La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    La folie des sénatoriales    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TIZI-OUZOU
AIT-BOUHINI Le calvaire continue pour les descendants d�Arezki L�Bachir
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 09 - 2005

En plein �t� lorsque le soleil est au Z�nith, les femmes et les enfants de A�t-Bouhini sont encore dehors pour les besoins de la corv�e d�eau. Sur les chemins sinueux qui n�en finissent pas de monter, ils poussent leurs baudets charg�s de lourds jerricans au moment o� d�aucuns se pr�lassent sur les plages de la r�gion. R�tives, les pauvres b�tes avancent nonchalamment sur la piste poussi�reuse se prenant les sabots dans la pierraille.
La corv�e d�eau, ramen�e de cinq captages r�alis�s par les habitants, est un championnat national � A�t-Bouhini, un village de 3 500 habitants qui a un pied dans la commune d�Azazga et l�autre � Yakouren. C�est le destin de ses habitants que ce soit � Taguemount, A�t-Ali Ouahand ou � Ighil, les trois hameaux qui composent le village, lesquels �tendent leurs tentacules sur une superficie de pr�s de 60 km2 dans ce qui constituait autrefois la luxuriante for�t de Yakouren, fief d�Arezki L�Bachir, l�insurg� de l�ordre colonial embastill� et d�capit� en 1895 auquel le village a r�cemment rendu hommage. A�t-Bouhini, village martyre de 84 chahids, c�est aussi le village de la chanteuse et com�dienne Djamila, Boudjema� Kar�che et de toute une diaspora vivant aujourd�hui � Ben Aknoun apr�s que leurs anc�tres furent d�poss�d�s de leurs terres. Serait-ce le destin de ce village que de vivre en 2005 des sc�nes du si�cle dernier ? Manquant cruellement d�eau les villageois investissent dans des puits souvent taris. M�me la baraka du saint Sidi El-Abal Cherif, qui veille du haut de la cr�te � la qui�tude du village semble n�avoir pas de prise sur l�ent�tement des autorit�s rest�es sourdes aux dol�ances des citoyens, d�apr�s le comit� de village. Tout comme pour le r�seau d�assainissement dont les eaux se d�versent dans la nature et la route d�fonc�e sur 7 km en direction d�Azazga (tron�on Thakouravth), la situation n�a gu�re �volu�, selon eux, en d�pit des promesses des autorit�s r�gionales faites au lendemain des actions de rue men�es par le village qui a investi et bloqu� l�APC de Yakouren pendant trois jours et paralys� la RN12 pendant douze jours en 2003. La tri-couche r�alis�e dans l�axe Yakouren-A�t-Bouhini s�est s�rieusement d�grad�e alors qu�elle �tait pr�vue en b�ton bitumineux. Pis, la situation s�est compliqu�e avec le glissement de terrain qui a atteint son pic l�hiver dernier au niveau du versant oppos�. L�assainissement tant promis n�a touch� que 40% du r�seau avec tous les risques que cela fait peser sur la population qui a recours aux fosses sceptiques. L��tablissement scolaire du village est l�un des rares � ne pas disposer de cantine nonobstant sa priorit� compte tenu du crit�re de l��loignement qui commande les projets. Le village se prend � esp�rer avec l�av�nement du projet du barrage de Taksebt, seule chance pour ce village d��tancher d�finitivement sa soif. Les villageois ont d�ailleurs anticip� en finan�ant une �tude technique men�e par un bureau d��tudes agr��. L� encore la promesse �crite concernant la r�alisation d�un projet d�APE de 3 millions de dinars est rest�e lettre morte, selon eux. De par sa situation � la lisi�re de la for�t, la localit� conna�t des hivers rigoureux. Et avec la chert� du gas-oil, les riverains sont de plus en plus tent�s de recourir au bois de chauffage � port�e de main en d�pit de s�rieuses mises en garde du village qui interdit la coupe de bois vert, ce qui porte un rude coup � l�environnement. Et comme le gaz de ville est aux portes de la localit�, les pouvoirs publics ont tout int�r�t � la raccorder au r�seau d�autant que le village est dispos� � apporter sa contribution � la r�alisation du projet. L�unit� de soins �quip�e de mobilier et d�un r�frig�rateur par le village attend toujours d��tre op�rationnelle � temps plein. Hormis une aire de jeux arrach�e par le village aux flancs de la montagne, les jeunes ne disposent d�aucune infrastructure sportive ou culturelle. Une jeunesse que le village r�ussit � pr�server des dangers qui la guettent gr�ce � son organisation s�culaire, qui ne laisse aucune chance au d�veloppement des fl�aux sociaux. Jaloux de sa culture, A�t- Bouhini fait la part belle aux traditions. Neuf troupes de tambourinaires veillent � perp�tuer la musique traditionnelle et les airs du terroir. Tout comme dans certaines localit�s de la r�gion, la disc-jockey a �t� interdit au village lors des f�tes mixtes qui r�unissent dans la joie toute la population. Il est consid�r� comme un obstacle � la culture. Gris�s par le succ�s enregistr� lors de la comm�moration du 110e anniversaire de la d�capitation de son h�ros, Arezki L�Bachir, A�t-Bouhini dont il est projet� l��rection d�une st�le � Azazga sur les lieux m�mes de son ex�cution, les organisateurs projettent d�honorer de leur vivant Djamila et Boudjema� Kar�che, les enfants du pays. Tout comme ils pr�voient des circoncisions et des mariages collectifs et bien d�autres projets qu�ils tiennent au secret. Rien ne troublera donc la marche des A�t-Bouhini (les pacifiques) vers le progr�s et la solidarit�, assurent ses habitants. Mais les anges peuvent se trouver des arguments de r�volt�s lorsqu�on les y pousse, allusion � la marginalisation dont ils disent faire l�objet de la part des pouvoirs publics. �Et dans ce cas-l�, on devient beaucoup plus enrag�s qu�engag�s, pour emprunter une des formules ch�res � Matoub�, conclut alors un membre du comit� de village.
S. Hammoum
Des trafiquants de v�hicules sous mandat de d�p�t
Une bande de trafiquants de v�hicules dirig�e par B. M. a �t� mise hors d��tat de nuire par la police judiciaire de Tizi-Ouzou. Le d�mant�lement de la bande s�est fait en deux temps, l�interpellation de B. M., le cerveau a eu lieu le 22 ao�t � Boghni � bord d�une Renault Clio. Elle a permis � la police de remonter la fili�re du r�seau proc�dant ainsi successivement � l�arrestation de quatre acolytes dans la m�me localit� de Boghni et dans un village voisin, B�ni Mendes, et d�un 5e pris � bord d�une Golf � Tizi-Ouzou. Il s�agit d�un certain B. Y., un Oranais sp�cialis� dans la falsification des cartes grises. Les v�hicules qui sont vol�s � l�ouest du pays, notamment � A�n-T�mouchent, subissent un maquillage avant d��tre propos�s � la vente � travers la wilaya de Tizi-Ouzou � des prix all�chants, 60 millions la Golf, 16 millions la Clio... avec des r�c�piss�s de d�p�t de cartes grises. Six sur 9 membres de la bande ont �t� arr�t�s et les v�hicules r�cup�r�s, 1 Renault express et 2 Clio...Les recherches se poursuivent en vue de l�immobilisation de tous les v�hicules objets du trafic et de l�arrestation des voleurs en fuite parmi lesquels 2 Oranais et 1 Tizi-Ouz�en. Un des en fuite qualifi� de parrain par la police serait charg� du blanchiment d�argent. 4 des 6 escrocs arr�t�s ont �t� plac�s sous mandat de d�p�t sous les chefs d�inculpation d�association de malfaiteurs, de vol qualifi�, de falsification de documents officiels... Les 2 autres ont �t� plac�s sous contr�le judiciaire.
B. T.
Semaine du bijou et de la poterie
Apr�s une p�riode de repos qui aura dur� presque tout le mois d�ao�t, la maison de la culture Mouloud- Mammeri vient de renouer avec les activit�s culturelles par l�organisation de la semaine du bijou et de la poterie. Cette manifestation est l�initiative de la chambre de l�artisanat et des m�tiers de la wilaya de Tizi-Ouzou. Pour rappel, les f�tes du bijou et de la poterie organis�es annuellement � Ma�tkas et B�ni Yenni n�ont pu avoir lieu cette ann�e pour des raisons financi�res et s�curitaires, contrairement � celle du tapis d�A�t- Hichem. Plusieurs associations et ateliers repr�sentant les diff�rentes cultures alg�riennes vont donc se c�toyer dans l�espace bruyant du hall et de la salle de l�exposition de la Maison de la culture tout au long de cette semaine. Du tapis d�A�t-Hichem � la poterie de Ma�tkas repr�sent�e notamment par l�association Thakrouma en passant par le bijou d�A�t-Yenni et les articles en cuir de la r�gion de Gharda�a ou encore la d�coration sur glace de A�n-Defla ou les tatouages de Annaba. Les broderies et les motifs des diff�rentes r�gions de l�Alg�rie ont �t� �galement expos�s sur des habits traditionnels kabyles, d�Assi- Youcef ou du M�zab, etc. De l�avis des participants, l�engouement suscit� chez les habitants de Tizi n�est pas � la hauteur de l��v�nement. Le public qui a pourtant afflu� n�est pas celui des grands jours. La raison ? Selon eux, les responsables et les organisateurs n�ont pas fait pr�c�der l��v�nement d�une campagne publicitaire ad�quate. d�plore que mis � part les affiches dans l�enceinte m�me de la Maison de la culture, rien en ville ou dans sa p�riph�rie n�annon�ait la tenue de cette manifestation culturelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.