«Dilapidation de deniers publics et privilèges indus»: Ouyahia et Loukal convoqués par la justice    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed    Le tribunal des chimères ?    Handball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le détenteur du trophée éliminé    Football - Ligue 1: La JSK met la pression sur l'USMA, le MCO dans la tourmente    NC Magra: Le président Benaceur toujours optimiste    Ils rejettent la présidentielle: Marche nationale des Syndicats autonomes le 1er mai    Adrar: 3 morts et 4 blessés dans une collision    Skikda: Une policière assassinée dans son domicile    20 ans de monnaie unique dans l'UE: "L'euro, tel qu'il est aujourd'hui, n'est pas stable"    Huawei va déployer la 5G durant la CAN-2019    La Badr refuse-t-elle de payer les retraités de France?    Après la mort d'une journaliste : Arrestations et appel au calme en Irlande du Nord    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    4 assaillants tués en attaquant un QG de la sécurité    L'Algérie fer de lance de Seat dans le monde    Conseil de la Ligue arabe : M. Sabri Boukadoum participe à la réunion consacrée à la question palestinienne    Dilapidation de deniers publics : Ahmed Ouyahia face à la justice    Le général Bouazza nommé à la tête de la DSI    Le MPA en appelle à l'armée    28e journée de la Ligue 2 : Statu quo en tête, l'USMH n'est plus relégable    Grève contre le retour du directeur    L'OMA en quête de financement    C'est déjà plié pour Rivaldo    Le revers de trop    Les bus de l'Etub ne circulent plus    Les réfrigérateurs Slimmed Down de LG : Plus minces et aliments plus frais    Quinze wilayas sont concernées    Des enfants à sauver    4 kg de kif saisis et 4 individus arrêtés    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    De nouvelles salles de cinéma pour le Ramadhan    La date fixée au 21 juin    Feu vert officiel pour la mise en service    Session extraordinaire le 4 mai    Ould Abbes dans de mauvais draps    Tizi Ouzou.. Les routes de tous les dangers    207 morts dans les attaques terroristes.. Massacre au Sri Lanka    Grippe saisonnière.. Net recul cette année    Mois du patrimoine.. Un riche programme    Algérie-Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Début du référendum constitutionnel en Egypte    La progression féconde    …sortir…sortir…sortir…    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





SONELGAZ ACCUS�E DE SURFACTURATION ET D�ESCROQUERIE
Le P-dg s�explique
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 02 - 2009

Accus� de surfacturation et d�escroquerie, le groupe Sonelgaz se d�fend et apporte des pr�cisions concernant notamment la facturation au forfait et la r�mun�ration des cadres.
Ch�rif Bennaceur - Alger (Le Soir) - Les services commerciaux des soci�t�s de distribution de la Soci�t� alg�rienne de l��lectricit� et du gaz (Sonelgaz) ont �t� r�cemment accus�s par une certaine voie m�diatique de �surfacturation�, voire d�escroquerie � l�encontre de certaines structures �tatiques (voir encadr�s 3 et 4). Des accusations qui �alimentent express�ment les malentendus et les ambigu�t�s pour nuire � la renomm�e du groupe Sonelgaz en touchant � l�int�grit� de ses cadres� selon la Direction g�n�rale de la holding Sonelgaz.
Le vocable surfacturation est �abusif�
�Les accusations port�es contre les cadres de Sonelgaz sont d�mesur�es par rapport aux faits rapport�s�, affirme-t-on. �N�aurait-il pas �t� plus prudent, comme le veulent les r�gles de l��thique, de pousser les investigations et de v�rifier les informations avant de les publier ?�, estime l�op�rateur �nerg�tique public, refusant n�anmoins toute pol�mique. Cela �tant, Sonelgaz d�nonce l�emploi �abusif� du vocable surfacturation. Un terme qui �sugg�re la volont� d�lib�r�e des soci�t�s de distribution de manipuler le processus de facturation en d�faveur des clients�. Selon des pr�cisions apport�es par le P-dg de la holding Sonelgaz, Noureddine Boutarfa, la facturation correspond � la quantit� d��nergie consomm�e que les agents commerciaux rel�vent sur l�index du compteur. Soit, la consommation d�un client correspond effectivement � ce qu�il a consomm� uniquement lorsque le client dispose d�un compteur �lectrique.
Les erreurs de facturation possibles mais�
Pour Sonelgaz, s�il est �injuste � de parler de �surfacturation �, il n�est �pas exclu que des erreurs de facturation soient observ�es�. Ces erreurs sont �dues g�n�ralement � une mauvaise lecture de l�index par les cadres commerciaux, par une application erron�e des indices ou des cl�s de facturation et des erreurs de saisie informatique�. Dans ce cas, tient-on � pr�ciser, des proc�dures codifi�es sont ex�cut�es �pour corriger la facturation en remboursant le client ou en lui demandant de payer le diff�rentiel selon le cas�. Cela �tant, Sonelgaz pr�cise qu�en r�gle g�n�rale la facturation doit se faire suite � une rel�ve p�riodique des compteurs.
Le forfait quand il n�y a pas de compteur
Toutefois, les soci�t�s de distribution recourent aux forfaits de �fa�on transitoire et momentan�e quand �pour une raison ou une autre, le client ne dispose pas de comptage, quand il y a difficult� ou refus d�acc�s au comptage ou quand le comptage a �t� retir� suite � des travaux ou des transformations. En cas d�absence de comptage (voir encadr� 1), si la facturation forfaitaire est plus ou moins importante que la quantit� d��nergie consomm�e, �il y a automatiquement correction et annulation de facture pour faire correspondre imp�rativement la quantit� consomm�e et la quantit� comptabilis�e�, fait-on relever. Ainsi, le trop per�u est rembours� et vice-versa selon Sonelgaz qui consid�re qu��il est donc difficile d�accuser les distributeurs de vol et d�escroquerie �. Aucun pr�judice, selon les propos de Noureddine Boutarfa, n�est subi par le client dans ces conditions. Voire, Sonelgaz prendra en charge directement l�installation des compteurs, avance-t-on au niveau de la soci�t�.
Sonelgaz d�nonce les �crits �outrageants�
En outre, la holding Sonelgaz constate qu�il est �m�me outrageant d��crire, sans m�me donner le b�n�fice du doute � une entreprise connue pour ses proc�dures et ses traditions, que des cadres manipulent les chiffres pour gonfler leurs primes et pousser le ridicule jusqu�� faire croire que ces derni�res sont tellement faramineuses (de l�ordre de 250 millions de centimes !), qu�il vaille la peine de manier les factures de la pr�sidence et de la DGSN�. Egalement, l�on assure que �croire na�vement que les primes per�ues d�pendent du taux de pertes, c�est tout ignorer des syst�mes de r�mun�ration et des param�tres de performance des m�tiers exerc�s par les filiales de Sonelgaz�. Selon des pr�cisions, les soci�t�s du groupe Sonelgaz octroient des primes d�encouragement aux travailleurs (voir encadr� 7).
Le param�tre taux de pertes peu influent
Ces primes sont �toujours fonction des r�sultats obtenus. Elles sont codifi�es et r�gies soit par des contrats de travail soit par des conventions collectives �, fait-on remarquer. Or, �le taux de pertes dans les soci�t�s de distribution ne repr�sente qu�un param�tre parmi d�autres et il n�est certainement pas le plus d�terminant�, est-il avanc�. En d�autres termes, s�il y a corr�lation entre le calcul des taux de pertes et les primes de performance, il existe toujours une limite � l�influence d�un param�tre. De plus, au-del� du fait que si les primes sont toujours limit�es, les crit�res de calcul sont aussi clairement affich�s dans les contrats et les conventions, indique-t-on.
C. B.
Cas R�sidence d��tat (Club-des-Pins) et Office du Comit� olympique
Concernant les cas de facturation �abusive� de la R�sidence d�Etat (Club-des-Pins) et de l�Office du Comit� olympique (OCO), cit�s �galement dans des articles de presse, Sonelgaz apporte des pr�cisions. Ainsi, l�on fait �tat d�un seul cas de facturation au forfait au niveau de la R�sidence d�Etat et que ce mode de facturation a bien fonctionn� concernant l�OCO.
Le compteur �fictif� de la DGSN
Concernant le �compteur fictif� de la Direction g�n�rale de la S�ret� nationale (DGSN), cit� par un m�dia �comme un exemple flagrant d�escroquerie �, Sonelgaz tient � �d�mentir cat�goriquement cette information�. Selon les pr�cisions du groupe, un �sc�nario rocambolesque dans lequel la DGSN a fait figure de victime d�escroquerie a �t� mont� d�lib�r�ment�. Les faits r�els sont tout autres, pr�cise Sonelgaz. L�on indique ainsi que �selon une information parvenue en 2003 � l�ex-centre de Bologhine sur le fait que le poste de transformation d�un chantier d�une entreprise travaillant pour le compte de la DGSN a �t� r�activ�, le centre de Bologhine a �mis des factures de redressement au forfait de d�cembre 2002 � juillet 2004 au nom de cette soci�t�. Or, cette soci�t� �a rejet� les factures au motif qu�elle n��tait plus sur les lieux et ces factures ont alors �t� reprises au nom de l�unit� de la DGSN�, indique-t-on. Cependant, �cette derni�re (la DGSN), attentive et soucieuse de l�emploi de l�argent public, a rejet� ces factures et a pr�cis� au service commercial de Bologhine que le poste �lectrique en question n�est pas sa propri�t� �, ajoute-t-on. D�o�, des factures (qui) �ont �t� naturellement annul�es depuis ao�t 2004 et aucun pr�judice n�a �t� port� � la DGSN�, est-il not�. Selon Sonelgaz, la DGSN n�a jamais pay� un sou pour des factures qu�elle avait au demeurant rejet�es.
Distribution de Bologhine
Concernant la cas de la direction de distribution de Bologhine, la soci�t� de distribution d�Alger compte mener une campagne de contr�le physique des �l�ments de facturation de l�ensemble des clients moyenne tension de cette filiale. Selon des r�sultats premiers, la soci�t� constante qu��en ce qui concerne les institutions (cit�es m�diatiquement), aucun �cart dans la facturation au forfait n�a �t� constat�. Ceci �d�montre bien que les clients, qu�ils soient priv�s ou publics, sont tr�s attentifs quant aux factures qu�ils re�oivent et qu�ils honorent�. M�me si le rapport de la soci�t� de distribution d�Alger signale des variations dans le mode de facturation, notamment entre 2004 et 2005, les montants totaux pay�s par ces institutions sont conformes � ceux �valu�s selon les r�gles de facturation au forfait �. A ce propos, l�on indique qu��aucune r�clamation relative � des factures calcul�es au forfait n�est parvenue � la filiale de distribution d�Alger tant les r�gles de facturation sont connues des clients pour lesquels ce type de facturation est appliqu�. Ces m�mes clients sont rassur�s par le fait qu�un d�compte sera effectu� d�s la mise en place des comptages.
Absence de comptage
- Pour un client qui ne change pas sa puissance install�e et a cumul� 12 mois de consommation, la soci�t� facture la consommation du mois �chu (dernier) comme �gale � celle du m�me mois de l�ann�e pr�c�dente. Aucun d�compte n�est pr�vu avec le client � la remise en ordre du comptage.
- Pour un client qui ne change pas de puissance install�e mais n�a pas cumul� 12 mois de consommation, la soci�t� facture la consommation du mois �chu comme �gale au moins au produit d�un c�fficient K de foisonnement (variant entre 0,4 et 1) par la puissance mise � disposition (fix�e dans le contrat) par 720. D�s la remise en ordre du comptage, un d�compte devra �tre effectu� avec le client apr�s une p�riode de 12 mois. Ce d�compte sera effectu� en tenant compte de la tarification applicable au moment de la consommation. Selon le r�sultat du d�compte, le client aura � payer ou b�n�ficiera d�un avoir ou d�un remboursement.
- Pour un client qui a augment� ou diminu� la puissance install�e de son ou de ses transformateurs, la soci�t� facture la consommation de la m�me mani�re. D�s la remise en ordre du comptage, un d�compte devra �tre effectu� avec le client dans les m�mes conditions pr�c�dentes.
Sonelgaz se r�approprie la rel�ve
Un nouveau syst�me de gestion de la client�le, qui rend possible la tra�abilit� de la manipulation des chiffres, a �t� g�n�ralis� � l�ensemble des soci�t�s de distribution. Egalement, pour assurer la sinc�rit� de la rel�ve et r�duire le nombre des erreurs de facturation, plus de 3 000 cadres et agents commerciaux ont �t� recrut�s et form�s dans des d�lais relativement courts. Selon Sonelgaz, cette d�cision permet de se r�approprier un m�tier qui �avait, par le pass�, compl�tement �chapp� � Sonelgaz, suite � son abandon au profit d�entreprises sous-traitantes � et �subissait les cons�quences d�sastreuses du manque d�effectifs (le d�ficit en effectifs en 2004 �tait de plus de 9 000 agents)�. Pour cet op�rateur public, le recrutement de ces nouveaux commerciaux a �permis de r�duire sensiblement le nombre de r�clamations dues � la mauvaise rel�ve�.
Vers la t�l�-rel�ve
De m�me, des r�gles de mobilit� pour les responsables commerciaux (changement de lieu d�exercice tous les cinq ans environ) ont �t� instaur�es. Enfin, pour soustraire toute manipulation humaine sur la client�le moyenne tension, un projet de �t�l�-rel�ve� a �t� r�activ� fin 2007 et devrait voir un d�but de mise en �uvre effective au cours de 2009. Ce projet vise notamment � automatiser tous les actes de rel�ve d�index et de facturation et �viter ainsi les tentations de cadrage de chiffres.
La PRC supprim�e
En vue d�annuler les risques relatifs � la manipulation des param�tres, la direction g�n�rale avait d�cid� d�s 2005 de supprimer la prime de rendement collectif qui �tait attribu�e aux diff�rents collectifs en fonction de l�atteinte des objectifs trimestriels. Depuis, les salari�s per�oivent une prime annuelle, dite �prime d�encouragement�, calcul�e sur la base de la moyenne des r�alisations d�objectifs.
La note de 2006 n�implique pas constat de vol
Pour le management du groupe, il a toujours �t� question d�attirer l�attention des managers des filiales de distribution et de leurs commerciaux sur la n�cessit� de �toujours veiller � rapprocher les �tats physiques des �tats financiers, de fa�on � ne point fausser temporairement les r�sultats�. Il est ainsi affirm� que la note �mise par le P-dg du groupe en 2006 �ne signifie pas qu�il y a eu constat d�un quelconque �vol� ou �escroquerie�. Cette note, pr�cise-t-on, �tant �un acte de gestion �, rappelait �aux gestionnaires des filiales nouvellement mises en place les r�gles de correction et d�annulation de factures�. Des r�gles �auxquelles il faut absolument s�astreindre, non seulement pour que les pratiques ne se pr�tent point � des �quivoques, mais aussi pour dissuader quiconque de toute tentation de manipulation des �l�ments de facturation pour am�liorer temporairement et artificiellement des param�tres mesurables�.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.