Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    Paroles d'experts    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Combien au premier trimestre 2022?    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Youcef Cherfa ausculte son secteur    L'oeuvre salvatrice du Président    L'armée s'engage    Le RND affiche son total soutien    Mbappé : La Liga va déposer plainte    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



FRANCE PREMIER TOUR DES LEGISLATIVES
Victoire sans surprise de l'UMP, gauche r�sistante et FN en d�route De notre bureau de Paris, Khadidja Baba Ahmed
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 06 - 2007

Cinq semaines apr�s la victoire de Sarkozy � la pr�sidentielle, le premier tour des l�gislatives de dimanche confirme le choix des �lecteurs en faveur de la droite. Avec un score pour l�UMP et le nouveau centre de 43%, la majorit� pr�sidentielle est pl�biscit�e et Sarkozy qui appelait les �lecteurs � lui donner une forte majorit� pour pouvoir appliquer son programme a �t� entendu.
L�UMP et ses alli�s obtiennent ainsi leur score le plus �lev� depuis les l�gislatives de 1978. A gauche, le Parti socialiste, le PC, les Verts et l�extr�me gauche n�obtiennent que 36% des voix, r�sultats tr�s faibles pour une �lection l�gislative, mais ils am�liorent toutefois de 7 points le score qu�ils avaient obtenu � la pr�sidentielle. Le Parti communiste n�a pas �t� lamin�, bien mieux, avec 4,5% des suffrages, il a nettement am�lior� ses suffrages � la pr�sidentielle m�me s�il n�est pas �vident qu�il conserve un groupe parlementaire � l�Assembl�e qui n�cessite 20 d�put�s pour �tre constitu�. La d�faite de la gauche est certaine mais pas cuisante comme beaucoup le pr�disaient, y compris au sein du PS. Le Mouvement d�mocratique de Fran�ois Bayrou, avec 7% des suffrages exprim�s en sa faveur perd tous les avantages des 7 millions de voix que son chef avait enregistr�s � la pr�sidentielle et ne pourra plus, de ce fait, jouer la troisi�me voix qu�il s��tait trac�e ni constituer un groupe parlementaire. Mais l��v�nement capital de cette consultation est sans conteste l�effondrement du Front national, le plus grand perdant de ce premier tour. Oscillant entre 4,5% et 5%, le parti d�extr�me droite fait son plus mauvais score depuis vingt ans. Avec ce tr�s faible record, le FN perd plus de la moiti� des suffrages qui lui avaient �t� exprim�s � la pr�sidentielle et ne compte plus que sur Marine Le Pen, en ballottage dans sa circonscription, pour sauver les meubles, ce qui para�t tr�s peu probable. A l�issue de ce premier tour et au vu des projections en nombre de si�ges, l�UMP et ses alli�s obtiendraient entre 383 et 447 si�ges (sur un total de 577), le MPF de De Villiers de 2 ou 3 si�ges, la gauche entre 126 et 185 si�ges dont 120 � 170 pour les socialistes et leurs alli�s ; 6 � 12 si�ges pour le PC ; 0 � 3 si�ges pour les Verts et le MoDem de 1 � 4 si�ges. Pour comprendre les premiers r�sultats de ce premier tour, il faudrait souligner que les l�gislatives fran�aises sont un scrutin uninominal majoritaire � deux tours et que pour �tre �lu au premier tour, le candidat devait r�unir plus de 50% des suffrages exprim�s, � condition toutefois que ces suffrages repr�sentent au minimum le quart des �lecteurs inscrits. Pour le deuxi�me tour, la majorit� relative suffit pour �tre �lu et dans le cas d��galit� entre deux candidats, le plus �g� l�emporte. A l�issue de ce premier tour, quels r�sultats pour les personnalit�s connues ?
Six ministres l�emportent au premier tour
110 candidats l�ont emport� au premier tour, un record l� aussi par rapport aux anciennes consultations. Sur ces 110 nouveaux d�put�s, un seul n�est pas de la majorit�. Par ailleurs, parmi les 11 membres du gouvernement qui se sont pr�sent�s � la d�putation, sept sont �lus d�s le premier tour : le Premier ministre Fran�ois Fillon, Herv� Morin, ministre de la D�fense ; Jean-Louis Borloo ministre de l�Economie ; Eric Woerth ministre du Budget ; Xavier Bertrand, ministre du Travail ; Christian Jacob, ministre de la Fonction publique ; Dominique Bussereau, secr�taire d�Etat aux transports, Val�rie Pecresse, ministre de l�Enseignement sup�rieur et de la Recherche. Quant aux autres ministres de droite, Alain Jupp�, Mich�le Alliot Marie, ils sont en ballottage et ceux qui n�en sortiront pas vainqueurs, devront, comme l�a d�cid� le Premier ministre, quitter leurs postes. Quant aux personnalit�s de gauche, Fran�ois Hollande, le premier secr�taire du PS, est en ballottage favorable, comme le sont �galement Laurent Fabius, Henri Emmanuelli, Jean Glavany, Jack Lang et Manuel Valls. Beaucoup sont en ballottage d�favorable et devront convaincre pour r�ussir au 2�me tour. Parmi ces derniers, Jean- Pierre Chev�nement, Dominique Strauss-Kahn, Vincent Peillon (ancien porte-parole de S�gol�ne Royal), Arnault Montebourg� Quant � Marie- Georges Buffet, m�me si elle n�est qu�en 2e position apr�s le candidat UMP en Seine-Saint-Denis, traditionnellement bastion des communistes, elle peut esp�rer le report des voix du candidat socialiste arriv� en 3e position.
Appel � la mobilisation de la gauche pour assurer l��quilibre
L�enjeu du deuxi�me tour est pour la gauche, de r�duire quelque peu l�influence colossale que va avoir la droite sur le cours de la vie politique et surtout le danger que constituerait la voie ouverte sans possibilit� de contestation � la mise en �uvre des grandes d�cisions annonc�es par le pr�sident Chirac. � Il y a des majorit�s �crasantes qui �crasent, des partis dominants qui dominent��, a r�agi Fran�ois Hollande dimanche soir. Avoir des contre-pouvoirs, a dit encore Dominique Strauss- Kahn, est un gage de d�mocratie. C�est pourquoi tous les t�nors de la gauche ont imm�diatement appel� � une forte mobilisation pour le deuxi�me tour pour faire reculer l�abstention et voter � gauche pour limiter la vague bleue dimanche prochain. Les r�serves de la gauche et notamment du PS n��tant pas forc�ment �gales aux abstentions, les dirigeants du PS, tant Hollande que S�gol�ne, qui continuent � intervenir en ordre dispers�, ont appel� les �lecteurs de Fran�ois Bayrou � reporter leurs voix sur la gauche, partout o� cela est possible. Le probl�me est que la d�voreuse UMP a lanc� le m�me appel en direction de Bayrou qui se retrouve en position d�arbitre. Vers quelle couleur se reporteront les voix du MoDem. Le scrutin de dimanche prochain nous le dira.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.