Quatre narcotrafiquants arrêtés à Tlemcen    Le président insiste sur son départ, l'ère Hyproc loin de commencer    4 759 logements distribués à travers plusieurs wilayas    Vers un nouveau rendez vous électoral    Le projet de loi sur les hydrocarbures finalisé    La Palme d'or pour le «Parasite» de Bong Joon-ho    Man City : Un milieu belge pour remplacer David Silva ?    Campagne sur les risques liés à la saison estivale    Une bande de malfaiteurs neutralisée    Les dossiers de 12 anciens responsables, dont Ouyahia et Sellal transmis à la Cour suprême    Barça : Bartomeu prévoit des arrivées mais également des départs    Ligue 1 Mobilis: Le programme des rencontres de la 30ème journée    Trump relativise les tirs de missiles nord-coréens    Téhéran dénonce la surenchère américaine    La police diffuse de nouvelles photos du suspect    Les raisons d'une visite    Lotfi Cheriet retournera-t-il à l'Arav ?    Sahli et Belaïd se retirent de la course    Transition : la mort de l'article 102    Flambée des cours et tension sur les devises en vue    Mellal : "J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive"    Belaïli et l'EST se rapprochent du sacre    Les itinéraires-bis vers la capitale, les impers noirs ou gris et tous les chemins qui ne mènent pas à Achgabat !    Benflis : "Bensalah et Bedoui sont disqualifiés"    Grève de deux jours à partir de mardi    Galettes de légumes    5 224 élèves aux examens de 5e    Sachez que…    Venezuela: Guaido refuse tout "faux dialogue" avec Maduro    Le public algérois renoue avec le fado    Baâziz enflamme le public à Dar Abdeltif    Le retour de Kamel Ferrad    Le pessimiste, cet ennemi du bonheur    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    Skikda : Prison ferme pour cinq douaniers    Tlemcen: Un cinquième groupe de soutien à Daech démantelé    Volley-ball - Coupe d'Algérie messieurs: Le GSP sans problème    Le RCD demande à la justice de convoquer Abdelaziz Bouteflika    Tiaret: Des travailleurs sans salaire depuis 30 mois    Aïn El Turck pas encore prête pour l'accueil du rush des vacanciers: Les prémices d'un énième échec de la saison estivale    Des adoptions dans un climat délétère    La liste s'allonge    Le président Trump effectue une visite au Japon    L'activité en baisse de 85%    Lâche agression d'une fonctionnaire    Tahar Djaout était assassiné    2019: l'Année de l'Algérie à Cannes    Abdelkrim Tazaroute lui consacre une biographie Vibrant hommage à Brahim Izri    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LETTRE DE PROVINCE
La lamentable d�route de Belkhadem Par Boubakeur Hamidechi [email protected]
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 03 - 2008

Parmi les variantes auxquelles a recours le r�gime, il y a celle qui affecte des responsabilit�s importantes � un Premier ministre. Si � l�origine, en 1979, il �tait d�sign� ainsi, il en changea d�appellation, dix ann�es plus tard, en 1989, pour devenir chefferie du gouvernement.
Produit d�une Constitution hybride et d�un pluralisme factice, elle a fini par ne rien signifier. Raval�e au rang d�oripeau, la chefferie est rarement le lieu g�om�trique o� se prennent les v�ritables d�cisions mais le si�ge de la censure et de la dilution des responsabilit�s afin d��pargner le chef de l�Etat. Sans nous attarder sur le l�gendaire attribut de fusible que le pr�sident sacrifie dans les moments de vive tension sociale, il y a surtout sa relation avec le Parlement, laquelle ne manque pas d�ambigu�t�s. Dans un environnement despotique l�on s�est toujours demand� s�il y a encore de la �place� pour l�intendance du pays quand le d�positaire officiel de la fonction en est quotidiennement r�duit � la d�robade lorsque les signaux du palais tardent � lui parvenir. C�est le cas pr�cis�ment de Belkhadem qui multiplie les louvoiements face au brasier social et en m�me temps commet les pires outrances langagi�res � l�encontre de pans entiers de la soci�t� qui contestent le bien-fond� de ses actes de gestion. Il est vrai que les avatars li�s � ce poste-cl�, cr�� par la Constitution de 1989 et reconduit dans celle de 1996, ne se comptent plus. Ils avaient eu raison d�une douzaine d�occupants dont feu Kasdi Merbah inaugura la liste. Chaque fois, pour des raisons diff�rentes et des contextes pr�cis, le sommet de l�ex�cutif s�est d�barrass� d�une mani�re in�l�gante de ce commis d�un genre particulier. Dans un pass�, relativement lointain, la pol�mique entre Merbah et Chadli au sujet des pr�rogatives constitutionnelles de chacun d�eux n�a-t-elle pas fini par le cinglant �licenciement � de septembre 1989 et son remplacement par Hamrouche ? Une d�cennie plus tard, Benbitour souffrira du m�me syndrome dans son t�te-�-t�te avec Bouteflika. Pr�f�rant devancer la disgr�ce d�une r�pudiation arrogante, il s�empressa de donner sa d�mission ce que ne firent pas ses successeurs, que l�on renvoya bruyamment. Benflis et Ouyahia connurent le m�me sort d�s l�instant o� on les avait soup�onn�s d�ambitions personnelles. Mais au-del� des destins personnels, sources �videntes de conflits, il y a d�abord l�interpr�tation que tout un chacun donne de son r�le et l�ex�g�se qu�il fait de la Constitution. L�actuel chef de l�Etat n�ayant jamais consid�r� que l�ex�cutif pouvait �tre bic�phale, du moins en mati�re de gestion ordinaire, changera cinq fois de Premier ministre en 8 ans � (1999-2006). Fonction pr�caire et r�vocable, elle se traduit par la pr��minence des conseillers du palais sur les ministres de terrain. En atrophiant le champ d�intervention du copilote au profit du cabinet pr�sidentiel, il parvint � r�duire la chefferie � une bo�te aux lettres de cachet que celle-ci doit ex�cuter. Une sorte d�exercice semblable � celui de grand chambellan charg� strictement du m�nage dans le s�rail. Quelles que soient les id�es que l�on se fait des diff�rents magist�res issus des Constitutions de 1989 et 1996, l�on ne peut que conclure que dans leur totalit� ils n�ont jamais admis que cette fonction pouvait �tre autonome dans sa strat�gie, voire qu�elle n��tait, dans certains cas de figure, responsable que devant le Parlement. Cette d�pendance structurelle vis�- vis du sommet n�a, par ailleurs, jamais produit la bonne synergie que l�on pr�tend. Elle fut m�me la source de toutes les pannes � l�origine de la contestation des v�ritables syndicats et des m�diocres r�ponses d�un gouvernement d�boussol�. D�mon�tis�e par cette ingrate all�geance, la chefferie n�a plus aucune autorit� pour conduire les affaires du pays. Bien s�r, parmi les nombreux chefs de gouvernement qui se sont succ�d�, il y eut certains qui b�n�fici�rent de meilleures fortunes politiques. Circonstanciellement, ceux-l� eurent droit � de larges d�l�gations de pouvoir sans que cette tendance ait pu changer sur le fond la conception fond�e sur l�unicit� de l�ex�cutif. Elle fut en v�rit� une proc�dure compensatoire juste bonne pour att�nuer les faibles comp�tences du premier magistrat de la R�publique. Les passages de Bela�d Abdesselam et R�dha Malek au temps du HCE ou bien plus tard celui de Ouyahia sous Zeroual sont de cet ordre des choses. C�est dire qu�ils sont illustratifs des rares fois o� cet emploi a pu tenir un rang actif et d�terminant dans la prise de d�cision et m�me de son �laboration en amont. A l�inverse avec un chef d�Etat claironnant depuis 1999 qu�il ne souhaitait rien d�l�guer de ses pr�rogatives, l�on sut tr�s t�t que le copilotage en tant que mode d�emploi est une affaire entendue. C'est-�-dire qu�il a v�cu. Cela se v�rifia d�s l��t� 2000 apr�s le d�part de Benbitour et le d�but des valses : Benflis puis Ouyahia et enfin Belkhadem. Ce dernier, vite qualifi� de solide pilier du bouteflikisme, donne aujourd�hui de nombreux signes d�essoufflement. En effet, � vouloir suivre � la lettre les intentions de son mentor, il a oubli� d�avoir des id�es � lui pour administrer convenablement le pays. En deux ann�es, et plusieurs r�am�nagements de son �quipe, il n�est pas encore parvenu � traduire en signaux clairs les objectifs d�un pr�sident sauf celui d�amender une loi fondamentale pour demeurer en place. Ainsi, face � la grogne et la rogne sociales, il est sans voix et sans arguments, aggravant du m�me coup son cas de Premier ministre tatillon dont le premier � se plaindre dans le futur sera paradoxalement Bouteflika ! Celui-ci se rendra s�rement compte que certaines fid�lit�s aveugles cachent d�abord l�incomp�tence. Lui qui postule � un autre sc�nario, pourra-t-il s�encombrer longtemps d�un �coordinateur� de l�action gouvernementale dont l��chec est patent ? Alors un chef de gouvernement discr�dit� de toutes parts peut-il encore servir d�escabeau � un pr�sident dont la cote de popularit� n�est pas au mieux ? Autant dire que rien n�est plus pr�caire pour l�organisation d�une grand-messe que de conforter un intendant plus prompt � jouer les meddahs qu�� travailler s�rieusement pour am�liorer les bilans de son suzerain.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.