Le groupe parlementaire du FLN met la pression    Gâteau de crêpes    570 000 euros et 101 000 dollars saisis à l'aéroport d'Alger    Terres agricoles : Retrait de 50 000 hectares à Ali Haddad    Croissance de 7% de l'activité portuaire de l'Algérie    Le bilan de l'offensive de l'ANL sur Tripoli passe à 510 morts    Ce que votre façon de marcher dit de vous    Real : Zidane saute sur l'occasion pour Mbappé    Tribunal militaire de Blida : Saïd Bouteflika, les généraux Mediène et Tartag et Louisa Hanoune restent en prison    L'OPEP pourrait prolonger son accord en juin prochain : Le pétrole atteint près de 73 dollars le baril    Un sandwich au pain de la galette    Vers l'impasse    Pour récupérer plus de 3 milliards de DA de créances: La SEOR accorde un échéancier aux «mauvais payeurs»    Conservation des forêts: 50 chasseurs en stage pour l'obtention du permis de chasse    L'HUMILITE SOURCE DE CREDIBILITE    Les pénalités de retard    Bensalah à l'occasion de la Journée nationale de l'étudiant : "La réussite de la transition exige d'immenses efforts de tous"    Afin de mettre fin à la crise : "La tenue de l'élection présidentielle est primordiale" affirme Gaïd Salah    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    La vision de Xi sur les civilisations inspire de l'espoir pour l'avenir de l'humanité    Les craintes d'un conflit toujours vives    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    12 jihadistes présumés tués dans des opérations de police    Canada : Le pétrole de l'Alberta va-t-il raviver la flamme indépendantiste au Québec ?    Chine La banque centrale met en garde contre les incertitudes économiques mondiales générées par les frictions commerciales    Chettih fait les éloges de Cherrad    Ibbou battue en finale par Molinaro    Le WA Tlemcen saisira le TAS    Qui aura le dernier mot de la saison 2018-2019 ?    Ghoulam et Ounas retenus dans la liste élargie    Les joueurs en grève avant le match de la «survie» face au MCA    Un fléau politique    On prépare "l'électricité" estivale    Le mouvement populaire se mêle de tout    L'appel des trois suscite toujours des réactions    Trois ans pour le faussaire    Après le f'tour à la plage, le f'tour à la Casbah    Mort par électrocution d'un employé de Sonelgaz    Bedoui annonce de nouvelles mesures    La liste des arrestations toujours ouverte    Vodafone : Le groupe baisse son dividende pour contenir sa dette    Une expérience de jazz algéro-polonais    A la rencontre de Massinissa    L'élégie de la résilience    Al Jahidh, écrivain encyclopédiste arabe hors pair du 8ème et 9ème siècle    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    La nouvelle scène Chaâbi continue d'animer Alger    CLASSEMENT ANNUEL ETABLI PAR L'HEBDOMADAIRE JEUNE AFRIQUE : Le Peuple algérien le plus influent d'Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un mois après la décision du président américain: Les Palestiniens seuls face à Tsahal
Publié dans Le Temps d'Algérie le 15 - 01 - 2018

Les palestiniens continuent la protestation contre la reconnaissance par le président américain d'Al Qods occupée comme capitale d'Israël.
Un mois après la reconnaissance par le président américain d'Al Qods occupée comme capitale d'Israël, les palestiniens continuent à exprimer leur colère contre cette décision. L'armée d'Israël réprime les protestataires. Les militaires israéliens ont réprimé une contestation des Palestiniens organisée à Ramallah en protestation contre la décision des Etats-Unis sur le statut d'el Qods. Selon l'agence de presse iranienne Mehr, les forces de l'armée d'Israël s'en sont pris aux palestiniens qui protestaient à Ramallah contre la décision du président américain de reconnaître Qods comme capitale d'Israël. Selon ce texte, les militaires israéliens ont réprimé la manifestation pacifique des Palestiniens dans le village de Nabi Saleh, près de Ramallah, en Cisjordanie. Des dizaines de Palestiniens ont été blessés par balle et plusieurs autres ont été asphyxiés pour avoir inhalé du gaz lacrymogène. Des villages palestiniens comme Nabi Saleh sont régulièrement envahis par les soldats d'Israël.
Des militants des droits de l'homme notent que les enfants sont régulièrement battus et torturés en détention. Chaque année, des centaines de personnes passent par les prisons d'Israël, accusées d'avoir jeté des pierres. Un important nombre d'enfants sont jugés dans les tribunaux. Il y a un mois, le président américain a reconnu Al Qods occupée comme capitale d'Israël. La décision illégale a été dénoncée par la communauté mondiale. La Ligue arabe a dénoncé la décision du président américain, mais n'a entrepris aucune décision concrète pour contrecarrer la reconnaissance d'Al Qods comme capitale d'Israël. L'Organisation de la conférence islamique a également dénoncé la reconnaissance par le président américain d'Al Qods comme capitale d'Israël. Depuis un mois, aucune décision concrète n'a été initiée contre la décision illégale initiée par le président américain. Le président turc, Erdogan, a noté qu'il annule la coopération diplomatique avec Israël mais n'a pas tenu promesse. L'Iran est l'un des rares pays qui a défié Washington et reconnu Al Qods comme capitale éternelle de la Palestine. Un mois après la reconnaissance d'Al Qods comme capitale d'Israël, les palestiniens sont presque seuls à combattre la décision illégale du président américain. L'intifadha continue un mois après. Peu nombreux sont les pays musulmans qui restent solidaires avec la Palestine contre la reconnaissance par le président américain d'Al Qods occupée comme capitale d'Israël. Parmi les pays engagés aux côtés de la Palestine, l'Algérie dont les principes sont restés inébranlables contre la colonisation.
Le premier ministre d'Israël, Netanyahu, est, lui, pour la colonisation des terres palestiniennes, encouragé par le président américain. Hier, des milliers de personnes ont protesté dans la rue contre la corruption menée par Netanyahu. Le premier ministre d'Israël, accusé de corruption, tente d'obtenir les faveurs de la population en relançant la colonisation des terres palestiniennes. La reconnaissance par le président américain d'Al Qods occupée comme capitale d'Israël est dans l'intérêt personnel de Netanyahu poursuivi pour corruption.
Le premier ministre d'Israël sacrifie la Palestine pour obtenir l'abandon de l'accusation de corruption à son encontre. Israël qui se targue d'être une démocratie a cédé avec la promulgation d'une loi, par la Knesset, interdisant aux policiers de rendre publiques les informations concernant l'enquête pour corruption contre Netanyahu. Pour la Palestine, le combat continue pour Al Qods.
Israël expulse les migrants
Pour mettre en œuvre sa politique d'expulsion des migrants en situation irrégulière, africains pour l'essentiel, Israël cherche à recruter environ 140 personnes et ne rechigne pas sur leur rémunération, plutôt attractive. En Israël, l'Autorité pour la population et l'immigration, le service en charge d'appliquer le programme israélien d'expulsion des migrants en situation irrégulière, a annoncé vouloir engager 100 inspecteurs pour des contrats d'une durée de deux ans, ainsi que 40 enquêteurs en charge d'examiner les demandes d'asile, selon le quotidien Hareetz. Loin de s'embarrasser des états d'âme qu'on peut trouver dans les pays européens, Tel-Aviv a annoncé le 3 janvier 2018 le lancement de ce programme dans lequel les quelques 40 000 migrants, principalement érythréens et soudanais, auront le choix entre l'expulsion et l'incarcération. C'est pour le mener à bien que l'Autorité pour la population et l'immigration s'est lancée dans une vaste campagne de recrutement. Cette dernière a publié une annonce, repérée par le journal Hareetz le 12 janvier, soulignant la nature du travail demandé, à savoir la tenue d'audiences pour les demandeurs d'asile, interroger et fournir des preuves que certains d'entre eux sont prêts à partir «volontairement» ou encore surveiller que ces derniers retournent bien dans leur pays d'origine ou ailleurs. Une autre partie du travail consiste à trouver les migrants en situation irrégulière, à prendre connaissance de leur histoire et à enquêter sur leur employeur. Un travail pour lequel aucun diplôme n'est requis, mais où une expérience en combat ou en sécurité est «un plus», selon l'annonce. En dehors d'une «paie appropriée», les personnes qui iraient au bout de leur contrat se verraient attribuer un bonus pouvant aller jusqu'à 30 000 shekels, soit plus de 7200 euros.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.