PSG: Leonardo ne serait pas passé à l'action pour Neymar !    Fourar: aucun autre cas positif de Coronavirus en Algérie    Les réserves hydriques actuelles, "suffisantes" pour satisfaire les besoins nationaux en 2020    Le Président Tebboune achève sa visite d'Etat au Royaume d'Arabie saoudite    Real Madrid: Zidane aurait une alternative à 150M€ pour Mbappé !    Sahara Occidental: l'UA, un partenaire principal dans le processus de décolonisation    Le soutien de l'Algérie au droit à l'autodétermination du peuple Sahraoui salué à Bechar    Blida: report du procès de Abdelghani Hamel et de Berrachdi au 19 mars prochain    Vinicius Jr s'en prend à l'arbitre de Real Madrid-Manchester City    Ligue 1 (USM Alger) succession de Dziri Billel: l'entraîneur Bira dit oui avant de se rétracter    Près de 80% des commandes maintenus chez Renault Algérie    Les vérités, toujours bonnes à dire !    Pas de cadeaux pour Chenine    Les 8 élus du RCD annoncent leur retrait du parti    T'es pas mon frère !    Pour ne pas rentrer les mains vides…    Appels à intensifier l'effort de lutte contre le terrorisme    L'ambassadeur du Mali en France dénonce des "débordements"    Les discussions de Genève sur la Libye boudées par les Libyens    Rassemblement de protestation des Patriotes    PT : "Le régime n'a pas changé"    An I du Hirak, tentative de dévoiement et décantation !    Les revendeurs «partenaires»    Berraf maintient sa démission du COA    Derby indécis pour une place dans le dernier carré    ASO-PAC pour ouvrir le bal    Le président de Madar secoue les joueurs    Huawei présente le nouveau Mate XS 5G pliable à 2 400 euros    Samsung présente ses nouveautés au MENA Forum 2020    Les pharmacies d'Oran prises d'assaut    Le président Tebboune appelle à une "extrême vigilance"    Un jeune tabassé à mort à Sidi Khettab    Accident mortel à Béni-Saf    Litige entre élus et administration autour du portrait du Président Tebboune    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les «gilets jaunes» s'invitent à la Berlinale    Pollution : pointé du doigt, le monde de l'art fait sa mue tardive    Le théâtre comme expérience sensorielle    Le livre-mémoire de l'enfant d'Aghbalou    La révolution contée en peinture    Jeux méditerranéens 2021: la capacité du parc hôtelier d'Oran doublera    Révision Constitutionnelle - L'immunité parlementaire : une spécificité algérienne    Quelle communication pour la «nouvelle Algérie» ?    Grève de l'Education: Suivi mitigé dans les écoles primaires    Le pas en avant au bord du précipice !    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les avocats continuent de denoncer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CHANGEMENT DE GOUVERNEMENT
Khelil ou Sellal ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 12 - 2005

Le retour de Bouteflika � Alger sonnera-t-il le glas du gouvernement Ouyahia ? L�actuel locataire d�El Mouradia reprendra-t-il son �programme d�action�, l� o� il a d� le laisser, contraint, fin novembre dernier, apr�s sa subite maladie ?
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Il faut rappeler, en effet, que le d�part du gouvernement Ouyahia �tait programm� pour courant d�cembre et qu�en outre, le choix du successeur du patron du RND � la t�te de l�Ex�cutif �tait quasiment fix� sur l�actuel ministre de l�Energie et des Mines, Chakib Khelil, un proche parmi les plus intimes de Abdelaziz Bouteflika. �Le pr�sident ne fait plus confiance aux rapports lui parvenant du gouvernement sur l�application du programme de soutien � la relance et veut s�enqu�rir lui-m�me, sur le terrain, de la chose�, nous confiait, en substance, en novembre dernier, une source proche de la pr�sidence. D�o� l�instruction donn�e, � l��poque, par Bouteflika aux services concern�s de lui pr�parer un programme de visites dans les quarante-huit wilayas. �Le pr�sident a besoin d�un ex�cutant et non pas d�un chef du gouvernement qui fasse de la politique�, tranchait, � la m�me p�riode, ladite source dans une forte allusion � Ahmed Ouyahia. Bouteflika, qui voulait faire de l�ann�e 2006 celle �de la relance �conomique�, projetait, confie-t-on dans son entourage, de �fructifier� la gigantesque cagnotte de 60 milliards de dollars. �A l�arriv�e, il est le seul comptable devant le peuple.� Et cela reste valable aussi bien en cas d��chec qu�en cas, �videmment, de r�ussite et donc lorsqu�il s�agira d�en tirer les dividendes. Il ne faut jamais perdre de vue qu�� l�horizon 2007, l�homme pr�voit (pr�voyait ?) un r�f�rendum portant r�vision constitutionnelle dans l�objectif de postuler � un troisi�me mandat. Une telle �ch�ance est-elle toujours d�actualit� ? Il est encore al�atoire de tenter d�y r�pondre. Il n�en demeure pas moins que la maladie de Bouteflika ne pourra, objectivement, rester sans cons�quences sur �les grands �quilibres� �voqu�s par le concern� lui-m�me lors de la campagne r�f�rendaire de septembre dernier, qui ont toujours fait la r�alit� du pouvoir en Alg�rie. D�ailleurs, un mois �d�incapacit� physique� et d�absence du pays de l�actuel locataire du palais d�El Mouradia a fait que la certitude Chakib Khelil�, pour ainsi dire, est de plus en plus bouscul�e ces derniers temps par l�option Sellal. L�actuel ministre des Ressources en eau pourrait, en effet, soutiennent certaines sources, constituer la carte gagnante du r�gime pour d�partager les clans au sommet. Un peu comme Ouyahia, Abdelmalek Sellal est un enfant du syst�me. Comme lui aussi, il est originaire de Kabylie ayant v�cu, de surcro�t, � Constantine. L��quilibre r�gional �tant doublement satisfait, reste le profil �politique� de fid�le commis de l�Etat qui, au contraire d�Ouyahia, n�appartient � aucun parti politique. Autant d�atouts qui l�ont souvent projet� � des missions d�cisives dans des conjonctures cruciales. C�est cet ancien ambassadeur qui a �t� rappel� en 1999 pour organiser la succession de Liamine Zeroual � partir du n�vralgique minist�re de l�Int�rieur. Ce sera �galement lui que Bouteflika sollicitera, en 2004, pour diriger sa campagne pour un second mandat. Un �cas de figure Sellal� signifiera- t-il pour autant la fin de l�alliance pr�sidentielle tripartisane ? �Aucunement� ! tranche une source bien inform�e. �L�alliance pr�sidentielle, comme la coalition gouvernementale auparavant, est un choix strat�gique que dicte l�imp�ratif de stabilit� politique�, argumente la m�me source.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.