Une AG extraordinaire prochainement pour baliser le terrain à l'Hyproc    Les conservateurs de tomate se concertent    Ouverture du Four Points By Sheraton Sétif en Algérie    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Comment affecte notre productivité    Près de 17 000 feux de forêts et plus de 19 000 cas de noyades en 2018    Les habitants de la commune de Cherchar réclament logements et aménagement urbain    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Arlequin valet de deux maîtres en hommage à Alloula    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    Abderrahmane Mebtoul s'exprime au micro de Souhila Hachemi de la Radio Chaine 3 : " Manifestations populaires et perspectives "    Ce que propose Bouteflika    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    Djamel Belmadi (sélectionneur de l'Algérie) : "Une revue d'effectif en vue de la phase finale"    Coupe de la CAF, NAHD-Zamalek (0-0): L'ombre de Gasmi    L'impératif de nouvelles réformes    "Pour chaque problème existe une solution"    "Regardez ce qui s'est passé en Irak"    Blida : Plus de 10.000 personnes aux besoins spécifiques bénéficient de la pension d'handicapé    Les syndicats autonomes rejettent l'offre de Bedoui    El Tarf : Près de 600 infractions liées à l'environnement recensées en 2018    MILA : Plus de 5 500 hectares réservés pour la culture des légumes secs    Les professionnels dénoncent le statu quo    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Fin de parcours pour la JS Saoura    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





SONELGAZ DE BOUMERDES
Entre l'obligation de fournir l'�nergie et le ph�nom�ne de fraude
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 01 - 2007

Coupures intempestives, pannes, r�seaux d�fectueux, contestations de factures sal�es� ce sont quelques remarques que font g�n�ralement les citoyens sur la Sonelgaz. Qui n�a pas, un jour, critiqu� la Sonelgaz ? Et pour cause, cette entreprise �tatique, restructur�e depuis peu en SPA, est un partenaire tr�s important des citoyens.
En effet, elle est charg�e, par l�utilisation de ses r�seaux, de ses structures et de son organisation, moyennant paiement des factures, de mettre � la disposition des citoyens, des administrations et des unit�s de production de l��nergie (�lectricit� et gaz). La consommation de cette �nergie, de par sa n�cessit� imp�rieuse quotidienne, est devenue l�un des droits fondamentaux pour les Alg�riens. Sensibles sur la place essentielle qu�occupe leur entreprise, les responsables de cette soci�t�, seront dans l�obligation d�opter pour l�am�lioration des relations avec les citoyens clients d�autant plus que la concurrence s�impatiente dores et d�j� pour grignoter des parts de march� dans le secteur de la distribution de l��nergie. C�est ce que nous avons d�cel� dans les propos de Mme Gaceb, directrice r�gionale de Boumerd�s (wilaya de Boumerd�s plus les six communes de la da�ra de Rouiba) Pour la r�gion dont elle est responsable, Mme Gaceb insiste sur la qualit� des relations commerciales � entretenir avec les abonn�s de Sonelgaz ainsi que la bonne communication et le travail de proximit� � instaurer en direction des consommateurs �si un client se pr�sente chez moi, cela signifie qu�il n�a pas �t� correctement �cout� dans l�une de nos agences�. Pr�cis�ment, � �couter la patronne de la Direction r�gionale de Boumerd�s, plusieurs actions ont �t� r�alis�es ou sont programm�es, en amont et en aval du secteur de la distribution de l��nergie, pour am�liorer les prestations, renforcer la lutte contre la fraude, endiguer les pertes de l��nergie et consolider les capacit�s de prise en charge des probl�mes des abonn�s. La DRB, pour rappel, g�re un portefeuille client�le compos� de 178 000 abonn�s ordinaires (pour l��lectricit� uniquement), 46 000 abonn�s pour le gaz et 1 200 administrations et unit�s de production connect�es aux r�seaux. Des am�liorations sont pr�vues, entre autres Khemis-El-Khechna et Regha�a qui verront bient�t l�ouverture d�agences client�le. Ce qui soulagera sans doute celle de Rouiba tant d�cri�e par les abonn�s. Cette derni�re sera transf�r�e par ailleurs, note Mme Gaceb, vers le centre-ville. En outre, la Sonelgaz de Boumerd�s a recrut� des techniciens sup�rieurs qui sont en formation et seront vers�s dans la mission des relev�s des consommations, �nous avons besoin d�agents comp�tents, qui sauront quoi dire � nos abonn�s au cas o� ceux-ci poseront des questions ou chercheront des solutions � leurs probl�mes�. A l�occasion, la responsable r�gionale nous rappelle que 480,05 MDA ont �t� consentis durant l�ann�e fiscale de 2006 uniquement, par la direction g�n�rale pour la r�gion de Boumerd�s afin de prendre en charge les grands travaux de maintenance sur le r�seau. 53% de ce budget ont �t� consacr�s au r�seau �lectrique. De m�me que la r�gion qui a sous sa responsabilit� une cha�ne de 4471 km de lignes de diverses capacit�s, a proc�d� � la r�habilitation, toujours au cours de l�ann�e �coul�e, de 80 km de lignes de transport d��lectricit�, �en 2006, le gros de nos efforts a �t� port� sur la r�gion de Dellys�, constate notre interlocutrice qui a ajout� : �Les budgets de maintenance sont puis�s sur les fonds propres de la Sonelgaz. Donc, nos abonn�s doivent savoir que nous avons besoin d�argent pour investir dans la maintenance et les grands travaux en vue d�am�liorer nos prestations�. De plus, l�ex-EGA participe au financement des extensions des r�seaux et aux raccordements � concours respectivement de 35 et 10% des co�ts des projets. Sur ce, Mme Gaceb nous a communiqu� les cr�ances d�tenues sur les abonn�s publics ou priv�s, collectifs ou particuliers. Pour cette r�gion, les factures impay�es en 2005 repr�sentaient une somme de 1 042 MDA avant de grimper en 2006 jusqu�� 1 386 MDA. Concernant les factures non pay�es, toujours pour cette r�gion, des abonn�s ordinaires sont de 290MDA. �Contrairement � l��tiquette que me colle la rumeur, je ne suis pas venue � Boumerd�s pour collecter uniquement l�argent�. De leur c�t�, les institutions de l�Etat, particuli�rement les communes sont lourdement endett�es vis-�-vis de la Sonelgaz. A l�exclusion des six communes de la da�ra de Rou�ba, les 32 APC de la wilaya de Boumerd�s tra�nent une ardoise de 349 MDA. La municipalit� de Khemis-El- Khechna, � elle seule, doit payer 7,7 milliards de centimes auxquels s�ajoute une dette de 1,7 milliard de centimes de l��tablissement de gestion des eaux de la m�me localit�. Au sujet des factures impay�es de l�alimentation des forages de l�AEP dont la plupart concernent plusieurs communes � la fois, la Sonelgaz ne souhaite pas couper l�alimentation �lectrique. �C�est une solution extr�me mise en ex�cution uniquement dans des situations o� il n�y a plus d�interlocuteur avec nous�, assure la directrice de Boumerd�s qui pr�cise par ailleurs la ligne de conduite de la direction r�gionale en mati�re de coupures pour les mauvais payeurs. �De mani�re g�n�rale, les coupures ne nous int�ressent pas, car elles nous prennent du temps, co�tent de l�argent et d�t�riorent nos relations avec nos abonn�s. Simplement, nous voulons clarifier nos relations avec tous nos partenaires et que celles-ci soient bas�es sur des obligations contractuelles mutuelles�. En d�pit des efforts consentis apr�s le s�isme pour r�tablir les r�seaux, les branchements des chalets et des nouveaux logements dans des d�lais courts, force est de constater la d�ception de la Sonelgaz quant au comportement de certains sinistr�s. � 50% des chalets sont branch�s illicitement �, nous confie la directrice. En tenant compte d�environ 20 000 chalets occup�s, l�on pourrait faire un calcul sommaire sur l�ampleur du d�tournement et le manque � gagner de la soci�t�. �Nous avons introduit un moyen de branchement pr�pay� pour donner la possibilit� aux familles transf�r�es vers les chalets de ma�triser leur consommation, mais une fois le compteur acquis, celles-ci ne reviennent plus. Elles puisent directement dans le r�seau �, affirme notre h�te. Cette fraude n�est pas l�apanage des seuls sinistr�s, elle touche toutes les localit�s. Pour elle, il y a malheureusement deux types de fraude. Celle cit�e pr�c�demment est assimil�e � du vol, il y a aussi la r�trocession, c�est-�-dire que l�abonn� s��rige en distributeur ; proc�d� jug� aussi ill�gal. Mme Gaceb �value la perte de l��nergie �lectrique � 14%. En tout �tat de cause, selon Mme Gaceb, la Sonelgaz ne compte pas rester les bras crois�s pour mettre fin � ces ph�nom�nes d�lictueux. Malgr� les difficult�s et les critiques des citoyens, aucune animosit� n�est palpable chez les cadres de la Sonelgaz. Bien au contraire, la volont� de mettre ce service public en harmonie avec l�exigence de l�heure est affirm�e.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.