Edition du 24/05/2019    Oran : Circoncision de 303 enfants au CHUO    Monchi veut Bensebaini au FC Séville    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Les prix des fruits et légumes ont baissé de 30 à 40%    «L'armée doit écouter les propositions des élites»    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Les députés FLN tentent la manière forte    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Benbitour interdit de débat à M'sila    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Une saison à blanc pour le WO Boufarik    Matthäus : «Bentaleb est un joueur exceptionnel, sa saison reflète celle de Schalke»    Le duel jusqu'au bout !    Bientôt un nouveau procès    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    La rue face aux contradictions du système    Les soutiens encombrants de Gaïd Salah    Tadjine el kemmoun    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Mascara: Saisie de fausse monnaie, un mandat de dépôt    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le MC Oran exposé à la saignée    Le gouvernement pris en étau    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CHANGEMENT DE GOUVERNEMENT
Khelil ou Sellal ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 12 - 2005

Le retour de Bouteflika � Alger sonnera-t-il le glas du gouvernement Ouyahia ? L�actuel locataire d�El Mouradia reprendra-t-il son �programme d�action�, l� o� il a d� le laisser, contraint, fin novembre dernier, apr�s sa subite maladie ?
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Il faut rappeler, en effet, que le d�part du gouvernement Ouyahia �tait programm� pour courant d�cembre et qu�en outre, le choix du successeur du patron du RND � la t�te de l�Ex�cutif �tait quasiment fix� sur l�actuel ministre de l�Energie et des Mines, Chakib Khelil, un proche parmi les plus intimes de Abdelaziz Bouteflika. �Le pr�sident ne fait plus confiance aux rapports lui parvenant du gouvernement sur l�application du programme de soutien � la relance et veut s�enqu�rir lui-m�me, sur le terrain, de la chose�, nous confiait, en substance, en novembre dernier, une source proche de la pr�sidence. D�o� l�instruction donn�e, � l��poque, par Bouteflika aux services concern�s de lui pr�parer un programme de visites dans les quarante-huit wilayas. �Le pr�sident a besoin d�un ex�cutant et non pas d�un chef du gouvernement qui fasse de la politique�, tranchait, � la m�me p�riode, ladite source dans une forte allusion � Ahmed Ouyahia. Bouteflika, qui voulait faire de l�ann�e 2006 celle �de la relance �conomique�, projetait, confie-t-on dans son entourage, de �fructifier� la gigantesque cagnotte de 60 milliards de dollars. �A l�arriv�e, il est le seul comptable devant le peuple.� Et cela reste valable aussi bien en cas d��chec qu�en cas, �videmment, de r�ussite et donc lorsqu�il s�agira d�en tirer les dividendes. Il ne faut jamais perdre de vue qu�� l�horizon 2007, l�homme pr�voit (pr�voyait ?) un r�f�rendum portant r�vision constitutionnelle dans l�objectif de postuler � un troisi�me mandat. Une telle �ch�ance est-elle toujours d�actualit� ? Il est encore al�atoire de tenter d�y r�pondre. Il n�en demeure pas moins que la maladie de Bouteflika ne pourra, objectivement, rester sans cons�quences sur �les grands �quilibres� �voqu�s par le concern� lui-m�me lors de la campagne r�f�rendaire de septembre dernier, qui ont toujours fait la r�alit� du pouvoir en Alg�rie. D�ailleurs, un mois �d�incapacit� physique� et d�absence du pays de l�actuel locataire du palais d�El Mouradia a fait que la certitude Chakib Khelil�, pour ainsi dire, est de plus en plus bouscul�e ces derniers temps par l�option Sellal. L�actuel ministre des Ressources en eau pourrait, en effet, soutiennent certaines sources, constituer la carte gagnante du r�gime pour d�partager les clans au sommet. Un peu comme Ouyahia, Abdelmalek Sellal est un enfant du syst�me. Comme lui aussi, il est originaire de Kabylie ayant v�cu, de surcro�t, � Constantine. L��quilibre r�gional �tant doublement satisfait, reste le profil �politique� de fid�le commis de l�Etat qui, au contraire d�Ouyahia, n�appartient � aucun parti politique. Autant d�atouts qui l�ont souvent projet� � des missions d�cisives dans des conjonctures cruciales. C�est cet ancien ambassadeur qui a �t� rappel� en 1999 pour organiser la succession de Liamine Zeroual � partir du n�vralgique minist�re de l�Int�rieur. Ce sera �galement lui que Bouteflika sollicitera, en 2004, pour diriger sa campagne pour un second mandat. Un �cas de figure Sellal� signifiera- t-il pour autant la fin de l�alliance pr�sidentielle tripartisane ? �Aucunement� ! tranche une source bien inform�e. �L�alliance pr�sidentielle, comme la coalition gouvernementale auparavant, est un choix strat�gique que dicte l�imp�ratif de stabilit� politique�, argumente la m�me source.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.