L'occupant israélien veut vider El Qods de ses habitants et de ses repères    Eni cède une partie de ses participations à Snam dans les gazoducs reliant l'Algérie à l'Italie    Bouira : Les hauteurs et la station climatique de Tikjda sous la neige    Man City fixe son prix pour Ferran Torres    La Juventus communique sur l'enquète de la police financière    Les multinationales de production d'énergie doivent quitter "immédiatement" le territoire sahraoui occupé    "Une révision profonde des textes en 2022"    "Vous serez relogés après le vote"    Il sera bientôt mis en service    Une secousse tellurique de magnitude 4.0 enregistrée à Bejaia    "Une conjonction entre la pensée et les actes"    Les Aigles du Sahara prêts pour l'attaque !    L'Italie et le Portugal versés dans la même voie    Faible participation, pas d'incidents    La police disperse des manifestants contre le pouvoir à Ouagadougou    L'Ethiopie risque de se diriger vers un génocide    Renforcer la recherche scientifique    Souriez, nous allons tous mourir !    Sachez que...    3,420 kg de kif saisis    Modeste engouement    ACTUCULT    «Valeurs arabo-musulmanes et algériennes» ? (3)    Les enfumades du Dahra    Locales du 27 novembre: mettre le "dernier jalon" pour l'édification institutionnelle de l'Algérie nouvelle    Chômage, prix et impératif civisme    Misserghine et Boutlelis: Une production de 43.000 quintaux d'agrumes attendue    Pour promouvoir la coopération bilatérale: Visite de l'ambassadrice de Finlande à la CCIO    MC Alger: Un gros chantier pour Ben Yahia    Alger: L'affluence entre faible et «habituelle»    Le culte fécond ou stérile du passé    Un stage et 2 matchs au Qatar    L'enjeu des locales    La caution d'un «pacte»    Depuis le front, Abiy Ahmed promet «d'enterrer l'ennemi»    L'assaillant est un islamiste extrémiste    Les Algériens offusqués    L'oeil vigilant de la Présidence    Tebboune plaide le patriotisme économique    L'escroc des réseaux sociaux arrêté    Une ambiance bon enfant à Alger    Les élections locales par les chiffres    Relative affluence    «Ils veulent casser l'équipe nationale»    Giroud absent 3 semaines    Un album pour préserver Tabelbala    Vendu 2,66 millions d'euros aux enchères    La classe au bout des doigts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



6e �DITION DES RACONT'ARTS 2009 � BOUZEGU�NE
Cl�ture en apoth�ose
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 07 - 2009

�Wizgan a vibr� au son de macahu, que mon conte soit long et beau. Il �tait une fois la Kabylie aux portes de l'Afrique.�
Cet extrait de po�me de F. Ousmer, peint sur les murs de tajma�t du village de Bouzegu�ne, donne un aper�u sur ce qui a marqu� la 6e �dition des Racont'Arts, d�di�e cette ann�e au continent africain sous le slogan �Aux portes de l�Afrique, la Kabylie�, organis� � Bouzegu�ne par la Ligue des arts cin�matographiques et dramatiques de Tizi-Ouzou du 29 juin au 4 juillet. Wizgan a, en effet, vibr� au rythme de l'art sous toutes ses facettes et du riche programme mis en �uvre et concr�tis� � 80% par les organisateurs. Tout y �tait : th��tre, cin�ma, r�citals de po�sie et de chants, visites des sites villageois, nuits de contes africains, spectacles de rue, carnaval et interventions de l�artiste Denis Martinez, partenaire du pr�sident du festival, Ahc�ne Metref, derri�re cette id�e de g�n�rer des actions tendant, avec la participation des populations, � socialiser la culture dans la wilaya de Tizi-Ouzou avec tr�s peu de moyens, les artistes et autres intervenants partageant humblement le quotidien des villageois de Kabylie. Ainsi, croquer une tomate avec un bout de galette et s�asseoir ou dormir � m�me le sol, se produire dans les rues dans une atmosph�re de partage, constituent des moments de convivialit� et une originalit� pour les artistes. Denis a peint tajma�t de Bouzegu�ne avec comme support un po�me, Jeddik, de Mehenni Amroun qui traite de la question identitaire.
Renvoi des artistes �trangers
Seul couac enregistr� : le renvoi des artistes �trangers trois jours apr�s le d�marrage du festival par les services de s�curit� au motif qu�ils n�auraient pas d�autorisation. Une d�cision d�nonc�e vivement par le pr�sident du comit� de village qui a d�clar� que ces �trangers �taient pourtant les h�tes du village. Parmi eux, les Africains, Jean Mabala, congolais, Bangoura Karakomoro, un authentique grio africain de Guin�e, Jean-Claude Charly Mat�la, peintre calligraphe, animateur culturel dont c�est la premi�re visite en Alg�rie, d�j� sollicit� par la radio et la t�l�vision, et dont le travail devait faire conna�tre la peinture africaine � un public de 3 � 99 ans. Il s��tait dit enchant� par l�accueil en Alg�rie et � Bouzegu�ne. Il y avait aussi un photographe allemand, un groupe de musiciens italiens, Christine Alvarez, po�tesse espagnole, Suzanne Gouhot artiste peintre, Sylvie Vieville conteuse et com�dienne... Tous venus, selon les organisateurs, de leurs pays au titre d�artistes ind�pendants.�Le conte, c�est l�inverse de tout ce qu�on essaye de nous faire croire.�Les impressions recueillies aupr�s des artistes �trangers � leur arriv�e traduisent cette volont� de conna�tre la culture locale et d�enrichir le festival. Sylvie Vieville, conteuse et com�dienne ayant � son actif vingt-cinq ans de spectacles et qui a d�j� particip� au Festival du conte d�Oran, a dit toute son admiration de se retrouver dans ce petit coin d�Alg�rie, la Kabylie : �Honorer la vie, c�est pr�tentieux, mais on ne doit pas oublier qu�on est vivant, d�o� la n�cessit� de parler de la vie et de la chance qu�on a d��tre sur terre. Le conte, c�est l�inverse de tout ce qu�on essaye de nous faire croire.�
Raconter des histoires du patrimoine alg�rien
Encore une conteuse �trang�re, V�ronique Lagny Delatour, venue sp�cialement de France pour raconter des histoires du patrimoine alg�rien. Cette artiste, ex-grand reporter qui a d�j� particip� au Salon du livre � Riad El-Feth o� elle a racont� des histoires qui ont plu, et qui a cr�� une �dition dont la premi�re �tait consacr�e au patrimoine oral, est venue raconter des histoires du patrimoine oral alg�rien. Pour cette artiste � la verve non entam�e qui s�insurge contre le g�chis du patrimoine oral, rien ne vaut le discuter vrai. S. Gouhot, artiste peintre, a eu quant � elle le temps d�exposer la premi�re partie de la s�rie po�sies d�Afrique constitu�e de 60 toiles impr�gn�es des po�tes originaires d�Afrique. Ce projet, explique-t-elle, a germ� au festival Racont�Arts 2006 apr�s la rencontre d�un jeune po�te, Noufel Bouzeboudja, qui pr�sentait une premi�re publication �pens�es pensantes �. Cette �uvre l�avait imm�diatement plong�e dans un champ de significations tr�s riche et ouvert qui autorise une libert� picturale.
Les contes du terroir alg�rien
Les conteuses alg�riennes �taient �galement pr�sentes. Mme Lafi A. du cercle R�v�Arts d�Alger, reprend des contes du terroir pour cr�er des contes pour enfants selon la th�matique choisie. Ceci dans la perspective de faire r�ver les adultes et les enfants. La conteuse po�tesse Djazia A�t-Kaki qui a d�clam� des po�mes avec Hamid Aouameur, directeur du th��tre Jean S�nac � Marseille lors de l�ouverture du festival, a pr�sent� des chants et des contes. Remarquable fut aussi l�interpr�tation d�une pi�ce th��trale pour enfants pr�sent�e par des com�diens en herbe de l�association Numidia d�Oran qui ont enchant� les pr�sents, tout comme la chorale de Ath-El qassem (Boghni).
Procession nocturne avec 1200 bougies
La troupe Diwan de Blida dont le directeur artistique Bahaz Mohamed, ravi de l�hospitalit� des Bouzegu�nois, se r�jouit pour sa part de l�audience en Kabylie de la musique Gnawi. Son spectacle de rue a �t� suivi par 1 200 personnes brandissant des bougies allum�es. Deniz, complice de Metref dans ce festival, estime quant � lui que ce fut un honneur pour lui d�avoir travaill� dans ce village qui a fait preuve d�un grand esprit de partage en facilitant la t�che aux organisateurs auxquels ils ont apport� aide et assistance.
Faire des choses extraordinaires avec des id�es simples
En prise � une grande �motion � la cl�ture du festival, le pr�sident trouve merveilleux les gens et le village avec ses maisons anciennes symboles de rep�res. Ceci m�me si les organisateurs et les pr�sents sont rest�s sur leur faim apr�s le d�part des �trangers. Interrog� sur le bilan de cette 6e �dition, le pr�sident du festival soutient que ce projet est en constante �volution et que sa r�ussite est le r�sultat de l�implication de tous les villages. Faire des choses extraordinaires avec des id�es simples est la particularit� de ce festival pluridisciplinaire conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.