«Le peuple est fermement déterminé à mener l'Algérie à bon port»    Charfi avertit contre les violences qui «nuisent au pacifisme du Hirak»    Un ex-conseiller à la Présidence et un homme d'affaires placés en détention provisoire    Eliminatoires CAN-2021 : défaite de la Zambie à domicile devant le Zimbabwe    L'Algérie rejette les positions considérant les colonies israéliennes comme "ne contrevenant pas au droit international"    Code barres: plus de 400.000 produits sont codifiés en Algérie    L'économie du savoir permet la diversification de la production hors hydrocarbures    Chlef: quatre personnes arrêtées et saisie de plus de 53.000 unités de boissons alcoolisées    ILS TENTAIENT DE RALLIER DES GROUPES TERRORISTES AU SAHEL : Huit individus arrêtés à Relizane et Ghardaïa    Accidents de la route : 38 morts et 954 blessés en une semaine    COUVERTURE DE LA PRESIDENTIELLE : Les médias tenus de respecter les lois    Eucoco/Sahara occidental: plusieurs ateliers et rencontres au programme de la Conférence    CNAS D'ALGER : Plus de 82 millions de DA d'indemnisations pour les maladies professionnelles    ORAN : Démantèlement de deux réseaux de trafic de cocaïne    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 13ème journée    Opération ville morte à Tichy    Détends-toi ! Ménage tes nerfs ! Cool !    Début des travaux au stade du 5-Juillet    Le Président prêt à inclure des représentants du mouvement populaire au gouvernement    L'ONU «préoccupée» par les grâces de Trump aux militaires    Les Européens divisés sur la réforme de l'élargissement à l'Est    18 200 unités vendues à fin octobre 2019    Octavia 4-G : le modèle qui avance, la gamme qui monte !    Les services de la santé rassurent    «2049, l'année du serpent de terre…»    Venise sort la tête de l'eau après des inondations historiques    Schématisme et morale néolibérale    Parution d'"Une paix et amitié perpétuelles", de Tobjorn Odegaard    Les essais nucléaires de Reggane à travers la photo    LFP – Sanctions : Bouchar suspendu un match    JSMB – RCR : Victoire impérative pour les Béjaouis    Annulation des stages à l'étranger : Les universitaires s'indignent    Comité d'Arbitrage de la CAF : Le président dénonce l'ingérence d'Ahmad Ahmad    Infos Campus    Fonds détournés vers l'étranger: «Les autorités ont mis beaucoup de temps à agir»    El Oued: Benflis rejette tout lien avec l'ancien système    Football - Ligue 2: Plusieurs duels intéressants à l'affiche    39ème marche des étudiants: La mobilisation se poursuit    Blida: Bengrina s'engage à éradiquer la corruption    Grève dans les écoles    Le ministre des Finances estime : "L'importance d'amender la Loi organique relative aux lois de Finances"    4 manifestants condamnés    Ryad Mahrez parmi les 100 joueurs les plus précieux du monde    Volkswagen investit pied au plancher    400 millions de dollars à l'horizon    Journées d'Art Contemporain de Carthage 2019 (JACC) : " Les galeries à l'œuvre "    Cinéma : Les Misérables, un film social coup de poing sur la banlieue    Alger (Fondation Casbah): Recensement de 330 bâtisses menaçant ruine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A FONDS PERDUS
Des nanocam�ras au service de dictatures Par Ammar Belhimer [email protected]
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 12 - 2006

Le progr�s technologique ressemble aux �ennuis� de Woody Allen. "Les ennuis, a-t-il coutume de dire, c'est comme le papier hygi�nique, on en tire un, il en vient dix." Le cabinet Gartner vient de recenser dix grandes tendances pr�visibles dans les technologies de l'information. L�une d�entre elles est que �d'ici 2010, 60% de la population mondiale dot�e d'un t�l�phone portable sera "tra�able" via l'�mergence d'un internet mobile, en raison des exigences accrues de s�curit� nationale ainsi que d'incitations commerciales, qui feront oublier aux utilisateurs leurs r�ticences en ce qui concerne la protection de la vie priv�e�.
Cette tendance n�est rien d�autre que la localisation g�ographique des t�l�phones mobiles gr�ce � une technologie de "filature par Internet". Elle est soutenue par la demande de protection croissante des consommateurs. �Big Brother� qu�Owen nous a pr�dit dans son c�l�bre roman 1984 est un enfant de ch�ur ou une relique de mus�e devant le nouveau venu de la nouvelle �tape, post-informatique, de la r�volution num�rique. Pire que lui, il y a �Bluetooth�. C�est le sobriquet que les ing�nieurs donnent � la puce �lectronique recourant � des signaux � tr�s haute fr�quence pour relier entre eux, sans le moindre fil, plusieurs appareils �lectroniques. Ce sobriquet est tir� du nom du roi viking Harald Blatand (�Bluetooth� en anglais ou �Dent bleue� en fran�ais) qui r�gna au Xe si�cle sur le Danemark et la Norv�ge. Son go�t immod�r� pour les myrtilles lui valut ce surnom. Mais c�est � ses talents de communicateur et d�unificateur, sous la banni�re chr�tienne, qu�il a �t� choisi comme patron de cette puce. La nouvelle tendance qu��voque le cabinet Gartner et que combattent les altermondialistes tient principalement aux nanotechnologies permettant le d�veloppement des puces intelligentes (gr�ce � la technologie RFID : radio frequency identification). Coll�es sur des objets, ces puces peuvent communiquer sans contact en utilisant des ondes radio. Quoique particuli�rement marqu�e en informatique, la miniaturisation est une caract�ristique du progr�s technique qui se retrouve dans bien d�autres domaines. Informatique �omnipr�sente�, �ubiquitaire� ou encore, en franglais, �pervasive� : c�est le nom donn� � cette science qui, d�ici quatre ans, permettra � ces 13 milliards d�objets dot�s d��lectronique et capables de communiquer entre eux d��tre en la possession d�un milliard d�individus. La Mairie de Paris vient de d�cider l'implantation d�une puce RFID dans chacun des 95 000 arbres de la capitale fran�aise. Chaque arbre disposera d�sormais de sa propre "carte d'identit�" informatique permettant de recueillir des informations pr�cises et actualis�es sur son �tat de sant�. La puce RFID est implant�e � deux centim�tres de profondeur dans le tronc sous la forme d'un petit cylindre de verre de trois centim�tres de long qui int�gre le num�ro d'identification de l'arbre. En passant un lecteur � quinze centim�tres de la puce, les horticulteurs peuvent acc�der � la fiche de chaque arbre qui est rentr�e dans une base de donn�es. Ainsi, les technologies d�identification et de tra�age se d�veloppent, synonymes � la fois de nouveaux usages, gr�ce � des outils qui faciliteront la vie quotidienne des hommes, par exemple dans leurs d�marches administratives, mais aussi de contr�le g�n�ralis� de tout. Le g�niteur de Bluetooth est le pr�fixe �nano� : c�est un s�same puissant et magique, n�buleux et effrayant � la fois qui recouvre toute recherche et manipulation � l��chelle du nanom�tre (un milliardi�me de m�tre), donc aux �fronti�res de l�infiniment petit�. Mais il semble aller bien au-del� : il touche � la physico-chimie des mat�riaux, aux technosciences de la mati�re, de la vie, de l�information. Pour avoir une id�e de sa taille, un nanom�tre, c'est un millioni�me de millim�tres, soit 10-9 m�tres. A cette �chelle, un homme mesure ainsi 1,7 milliard de nanom�tres et un cheveu fait 50 000 nanom�tres de diam�tre. On est donc dans le domaine de l'infiniment petit, au c�ur m�me de la mati�re : il faut dix atomes d'hydrog�ne mis bout � bout pour atteindre 1 nanom�tre. L'�chelle nanom�trique n'est pas une simple miniaturisation du monde : c'est un bouleversement complet des lois de la physique que nous connaissons. A l'�chelle de l'atome, les propri�t�s des mat�riaux (conductivit�, point de fusion, opacit�) changent du tout au tout : le cuivre devient �lastique, les m�taux isolants et le carbone plus dur que l'acier. C'est pourquoi on parle de "r�volution nanotechnologique". Une r�volution qui permet de manipuler les atomes, �l�ments constitutifs de la mati�re. Sa rampe de lancement : le microscope � effet tunnel, mis au point en 1982, qui a permis � la fois ce �zoom dans l�univers de l�atome � et l��ing�nierie lilliputienne �, qui d�place les atomes � volont�. Les perspectives de �manufacture mol�culaire� bross�es par Eric Drexler dans �Engines of creation� se sont ouvertes. On commence � fabriquer brouettes, aspirateurs, voitures mol�culaires, transistors � un seul atome, ordinateurs quantiques. Quel que soit le sens qu�on donne aux nanotechnologies, toujours est-il que les nanomat�riaux sont d�j� bien l�, d�j� commercialis�s, sous forme de nanotubes de carbone, de nanolasers dans les lecteurs de DVD, de nanopuces pour le diagnostic biologique, etc. Observer la mati�re et la travailler � l��chelle atomique constitue un horizon fascinant d�innovations prometteuses. Le r�ve est bien de �refaire ce que la vie a fait, mais � notre fa�on�, selon les termes du prix Nobel de chimie 1987 Jean-Marie Lehn. Certains affirment m�me que la technique doit relayer l��volution darwinienne pour prendre en main le destin de l�humanit�. Trois secteurs sont particuli�rement impliqu�s dans les nanotechnologies : l'�lectronique, les mat�riaux et la sant�. Selon Bill Joy, cofondateur de Sun Microsystems, la combinaison des technologies de l'information et des nanotechnologies devrait g�n�rer au XXIe si�cle une richesse de un million de milliards de dollars. 100 fois celle de l'�conomie am�ricaine. Ces chiffres donnent le vertige parce qu�ils ne rel�vent pas du tout de la prospective. Selon la NSF (National Science Fondation), les produits issus des nanotechnologies g�n�reront un march� de mille milliards de dollars d'ici 2015. Devant de telles pr�visions, la course a d�j� commenc�. L�an dernier, les Etats- Unis ont investi plus de 500 millions de dollars dans le secteur. Les Japonais ont lanc� un grand programme national baptis� "Nanosciences". La Cor�e du Sud a d�bloqu� 2 milliards de dollars pour les nanotechnologies sur la p�riode 2001-2010. Au total, 1500 entreprises dans le monde sont en train de d�velopper des recherches dans des domaines aussi vari�s que l'�lectronique, le g�nie civil, les mat�riaux, les biotechnologies ou la pharmacie. Comme � l��poque de la r�solution industrielle, les premi�res manifestations de rejet violent, voire de casse, n�ont pas tard� � appara�tre. Lundi dernier, le repr�sentant du mouvement altermondialiste Attac s�est attaqu� � �la mascarade � des nanotechnologies, tandis que les scientifiques ont mis l�accent sur une ��ducation� �une information pr�cise� du public, lors d�une rencontre � la Chambre de commerce et d'industrie de Grenoble, en France. Grenoble attire des centaines de millions d�euros pour alimenter un r�seau �rechercheindustrie- universit� par lequel �lus, scientifiques et industriels �uvrent � d�velopper la recherche publique et priv�e en micro et nanotechnologies. Des affrontements entre policiers et manifestants ont d�j� marqu� l�inauguration du premier technolopole en juin 2006. Affrontements n�s d�inqui�tudes l�gitimes li�es � la toxicit� des nanoparticules, le contr�le d�mocratique des technologies d'identification, ou encore des anticipations technologiques comme �les nanocam�ras au service de dictatures�. Les �coles juridiques soucieuses de rassurer les plus sceptiques avancent le �principe de pr�caution� devant �tre mis en �uvre � un moment o� la mise en danger est encore relative. Ce principe vise par cons�quent � limiter les risques au sujet desquels r�gne encore beaucoup d�incertitude. Appliqu� � la soci�t� de l�information, il exige d�emp�cher toute expansion irr�versible de technologies susceptibles de causer de gros dommages. Il sert de ce fait aussi � conserver des espaces ouverts pour de nouvelles conqu�tes scientifiques. C�est l� un des �l�ments-cl�s d�un d�veloppement d�mocratique durable empreint de solidarit� envers les g�n�rations futures.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.