Manchester City: Guardiola chipe un record à Mourinho    32e anniversaire de la disparition Dda Lmulud : l'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Qualifications CAN: dates et lieux des matchs Algérie - Zambie et Algérie - Botswana fixés    Une obligation, pas un choix    Cour de justice, délits de la contrebande et moyens de lutte en débat    Il y a 50 ans, les nationalisations des hydrocarbures    Les 12 commandements de la phase transitoire    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    Un vendredi sans heurts    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Le Chabab à Dar Es-Salam depuis jeudi    «Les joueurs doivent imposer leur football»    Nice - Gouiri : "Le plus important, c'est le collectif"    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Goudjil, l'APN, le 24 Février et la Grande Mosquée d'Alger    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Rebondissement dans le limogeage de l'ex-directeur de la radio locale    «Les femmes sont présentes dans les combats mais pas dans les acquis»    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Neuf militaires tués au Mali    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    AG élective de la FAA : Boukais révèle les irrégularités    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Keddara : Création d'un marché de l'artisanat    MOB : Bouchebah tacle la FAF et accuse    Coopération algéro-française : Appel à projets du programme Profas C+    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





D�RIVES DANS LA GESTION DE LA COMMANDE PUBLIQUE
Les effets d�sastreux des pratiques du gr� � gr�
Publié dans Le Soir d'Algérie le 30 - 11 - 2009

Dans le Soir d'Alg�rie du 24 novembre 2009, et dans d'autres quotidiens, une nouvelle affaire pr�sum�e de corruption �tait �voqu�e. Plusieurs dirigeants d'une entreprise publique intervenant au niveau du port p�trolier et gazier d'Arzew � accus�s de passation de march�s publics de gr� � gr� � avaient �t� arr�t�s et mis sous les verrous. L'un ne va pas sans l'autre, l'accusation portait aussi sur une histoire de surfacturation.
Visiblement, s'il y a eu r�ellement gr� � gr�, ces dirigeants n'avaient pas eu les autorisations n�cessaires, ou n'avaient pas sollicit� ces autorisations aupr�s de leur tutelle minist�rielle, ou n'avaient pas tenu compte des possibilit�s de gr� � gr� �permises � par la r�glementation en vigueur sur les march�s publics ou par la r�glementation sp�cifique � leur entreprise. Comment et pourquoi se sont-ils �fait prendre�, alors que le pouvoir, depuis plusieurs ann�es maintenant, facilite � malheureusement et de mani�re abusive � les pratiques du gr� � gr� � grande �chelle et � tous les niveaux, comme nous ne cessons de le signaler dans ces colonnes. Depuis 2003, le Conseil des ministres pr�sid� par le chef de l�Etat a autoris� � plusieurs reprises l�utilisation du gr� � gr� pour des march�s plus ou moins importants. Dans toute r�glementation s�rieuse sur les march�s publics, le gr� � gr� doit �tre l�exception, et encore en le balisant par des garde-fous. En Alg�rie, cette pratique est devenue la r�gle, et l�alibi du respect des d�lais pour la r�alisation du programme 2005-2009 a �t� brandi par de nombreux ministres et walis pour obtenir le feu vert afin d�user du gr� � gr�. Quelques exemples du gr� � gr� lib�r� par le Conseil des ministres : la reconstruction de Boumerd�s apr�s le s�isme de 2003, ce qui peut se comprendre, l�ach�vement et la gestion de l�a�roport d�Alger, la gestion de l�eau � Alger, Constantine et Oran, l'importation d��quipements m�dicaux par le minist�re de la Sant�, la construction du si�ge du Conseil constitutionnel, etc. En juin 2007, le ministre de la Justice avait aussi obtenu du Conseil des ministres l'autorisation d'utiliser le �gr� � gr� simple� pour construire de nouvelles prisons, une entreprise chinoise ayant �t� l'heureuse �lue. Une d�cision similaire avait �t� prise pour l'achat de... 300 autobus pour le transport des �tudiants !
La bo�te de Pandore est grande ouverte
Malgr� toutes ces facilit�s, le pouvoir a consid�r� qu'il fallait aller encore plus loin et supprimer tous les obstacles r�glementaires � la pratique du gr� � gr� : d'o� une nouvelle r�vision de la la r�glementation sur les march�s publics, qu'au demeurant plus personne ne respectait. C'est ainsi que le Conseil des ministres tenu le 23 juillet 2008, sous la pr�sidence du chef de l�Etat, adoptait un d�cret pr�sidentiel modifiant et compl�tant celui du 24 juillet 2002, portant r�glementation des march�s publics, d�cret qui avait d�j� �t� modifi� en septembre 2003. Ces modifications avaient pour objectif de �lib�raliser� davantage le code des march�s, code qui �tait d�j� tr�s en de�� des normes internationales en vigueur. La commande publique tant au niveau central qu�� l��chelle locale ne sera presque plus r�gie par des r�gles � l�avenir, le gr� � gr� devenant la pratique dominante, au lieu d��tre l�exception, ce qui a encore ouvert plus largement le lit de la corruption � tous les niveaux. Le gouvernement s�est cach� derri�re les walis � ces derniers seraient � l�origine d�une demande pour rendre plus permissible la gestion des march�s publics � pour justifier cette d�r�glementation, consid�rant que la r�glementation actuelle est un obstacle � la bonne r�alisation des march�s et au respect des d�lais. Cet alibi qui ne dit pas son nom a grandement favoris� les pratiques les plus opaques et la politique du fait du prince. Ce qui s'est fait en Conseil des ministres a �t� transmis aux ministres, puisque le ministre des Finances et un certain nombre de ses coll�gues se sont mis aussi � autoriser des march�s sans appel � la concurrence, et souvent pour des budgets de plusieurs dizaines de millions de dollars. L�affaire du gr� � gr� pour les Jeux africains de 2007 en est un des exemples les plus �difiants. Mais il y en a eu aussi d'autres, au profit notamment du minist�re du Tourisme et de l'Artisanat, du minist�re de la Poste et des Technologies de l'information et de la Communication en association avec l'Agence spatiale alg�rienne, et du minist�re de la Culture avec le financement de l'ann�e de la culture arabe � Alger ! Ce dernier, plus r�cemment encore, obtenait l'autorisation de passer des march�s de gr� � gr� propres au Festival culturel panafricain d'Alger de l'�t� dernier. Ce qu'a r�ussi � obtenir un ministre et ceux qui le soutiennent ne pourra pas �tre refus� � un autre ministre : la bo�te de Pandore est ouverte � l'infini. Et tant que la r�glementation le permettra, le gr� � gr� aura malheureusement encore de beaux jours devant lui. Il est � craindre que cela continue pour la r�alisation du programme d'investissements publics pour la p�riode 2010-2014, programme pour lequel le gouvernement a annonc� un budget de 150 milliards de dollars, sans que le contenu soit encore connu !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.