Le Brent progresse à plus de 72 dollars à Londres    Real : Kroos évoque la rumeur Pogba    L'initiative d'Ali Yahia, de Taleb Ibrahimi et de Benyelles mérite réflexion    La deuxième phase entamée hier    Gaïd Salah persiste et signe    Report du procès de Ali Haddad    Une première action réussie pour les pharmaciens    Onze nouveaux postes électriques pour améliorer la qualité de service durant l'été    Le procès d'Ali Haddad renvoyé au 3 juin    Téhéran rétorque à Trump qu'il ne mettra «pas fin à l'Iran»    Drapeau palestinien à Tel-Aviv    L'armée égyptienne élimine 12 terroristes présumés    Louisa Hanoune maintenue en prison    Les Canaris à l'écoute de Bologhine    John Baraza pense que «le Sénégal et l'Algérie ne sont pas imbattables»    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Feghouli s'offre un doublé    130 comprimés psychotropes saisis par la police    La CGATA refuse de se réunir avec une mission de l'OIT    ACTUCULT    Chaou en clôture au TNA    "Une beauté loin d'être déserte"    Nouvelle protestation des journalistes de l'ENTV    Gâteau de crêpes    570 000 euros et 101 000 dollars saisis à l'aéroport d'Alger    Propositions de sortie de crise : Le chef d'état-major de l'ANP verse dans le déni de réalité    Le bilan de l'offensive de l'ANL sur Tripoli passe à 510 morts    Croissance de 7% de l'activité portuaire de l'Algérie    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    Pour éviter l'accentuation de la crise économique : Le président de l'UFDS, Nourredine Bahbouh, appelle à l'amorce d'un dialogue rapide    Le WA Tlemcen saisira le TAS    Boulaya prolonge jusqu'en 2022    Le Conseil de sécurité veut l'application de l'Accord d'Alger    3000 agents font la chasse aux nouveaux électeurs    La liste des arrestations toujours ouverte    Vodafone : Le groupe baisse son dividende pour contenir sa dette    Trois ans pour le faussaire    Après le f'tour à la plage, le f'tour à la Casbah    Mort par électrocution d'un employé de Sonelgaz    Bedoui annonce de nouvelles mesures    Canada : Le pétrole de l'Alberta va-t-il raviver la flamme indépendantiste au Québec ?    L'appel des trois suscite toujours des réactions    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Le tableau des demi-finales connu    Une expérience de jazz algéro-polonais    A la rencontre de Massinissa    L'élégie de la résilience    Al Jahidh, écrivain encyclopédiste arabe hors pair du 8ème et 9ème siècle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA LOI ET LES MARCH�S PUBLICS
Condamnation des versements d'avantages
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 03 - 2008

Le volet r�pression de la loi du 20 f�vrier 2006 relative � la lutte contre la corruption �voque la violation de la r�glementation sur les march�s publics. Toute personne reconnue coupable de corruption d�agents publics (fonctionnaires et �lus) est punie d�un emprisonnement de deux � dix ans et d�une amende de 200 000 DA � 1 000 000 DA, par �e fait de promettre d�offrir ou d�accorder � un agent public, directement ou indirectement, un avantage indu, soit pour lui-m�me ou pour une autre personne ou entit�, afin qu�il accomplisse ou s�abstienne d�accomplir un acte dans l�exercice de ses fonctions �.
M�mes condamnations en cas de versement d'avantages injustifi�s dans les march�s publics : �Tout commer�ant, industriel, artisan, entrepreneur du secteur priv�, ou en g�n�ral, toute personne physique ou morale qui passe, m�me � titre occasionnel, un contrat ou un march� avec l�Etat, les collectivit�s locales, les �tablissements ou organismes de droit public, les entreprises publiques �conomiques et les �tablissements publics � caract�re industriel et commercial, en mettant � profit l�autorit� ou l�influence des agents des organismes pr�cit�s pour majorer les prix qu�ils pratiquent normalement et habituellement ou pour modifier, � leur avantage, la qualit� des denr�es ou des prestations ou les d�lais de livraison ou de fourniture.� Toujours selon la m�me loi, la corruption dans le secteur priv� est d�finie ainsi : �Le fait de promettre, d�offrir ou d�accorder, directement ou indirectement, un avantage indu � toute personne qui dirige une entit� du secteur priv� ou travaille pour une telle entit�, en quelque qualit� que ce soit, pour elle-m�me ou pour une autre personne, afin qu�elle accomplisse ou s�abstienne d�accomplir un acte en violation de ses devoirs ; et, le fait, pour une personne qui dirige une entit� du secteur priv� ou travaille pour une telle entit�, en quelque qualit� que ce soit, de solliciter ou d�accepter, directement ou indirectement, un avantage indu, pour elle-m�me ou pour une autre personne ou entit� afin qu�elle accomplisse ou s�abstienne d�accomplir un acte en violation de ses devoirs�. Les auteurs de ces deux types de corruption sont punis d�un emprisonnement de six mois � cinq ans et d�une amende de 50 000 � 500 000 DA. Les auteurs de cette loi ont rejet� la notion d'abus de biens sociaux : ils lui ont substitu� le concept tr�s flou de �soustraction de biens dans le secteur priv� au niveau de l'article 41 : �Est punie d�un emprisonnement de six mois � cinq ans et d�une amende de 50 000 � 500 000 DA toute personne qui dirige une entit� du secteur priv� ou travaille pour une telle entit�, en quelque qualit� que ce soit et qui, intentionnellement, dans le cadre d�activit�s �conomiques, financi�res ou commerciales, soustrait tout bien ou tout fonds ou valeurs priv�es ou toute autre chose de valeur qui lui ont �t� remis en raison de ses fonctions�.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.