«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CHRONIQUE D�UN �T� M�DITERRAN�EN
VI. La dictature de l�argent Par Ma�mar FARAH [email protected]
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 07 - 2008

Cette plan�te � �mondialis�e � de force � n'est-elle pas en train de glisser lentement mais s�rement vers une dictature plan�taire dirig�e par les forces de l'argent ? Les r�gimes politiques, qu'ils soient � la t�te des grandes nations occidentales ou des petits pays du tiers-monde, ont-ils encore un pouvoir r�el, une quelconque d�cision sur le cours des �v�nements ? Ce qui se passe dans notre r�gion et � travers le monde nous pousse parfois � penser qu'il est trop tard.
Les gouvernements ont-ils encore un minimum de pouvoir ? Des institutions transnationales, � caract�re financier ou �conomique, contr�lent tout. On peut citer, pour l'exemple, la Commission europ�enne de Bruxelles ou le FMI. Ou encore la Banque mondiale et l'OMC. Ces superstructures qui imposent leurs volont�s aux pouvoirs locaux sont un instrument aux mains des multinationales, groupes financiers occultes qui contr�lent toute la production des biens � travers la plan�te et disposent de la quasi-totalit� des richesses. Mais, pour donner l'illusion que les syst�mes nationaux ma�trisent toujours la situation, une manipulation g�n�ralis�e fait croire que la d�mocratie continue de fonctionner � travers des parlements constitu�s toujours des m�mes partis � ceux des syst�mes � et une vie d�mocratique superficielle, limit�e aux joutes politiciennes sanctionn�es par des votes bidon qui opposent toujours des candidats issus des m�mes milieux et dont la diff�rence id�ologique n'est gu�re visible. En Europe, la gauche et la droite se ressemblent au point o�, parfois, c'est la gauche qui m�ne une politique de droite et inversement. En fait, � des moments pr�cis du d�veloppement de l'ultralib�ralisme, il fallait acc�l�rer certaines privatisations et les �socialistes�, au pouvoir � cette p�riode l�, n'avaient pas d'autre alternative que de mener � bien ces fameuses r�formes. Par contre, dans des phases marqu�es par le m�contentement g�n�ral et le r�veil de la conscience populaire, ce sont les partis de droite qui ont d� reculer et voter des budgets pour l'�cole, la sant� et la protection sociale. Les Etats n'ont plus aucune marge de man�uvre puisque ce sont les institutions supranationales qui imposent les politiques � mener � travers des accords scrupuleusement contr�l�s. Ces accords et autres trait�s sont un moyen efficace aux mains des multinationales pour imposer leur diktat et �touffer toute vell�it� de r�sistance de la part des Etats nationaux. Pour prot�ger ses agriculteurs, la France doit avoir l'aval de Bruxelles et, pour g�rer sa petite industrie nucl�aire, l'Alg�rie doit ex�cuter les ordres de l'Agence internationale de l'�nergie atomique. On peut multiplier les exemples � l'infini. Quant � la �d�mocratie�, ou ce qui en reste, c'est juste une illusion. En fait, il s'agit partout d'une d�mocratie de fa�ade, � des degr�s divers selon les pays. Aux Etats- Unis, seule une petite minorit� de riches peut se pr�senter aux �lections, les autres n'ont aucun droit de participer � la vie politique. Ce sont juste des bulletins de vote que l'on exhibe de temps � autre devant les cam�ras pour entretenir l'illusion. A l'oppos�, et pour prendre l'exemple de notre pays, il n'y a plus de v�ritable opposition. Pour changer, le parti unique s'est offert trois vitrines, juste pour donner l'illusion. En fait, nous sommes dans une situation pire que celle que nous connaissions avant : le FLN, parti unique, avait une politique claire, coh�rente et identifi�e id�ologiquement. Aujourd'hui, tout ce que l'on sait, c'est que les trois partis �uniques�, d�sid�ologis�s, appuient sans r�serve le �programme pr�sidentiel�. Ce dernier appara�t comme un immense chantier de mise � niveau du pays pour le rendre accessible aux grands investissements capitalistes �trangers. Quant au vote alg�rien, il n'est pas diff�rent de tous les autres : les candidats du syst�me l'emportent toujours et il n'est plus question de jouer avec le feu. On g�re comme on peut l'islamisme et ceux que l'on d�signe par le vocable �d�mocrates� et qui sont de plus en plus absents de la sc�ne politique, � � leur d�charge, ils sont superbement ignor�s par les m�dias lourds � ont un parcours singulier : parfois, ils sont partie prenante du syst�me et, d'autrefois, ils se situent en dehors du cercle. A plusieurs reprises, ils ont fait le jeu du syst�me, comme en t�moigne la derni�re giga-manipulation du 8 avril 2004. En fait, la d�cision n'appartient ni aux Parlements, ni aux S�nats. Ce sont juste des instruments dont le r�le est de donner un semblant de l�gitimit� aux orientations g�n�rales qui sont en train de changer de fond en comble les politiques de nos pays. Les nouveaux centres d�tenteurs des pouvoirs locaux, qui sont en relation �troite avec les v�ritables ma�tres du jeu, m�nent des politiques d'abandon de la souverainet� �conomique, en vendant les usines et tout le patrimoine �conomique, fruit d'efforts et du sacrifice des collectivit�s nationales, aux plus offrants. Les travailleurs sont renvoy�s ou oblig�s de se plier aux exigences des capitalistes nationaux et des investisseurs �trangers qui ne sont que la partie visible des grands groupes multinationaux. Les r�gles du jeu sont claires : il faut limiter les salaires de nos travailleurs pour faire pression sur les classes ouvri�res de l'Occident, plus offensives dans la revendication � menaces de d�localisation � il faut �galement r�duire le r�le du syndicat et donner de larges pr�rogatives aux patrons qui peuvent payer comme ils veulent les ouvriers, ne pas les d�clarer, ne pas respecter les r�gles d'hygi�ne et la l�gislation du travail. C'est le retour de l'esclavagisme. Du temps de l'imp�rialisme historique, les grandes compagnies capitalistes utilisaient les arm�es et les administrations de leurs pays pour spolier nos terres, exploiter notre main-d'�uvre et piller nos richesses. La mondialisation leur offre tout cela et � moindre prix : les pouvoirs locaux sont charg�s de ce travail. Mais, pour cacher cette r�alit�, on les entendra parler de r�formes n�cessaires impos�es par la mondialisation, d'incitation � l'effort individuel, d'encouragement de la consommation, de corrections � apporter aux syst�mes bureaucratiques et tant d'autres slogans encore. Mais, c'est ignorer que l'histoire ne va pas toujours dans le sens que veulent lui imprimer les forces dominantes et les classes poss�dantes. Les peuples, qui peuvent sembler parfois r�sign�s et abattus, ont des ressources inimaginables qui leur permettent de rebondir pour corriger ces errements et remettre l'histoire sur les bons rails.
M. F.
P. S. : Le pire, c�est que l�autorit� bureaucratique de Bruxelles, aux mains des puissances de l�argent, et qui fait d�j� tant de mal aux classes d�munies europ�ennes, va s�occuper de nous, � la faveur de cette UPM naissante. De quoi �touffer toutes les vell�it�s d��mancipation de nos pays qui s��loignent ainsi de la voie qu�ils s��taient trac�e au cours des r�volutions populaires qui ont permis de chasser cet occupant qui revient, ainsi, � moindre frais !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.