses habitants que ce soit � Taguemount, A�t-Ali Ouahand ou � Ighil, les trois hameaux qui composent le village, lesquels �tendent leurs tentacules sur une superficie de pr�s de 60 km2 dans ce qui constituait autrefois la luxuriante for�t de Yakouren, fief d�Arezki L�Bachir, l�insurg� de l�ordre colonial embastill� et d�capit� en 1895 auquel le village a r�cemment rendu hommage. A�t-Bouhini, village martyre de 84 chahids, c�est aussi le village de la chanteuse et com�dienne Djamila, Boudjema� Kar�che et de toute une diaspora vivant aujourd�hui � Ben Aknoun apr�s que leurs anc�tres furent d�poss�d�s de leurs terres. Serait-ce le destin de ce village que de vivre en 2005 des sc�nes du si�cle dernier ? Manquant cruellement d�eau les villageois investissent dans des puits souvent taris. M�me la baraka du saint Sidi El-Abal Cherif, qui veille du haut de la cr�te � la qui�tude du village semble n�avoir pas de prise sur l�ent�tement des autorit�s rest�es sourdes aux dol�ances des citoyens, d�apr�s le comit� de village. Tout comme pour le r�seau d�assainissement dont les eaux se d�versent dans la nature et la route d�fonc�e sur 7 km en direction d�Azazga (tron�on Thakouravth), la situation n�a gu�re �volu�, selon eux, en d�pit des promesses des autorit�s r�gionales faites au lendemain des actions de rue men�es par le village qui a investi et bloqu� l�APC de Yakouren pendant trois jours et paralys� la RN12 pendant douze jours en 2003. La tri-couche r�alis�e dans l�axe Yakouren-A�t-Bouhini s�est s�rieusement d�grad�e alors qu�elle �tait pr�vue en b�ton bitumineux. Pis, la situation s�est compliqu�e avec le glissement de terrain qui a atteint son pic l�hiver dernier au niveau du versant oppos�. L�assainissement tant promis n�a touch� que 40% du r�seau avec tous les risques que cela fait peser sur la population qui a recours aux fosses sceptiques. L��tablissement scolaire du village est l�un des rares � ne pas disposer de cantine nonobstant sa priorit� compte tenu du crit�re de l��loignement qui commande les projets. Le village se prend � esp�rer avec l�av�nement du projet du barrage de Taksebt, seule chance pour ce village d��tancher d�finitivement sa soif. Les villageois ont d�ailleurs anticip� en finan�ant une �tude technique men�e par un bureau d��tudes agr��. L� encore la promesse �crite concernant la r�alisation d�un projet d�APE de 3 millions de dinars est rest�e lettre morte, selon eux. De par sa situation � la lisi�re de la for�t, la localit� conna�t des hivers rigoureux. Et avec la chert� du gas-oil, les riverains sont de plus en plus tent�s de recourir au bois de chauffage � port�e de main en d�pit de s�rieuses mises en garde du village qui interdit la coupe de bois vert, ce qui porte un rude coup � l�environnement. Et comme le gaz de ville est aux portes de la localit�, les pouvoirs publics ont tout int�r�t � la raccorder au r�seau d�autant que le village est dispos� � apporter sa contribution � la r�alisation du projet. L�unit� de soins �quip�e de mobilier et d�un r�frig�rateur par le village attend toujours d��tre op�rationnelle � temps plein. Hormis une aire de jeux arrach�e par le village aux flancs de la montagne, les jeunes ne disposent d�aucune infrastructure sportive ou culturelle. Une jeunesse que le village r�ussit � pr�server des dangers qui la guettent gr�ce � son organisation s�culaire, qui ne laisse aucune chance au d�veloppement des fl�aux sociaux. Jaloux de sa culture, A�t- Bouhini fait la part belle aux traditions. Neuf troupes de tambourinaires veillent � perp�tuer la musique traditionnelle et les airs du terroir. Tout comme dans certaines localit�s de la r�gion, la disc-jockey a �t� interdit au village lors des f�tes mixtes qui r�unissent dans la joie toute la population. Il est consid�r� comme un obstacle � la culture. Gris�s par le succ�s enregistr� lors de la comm�moration du 110e anniversaire de la d�capitation de son h�ros, Arezki L�Bachir, A�t-Bouhini dont il est projet� l��rection d�une st�le � Azazga sur les lieux m�mes de son ex�cution, les organisateurs projettent d�honorer de leur vivant Djamila et Boudjema� Kar�che, les enfants du pays. Tout comme ils pr�voient des circoncisions et des mariages collectifs et bien d�autres projets qu�ils tiennent au secret. Rien ne troublera donc la marche des A�t-Bouhini (les pacifiques) vers le progr�s et la solidarit�, assurent ses habitants. Mais les anges peuvent se trouver des arguments de r�volt�s lorsqu�on les y pousse, allusion � la marginalisation dont ils disent faire l�objet de la part des pouvoirs publics. �Et dans ce cas-l�, on devient beaucoup plus enrag�s qu�engag�s, pour emprunter une des formules ch�res � Matoub�, conclut alors un membre du comit� de village.
S. Hammoum
Des trafiquants de v�hicules sous mandat de d�p�t
Une bande de trafiquants de v�hicules dirig�e par B. M. a �t� mise hors d��tat de nuire par la police judiciaire de Tizi-Ouzou. Le d�mant�lement de la bande s�est fait en deux temps, l�interpellation de B. M., le cerveau a eu lieu le 22 ao�t � Boghni � bord d�une Renault Clio. Elle a permis � la police de remonter la fili�re du r�seau proc�dant ainsi successivement � l�arrestation de quatre acolytes dans la m�me localit� de Boghni et dans un village voisin, B�ni Mendes, et d�un 5e pris � bord d�une Golf � Tizi-Ouzou. Il s�agit d�un certain B. Y., un Oranais sp�cialis� dans la falsification des cartes grises. Les v�hicules qui sont vol�s � l�ouest du pays, notamment � A�n-T�mouchent, subissent un maquillage avant d��tre propos�s � la vente � travers la wilaya de Tizi-Ouzou � des prix all�chants, 60 millions la Golf, 16 millions la Clio... avec des r�c�piss�s de d�p�t de cartes grises. Six sur 9 membres de la bande ont �t� arr�t�s et les v�hicules r�cup�r�s, 1 Renault express et 2 Clio...Les recherches se poursuivent en vue de l�immobilisation de tous les v�hicules objets du trafic et de l�arrestation des voleurs en fuite parmi lesquels 2 Oranais et 1 Tizi-Ouz�en. Un des en fuite qualifi� de parrain par la police serait charg� du blanchiment d�argent. 4 des 6 escrocs arr�t�s ont �t� plac�s sous mandat de d�p�t sous les chefs d�inculpation d�association de malfaiteurs, de vol qualifi�, de falsification de documents officiels... Les 2 autres ont �t� plac�s sous contr�le judiciaire.
B. T.
Semaine du bijou et de la poterie
Apr�s une p�riode de repos qui aura dur� presque tout le mois d�ao�t, la maison de la culture Mouloud- Mammeri vient de renouer avec les activit�s culturelles par l�organisation de la semaine du bijou et de la poterie. Cette manifestation est l�initiative de la chambre de l�artisanat et des m�tiers de la wilaya de Tizi-Ouzou. Pour rappel, les f�tes du bijou et de la poterie organis�es annuellement � Ma�tkas et B�ni Yenni n�ont pu avoir lieu cette ann�e pour des raisons financi�res et s�curitaires, contrairement � celle du tapis d�A�t- Hichem. Plusieurs associations et ateliers repr�sentant les diff�rentes cultures alg�riennes vont donc se c�toyer dans l�espace bruyant du hall et de la salle de l�exposition de la Maison de la culture tout au long de cette semaine. Du tapis d�A�t-Hichem � la poterie de Ma�tkas repr�sent�e notamment par l�association Thakrouma en passant par le bijou d�A�t-Yenni et les articles en cuir de la r�gion de Gharda�a ou encore la d�coration sur glace de A�n-Defla ou les tatouages de Annaba. Les broderies et les motifs des diff�rentes r�gions de l�Alg�rie ont �t� �galement expos�s sur des habits traditionnels kabyles, d�Assi- Youcef ou du M�zab, etc. De l�avis des participants, l�engouement suscit� chez les habitants de Tizi n�est pas � la hauteur de l��v�nement. Le public qui a pourtant afflu� n�est pas celui des grands jours. La raison ? Selon eux, les responsables et les organisateurs n�ont pas fait pr�c�der l��v�nement d�une campagne publicitaire ad�quate. d�plore que mis � part les affiches dans l�enceinte m�me de la Maison de la culture, rien en ville ou dans sa p�riph�rie n�annon�ait la tenue de cette manifestation culturelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.